Climat : papiers de recherche moissonnés (24 mars 2017)

Quel prix de référence du CO2 ? Académie des technologies, janvier 2017, 44 p. http://www.academie-technologies.fr/blog/categories/communiques-de-presse/posts/quel-prix-donner-au-co2

Le rapport aborde trois questions concernant la pénalité économique à attribuer aux émissions de CO2 : pourquoi définir un prix de référence du CO2 ? Comment le définir ? En pratique, quel prix adopter ?

Malgré les intentions de la Commission et du Parlement européen, un fonctionnement efficient du marché des permis d’émission de CO2 reste une perspective lointaine. Dans l’attente, l’attribution d’un prix à la tonne de CO2 émise ou évitée doit être un pilier des politiques de réduction des émissions de CO2.

Le rapport montre que l’effort de réduction des émissions de CO2 est d’autant plus coûteux que le niveau d’émission initial est bas. Or les émissions françaises sont inférieures à la moyenne européenne ; par exemple, l’objectif de l’Allemagne est d’atteindre en 2030, par habitant, le niveau d’émission français de 2010. Pour le futur cependant, la France s’est donné un objectif de réduction, en pourcentage, identique à celui de pays sensiblement plus émetteurs. Il en résulte que le prix du CO2 pour la France doit être fixé à un niveau élevé, supérieur à 50 €/t CO2 et supérieur à celui retenu par les pays de même niveau de développement.

Le rapport souligne la nécessité de mieux optimiser les politiques publiques, pour que les efforts de réduction d’émission soient affectés aux actions dont le coût bénéfice est le plus favorable. La référence à un prix du CO2 devrait permettre de mieux optimiser les mécanismes d’aides et de subventions françaises, en donnant une meilleure place aux actions en faveur du parc existant de logements, aux transports, et à certaines bioénergies peu soutenues jusqu’à présent. Compte tenu du prix élevé du CO2 qu’il est proposé de retenir, il est cependant recommandé de mener des études de sensibilité avec un prix plus faible (30 €/tCO2).

Le rapport conclut enfin que la seule détermination d’un prix de référence, ou même d’une taxe, ne suffira pas à respecter la trajectoire de réduction d’émissions visée. Il faudra aussi l’accompagner d’autres incitations, sous forme de réglementations ou de subventions (tarifs garantis, etc.). L’établissement du coût de la tonne de CO2 évitée, selon la technologie mise en œuvre, devrait permettre de mieux optimiser ces incitations.

Dimensions éthiques de l’allocation du financement international de l’adaptation au changement climatique / Romain Weikmans, Vertigo, vol. 16, n° 2, septembre 2016 https://vertigo.revues.org/17677

La question de la distribution interétatique des ressources financières prévues en soutien à l’adaptation des pays en développement sous la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a fortement attiré l’attention tant dans les débats académiques que dans les négociations politiques internationales. Quels sont les paramètres devant guider l’allocation de ces financements ? Des considérations d’équité et d’efficience sont présentes dans le texte de la CCNUCC (1992) et dans différentes décisions prises par la Conférence des Parties à la Convention. Il est cependant tout à fait apparent que des notions d’équité dominent dans ces textes pour ce qui concerne l’allocation du financement de l’adaptation. Pour certains observateurs, cette prééminence des questions d’équité serait due à la difficulté d’évaluer l’efficience des actions d’adaptation. Il est vrai que l’incertitude relative aux évolutions climatiques futures et aux trajectoires d’exposition et de vulnérabilité contraint fondamentalement l’étude de cette question. Cependant et comme nous le mettons en évidence dans le présent article, l’évaluation de la vulnérabilité des différents pays – c’est-à-dire de leurs besoins en matière d’adaptation – est tout aussi complexe. À notre sens, l’importance accordée au critère d’équité dans l’allocation des financements internationaux visant l’adaptation doit plutôt être comprise comme étant le reflet de choix éthiques, d’essence normative. Le présent article a précisément pour objectif de mettre en lumière ces choix normatifs et d’en examiner les manifestations dans les pratiques allocatives des fonds multilatéraux dédiés au financement de l’adaptation – des fonds largement considérés comme des « laboratoires » des efforts en la matière.

Faut-il ajouter une aide climatique ou mieux intégrer les préoccupations climatiques dans l’aide au développement ? / Jean-Paul Ledant, Vertigo,2016 https://vertigo.revues.org/17823

L’obligation qu’ont les pays développés de soutenir les pays en développement dans leurs efforts de réponse aux enjeux climatiques conduit à s’interroger sur la relation entre cette « aide climatique » et l’aide au développement. Nous admettons que le changement climatique induit un besoin de changements qualitatifs et quantitatifs dans l’aide en faveur des pays vulnérables et que l’ajout d’une aide dédiée au climat (finance climatique) répond partiellement à ce besoin. Mais nous montrons que cette approche présente essentiellement des inconvénients par rapport à l’option qui consiste à fournir une aide au développement augmentée, avec intégration transversale des considérations climatiques dans l’ensemble de ses composantes. Nous nous attendons à ce que cette option contribue davantage à un développement découplé des émissions de gaz à effet de serre et adapté aux contraintes climatiques.

Marxismes écologiques : dossier, Actuel Marx, 2017/1 (n° 61) http://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2017-1.htm

Les préoccupations liées à l’épuisement des ressources de la planète et aux crises systémiques de l’environnement occupent désormais une place centrale dans la culture, la politique et la vie intellectuelle. Elles sont aussi porteuses d’une profonde métamorphose épistémologique dans l’ensemble des sciences historiques. Ces savoirs s’étaient fondés depuis le xixe siècle sur l’hypothèse de l’autonomie du social. Pourtant aucune histoire, aucune anthropologie, aucune sociologie, aucune économie n’est plus pensable en dehors de la prise en compte des rapports que les collectivités entretiennent avec leur environnement naturel. Ce numéro montre que la tradition marxiste ne se trouve pas dépourvue d’outils dans une telle configuration épistémologique, mais aussi qu’elle est appelée à se renouveler en partie à son contact.

What is needed to track progress of emissions reductions under the Paris Agreement? : What systems are in place and what gaps need to be addressed to track progress on GHG emissions effectively? / Claire Fyson & Jasmin Cantzler, Climate Analytics ; Yvonne Deng, Ecofys ; Hanna Fekete, NewClimate Institute. Climate Action Tracker, February 2017, 12 p. http://climateactiontracker.org/news/271/What-is-needed-to-track-progress-of-emissions-reductions-under-the-Paris-Agreement.html

To ensure that the aims of the Paris Agreement can be met, progress towards both individual goals (NDCs) and the global goals (e.g. the long-term temperature goal) needs to be tracked. The architecture for tracking progress under the Paris Agreement is a good start, but much work remains to be done to operationalise it. Parties are aiming to complete this work by COP24 in December 2018. Independent evaluations of progress will continue to play an important role in providing Parties and other actors with timely information on whether individual goals are adequate, and whether collective action is on track to achieve the Paris Agreement’s global goals.

Paris change d’ère. Vers la neutralité carbone en 2050. Elioth, Egis Conseil Bâtiments, Quattrolibri et Mana ; Mairie de Paris, 2017, 370 p. http://paris2050.elioth.com/

Ce document est une contribution du groupement Elioth (groupe Egis, mandataire, associant Quattrolibri, Mana et Egis Conseil) à l’élaboration de la stratégie de la Ville de Paris pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Cette étude est une contribution au débat : les mesures indiquées sont proposées à titre purement indicatif et n’engagent que les membres du groupement. Les actions et stratégies décrites correspondent à un corpus, un bouquet d’actions permettant de décrire « une » stratégie de neutralité carbone : l’action politique et des citoyens en promettent assurément bien d’autres…

Sensitivity of projected long term CO2 emissions across the Shared Socioeconomic Pathways / G. Marangoni, M. Tavoni, V. Bosetti, E. Borgonovo, P.  Capros, O. Fricko, D. E. H. J. Gernaat, C. Guivarch, P. Havlik, D. Huppmann, N. Johnson, P. Karkatsoulis, I. Keppo, V. Krey, E. Ó. Broin, J. Price, D. P. Van Vuuren, Nature Climate Change, 7, pp. 113-117, 2017 – doi:10.1038/nclimate3199 http://www.nature.com/nclimate/journal/v7/n2/full/nclimate3199.html

Scenarios showing future greenhouse gas emissions are needed to estimate climate impacts and the mitigation efforts required for climate stabilization. Recently, the Shared Socioeconomic Pathways (SSPs) have been introduced to describe alternative social, economic and technical narratives, spanning a wide range of plausible futures in terms of challenges to mitigation and adaptation1. Thus far the key drivers of the uncertainty in emissions projections have not been robustly disentangled. Here we assess the sensitivities of future CO2 emissions to key drivers characterizing the SSPs. We use six state-of-the-art integrated assessment models with different structural characteristics, and study the impact of five families of parameters, related to population, income, energy efficiency, fossil fuel availability, and low-carbon energy technology development. A recently developed sensitivity analysis algorithm2 allows us to parsimoniously compute both the direct and interaction effects of each of these drivers on cumulative emissions. The study reveals that the SSP assumptions about energy intensity and economic growth are the most important determinants of future CO2 emissions from energy combustion, both with and without a climate policy. Interaction terms between parameters are shown to be important determinants of the total sensitivities.


Vous aimerez aussi...