Climat : papiers de recherche moissonnés (mercredi 10 mai 2017)

 2017 State of the EU ETS report / Charlotte Vailles and Emilie Alberola. I4CE en partenariat avec ISCST/ERCST, l’université de Graz (Autriche), Nomisma Energia (Italie), mai 2017, 40 p. (Industrie, Energie et Climat, hors série) http://www.i4ce.org/download/the-2017-state-of-the-ets-report-2/

Le système européen d’échange de quotas d’émission (EU ETS) fête son 12ème anniversaire. Comme toute autre politique, il exige périodiquement une évaluation de son bon fonctionnement et la réalisation de ses objectifs. Le rapport State of the EU ETS vise à fournir une contribution indépendante au débat publique. Ce rapport traite de l’état actuel du fonctionnement de l’EU ETS en 2017.

Governance of Article 6 of the Paris Agreement and Lessons Learned from the Kyoto Protocol / Andrei Marcu. Waterloo : Centre for International Governance Innovation, May 2017, 20 p. (Fixing Climate Governance Series | Paper No. 4) https://www.cigionline.org/publications/governance-article-6-paris-agreement-and-lessons-learned-kyoto-protocol

Article 6 of the Paris Agreement provides for the transfer of mitigation outcomes between parties, which could then be used to meet their NDCs — the pledges that these countries have made under the agreement. This provision could enable the creation of an international carbon market, through which these countries’ governments, and private entities, could trade emissions permits across national boundaries. This paper examines the lessons learned from the Kyoto Protocol with respect to the governance of international carbon markets, and how these lessons relate to the provisions under the Paris Agreement’s article 6. The Paris Agreement has outlined the broad political lines of how such a market would function but provided limited specificity as to how to operationalize it. To reach an agreement in Paris, many issues were left reasonably ambiguous, and this is especially true with respect to the issue of governance of article 6. Consequently, there remain significant amounts of work to do, and many issues to negotiate. This paper identifies issues to be decided with respect to article 6, options for dealing with them and outcomes to strive for.

Effets des taxes à l’achat et à l’usage des véhicules sur les émissions de CO2 / Bénédicte Meurisse. Paris : chaire Economie du climat, mai 2017, 20 p. (cahier de recherche ID 49) http://www.chaireeconomieduclimat.org/slider/id-2017-01-effets-taxes-a-lachat-a-lusage-vehicules-emissions-de-co2/

L’instauration d’un Malus à l’achat des véhicules les plus émetteurs conduit les ménages à acheter des véhicules plus « propres ». On observe alors un effet rebond à l’échelle du parc de véhicules neufs qui est plus efficient en moyenne. L’ampleur de cet effet rebond dépend fortement du type de motorisation des véhicules proposés à la vente. Lorsque le Malus fait basculer le ménage d’un véhicule essence à un véhicule diesel, l’effet rebond est amplifié, notamment en raison d’un contenu CO2 du diesel plus élevé et d’un prix du diesel plus faible que celui de l’essence [relativement à une situation ou le Malus fait basculer un ménage d’un véhicule essence fortement consommateur à un véhicule plus économe mais de même motorisation]. L’introduction simultanée avec le Malus d’une taxe sur le carburant permet de limiter l’effet rebond et peut permettre d’éviter que l’on observe un Paradoxe de Jevons (situation dans laquelle les émissions totales sont plus élevées après l’amélioration de la performance énergétique moyenne). Lorsque les véhicules proposés à la vente sont de motorisation différente, une taxe carbone s’avère plus efficace qu’une simple taxe sur le carburant.

Les politiques publiques environnementales chinoises à l’épreuve des économies politiques locales. La Chine face au mur de l’environnement ? / Jean-François Huchet. CNRS éditions, 2017, La Chine face au mur de l’environnement ?, 978-2-271-09515-2. https://hal-inalco.archives-ouvertes.fr/hal-01516261

La Chine traverse une crise environnementale sans précédent dans l’histoire du développement économique. Après une prise de conscience tardive des problèmes de pollution de la part du gouvernement, un dispositif juridique et administratif de lutte contre les dégradations de l’environnement a été progressivement mis en place depuis le début des années 2000. Ce dispositif a été encore renforcé à partir de 2013 avec un gouvernement central affichant une volonté politique beaucoup plus ferme. Ces politiques se combinent également avec un ambitieux programme d’investissements dans les énergies renouvelables. Il est encore trop tôt pour juger de l’efficacité de cette nouvelle combinaison. Parmi tous les facteurs pouvant influencer l’efficacité de ces mesures, la réaction des gouvernements locaux constitue certainement une des clefs de la réussite de ces politiques. On oublie trop souvent dans les analyses concernant l’environnement en Chine, que parallèlement aux facteurs tels que le poids[…]

The economics of air pollution from fossil fuels / David Newbery. Energy Policy Research Group, May 2017, 22 p. (EPRG working paper n° 1708) http://www.eprg.group.cam.ac.uk/eprg-working-paper-1708/

The paper sets out the economic theory for addressing externalities such as air pollution from burning fossil fuels and from road transport, and for public bads such as greenhouse gases, taking as examples the Clean Air Act, 1956, progress in reducing emissions from power stations, and recent concerns over the number of premature deaths from the rapid growth in diesel cars. That damage can be costed at 15p/litre of diesel on average. The last part discusses the efficacy of taxes, quotas or standards and the EU ETS for mitigating climate damage.

 


Vous aimerez aussi...