Climat : papiers de recherche moissonnés (vendredi 9 juin 2017)

L’accord de Paris : un «passager clandestin» nommé Trump / Christian de Perthuis. Chaire Economie du climat, Information et débats n° 53, 7 juin 2017, 16 p. http://www.chaireeconomieduclimat.org/publications/info-debats/laccord-de-paris-passager-clandestin-nomme-trump/

En annonçant le 1er juin 2017 le retrait des Etats-Unis, Donald Trump a choisi de conduire sa stratégie de soutien aux énergies fossiles en dehors de l’accord de Paris. Ce retrait ne facilite en rien la réorientation de la politique énergétique fédérale qui se heurtera à de nombreux obstacles internes et aux lois de l’économie. A moyen terme, le risque est que par un effet de contagion, d’autres grands producteurs d’énergie fossile se détournent de l’accord en démultipliant les passagers clandestins. A l’opposé, ce retrait pourrait catalyser un rebond salutaire des pays restant dans l’accord. Cela implique un renforcement rapide des règles de monitoring et de rapportage, notamment dans les pays émergents, un élargissement de la tarification du carbone que pourrait promouvoir une Europe revigorée et décidée à mettre un terme au délitement de son système d’échange de quotas de CO2 et enfin un effort financier accru pour combler l’assèchement prévisible des contributions américaines. Paradoxe de l’histoire : ce nouveau revirement américain pourrait dès lors conduire à corriger les faiblesses d’un accord reposant bien trop exclusivement sur l’appel à la confiance réciproque et à la bonne volonté de ses parties.

Climate Policy in the new US Administration / Jonathan B. Wiener, Chaire économie du climat, Paris Dauphine, 6/06/2017, 13 p. (policy brief) http://www.chaireeconomieduclimat.org/publications/policy-briefs/policy-brief-climate-policy-in-the-new-us-administration/

During the 2016 presidential campaign, Donald Trump promised to “cancel” the Paris Agreement. On 1 June 2017, he announced his intention to withdraw the United States from the Paris Agreement. More generally, the new Trump administration has been vocal about changing US climate and environmental policies. This paper reviews these proposed changes, potential obstacles, and possible future paths…

Contributions nationales et trajectoires de décarbonation profonde : une approche pragmatique / Patrick Criqui et Sandrine Mathy. Chaire économie du climat. Univ. Paris Dauphine, mai 2017, 14 p. (Information et débats n° 52) http://www.chaireeconomieduclimat.org/publications/info-debats/contributions-nationales-trajectoires-de-decarbonation-profonde-approche-pragmatique/

Prenant le contrepied de l’approche top-down qui prévalait jusqu’à la conférence de Copenhague, l’Accord de Paris est construit sur une approche bottom-up dans laquelle les Etats sont libres de fixer leurs propres objectifs de décarbonation au travers de contributions intentionnelles déterminées nationalement (CIDN). Ce texte présente pour les 13 pays les plus émetteurs de gaz à effet de serre, représentant 75% des émissions mondiales, la valeur carbone implicite à chacune de ces contributions à l’horizon 2030. Celles-ci sont comparées aux valeurs carbone implicites aux niveaux d’émissions nationales de long terme du projet Deep Decarbonization Pathways (DDP) qui a permis l’élaboration de trajectoires nationales compatibles avec une trajectoire globale de 2°C. Pour chaque pays, l’écart entre la valeur implicite du carbone des CIDN et celle des niveaux d’émissions du projet DDP est considérable. Cela montre bien que l’ambition des contributions nationales devra être fortement révisée à la hausse dans les prochains cycles de négociation. Nous soulignons également le rôle central que sont amenées à jouer les trajectoires nationales de long terme de décarbonation dans la définition des CIDN pour assurer que les contraintes du moyen terme des CIDN soient cohérentes avec les options du long terme intégrant l’objectif de 2°C.

Évaluation environnementale du recyclage en France selon la méthodologie de l’analyse de cycle de vie. FEDEREC ; Ademe, avril 2017, 177 p. http://presse.ademe.fr/wp-content/uploads/2017/05/FEDEREC_ACV-du-Recyclage-en-France-VF.pdf

Les entreprises du recyclage, au cœur de l’économie circulaire, portent une véritable responsabilité environnementale puisqu’elles approvisionnent les industries française et mondiale en matières premières de recyclage sources d’économies d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre (GES). Or, pour atteindre les ambitieux objectifs que s’est fixée la France tels qu’une division par 4 de ses émissions de CO2 d’ici 2050 (par rapport à 1990), il faut autant adapter les modèles de production, que ceux de transformation et de consommation afin de les rendre compatibles avec une croissance soutenue et pérenne. C’est tout le principe même de l’économie circulaire dans l’univers du recyclage, où les déchets deviennent des ressources.

Freins à l’adoption de mesures d’atténuation des gaz à effet de serre dans l’agriculture : Quels rôles pour l’aversion au risque et l’aversion à l’ambiguïté ? / Camille Tevenart, Marielle Brunette, Caroline Orset. Chaire économie du climat. Univ. Paris Dauphine, mai 2017, 22 p. (Information et débats n° 51) http://www.chaireeconomieduclimat.org/publications/info-debats/id-51-freins-a-ladoption-de-mesures-dattenuation-gaz-a-effet-de-serre-lagriculture/

La responsabilité du secteur agricole français en matière d’émissions de gaz à effet de serre (GES) n’est plus à prouver. Face à ce constat, des mesures d’atténuation sont proposées aux agriculteurs français. Or, une étude récente montre que ceux-ci auraient intérêt économiquement à mettre en place ces mesures, mais qu’ils ne le font pas. Partant de là, nous nous demandons si l’aversion au risque et l’aversion à l’ambiguïté des agriculteurs pourraient apporter un nouvel éclairage sur les freins à l’adoption des mesures d’abattement. Pour cela, nous présentons et utilisons les théories économiques du risque et de l’ambiguïté existantes, ainsi que la littérature empirique s’attachant à caractériser les préférences individuelles face au risque et à l’ambiguïté.

Report of the High-Level Commission on carbon prices / Joseph E. Stiglitz and Nicholas Stern, co-presidents, Carbon Pricing Leadership coalition. World Bank , Ademe, 29 May 2017, 68 p. https://www.carbonpricingleadership.org/report-of-the-highlevel-commission-on-carbon-prices

Les pays peuvent choisir différents instruments pour mettre en oeuvre leurs politiques climatiques, en fonction des circonstances locales et nationales et de l’appui qu’ils pourront recevoir. D’après les données provenant de l’industrie et des politiques pratiquées dans le passé, et de la littérature économique, en prenant dûment en compte les points forts et les limites de ces sources d’information, la présente Commission conclut que le niveau de prix explicite du carbone compatible avec l’atteinte des objectifs en température de l’Accord de Paris est d’au minimum 40 à 80 dollars par tonne de CO2 en 2020 et 50 à 100 dollars la tonne en 2030, à condition que des politiques d’accompagnement favorables soient mises en place…

Investing in Climate, Investing in Growth. Paris : OECD, May 2017, 314 p. http://www.oecd.org/environment/investing-in-climate-investing-in-growth-9789264273528-en.htm

This report provides an assessment of how governments can generate inclusive economic growth in the short term, while making progress towards climate goals to secure sustainable long-term growth. It describes the development pathways required to meet the Paris Agreement objectives and underlines the value of well-aligned policy packages in mobilising investment and social support for the transition while enhancing growth. The report also sets out the structural, financial and political changes needed to enable the transition.


Vous aimerez aussi...