Energie : papiers de recherche moissonnés (lundi 19 juin 2017)

La pénurie énergétique, obstacle insurmontable à la croissance économique des pays africains ? / Rodolphe Greggio et Benoît Mafféi, Géoéconomie, n° 82, 2016/5, pp.133-148 http://www.cairn.info/revue-geoeconomie-2016-5-p-133.htm

L’inversion récente des perspectives de développement économique en Afrique, après la période d’optimisme du début du siècle, s’explique en particulier par le bilan pour le moins très mitigé en termes d’industrialisation. Contrastant avec l’image de « scandale géologique » souvent colportée, la faiblesse de la disponibilité en énergie sur le continent est une des causes essentielles d’une telle désillusion. Si l’électrification de l’Afrique apparaît alors comme la condition indispensable à toute croissance véritablement intensive, seule susceptible d’enclencher un processus d’enrichissement significatif et durable des populations, pour le moment le parcours demeure, en dépit d’indéniables atouts, incertain et semé d’obstacles.

Géopolitique de la transition énergétique / Philippe Charlez, Géoéconomie, n° 82, 2016/5, pp. 109-132 http://www.cairn.info/revue-geoeconomie-2016-5-p-109.htm

Si la 21e Conférence sur le Climat de 2015 s’est terminée par un « accord cadre » approuvé à l’unanimité, l’accord est contraignant politiquement mais non juridiquement. Cette prise de conscience collective ne doit pas faire oublier que la transition énergétique se heurte à une hétérogénéité de situations historiques, économiques et géographiques et qu’elle ne repose pas sur le seul objectif environnemental mais aussi sur trois autres piliers : sociétal, politique et économique. Un prix élevé du baril signifie croissance pour les Russes mais stagnation ou récession pour les Européens. Quand l’économie américaine développe ses gaz de schiste et provoque l’effondrement du cours du charbon, ce dernier est absorbé par les pays européens les plus avancés en renouvelables au mépris de la réduction de leurs émissions. Les pays riches dont la croissance est en berne pourront-ils financer au nom du passé la future transition de pays émergents en pleine croissance ? De plus, si un ordre mondial de l’énergie s’avère chimérique, il est tout aussi naïf de croire en la loyauté des États nations. Aussi est-ce dans la construction de Confédérations régionales gérant de façon rationnelle leur destin énergétique que se trouve l’issue d’une transition réussie. À ce titre, la transition doit être traitée et ressentie comme une évolution volontaire et non comme une révolution subie.

Les hydrocarbures de l’Arctique : Eldorado ou chimère ? / Loïc Simonet, Géoéconomie, n° 82, 2016/5, pp. 73-98 http://www.cairn.info/revue-geoeconomie-2016-5-p-73.htm

Vaste espace de 21 millions de kilomètres carrés équivalent à 6 % de la surface du globe, l’Arctique abriterait 13 % des réserves de pétrole mondiales à découvrir et 30 % de celles de gaz. Le réchauffement climatique, qui a ouvert les deux passages circumpolaires à la navigation des tankers, tout comme les perspectives d’agrandissement de leur souveraineté économique dans la zone, ont suscité l’intérêt des États riverains, mais aussi la convoitise d’autres acteurs économiques dans le monde, sans pour autant mettre en péril la concertation et la coopération qui ont jusqu’ici présidé aux destinées du pôle Nord. Cependant, dans un contexte économique défavorable, confrontés aux difficultés techniques, aux coûts exorbitants et à la pression des défenseurs de l’environnement, les opérateurs pourraient réévaluer la rentabilité des hydrocarbures de l’Arctique et remiser, au moins à court terme, leurs espoirs dans la région.

Willingness to Pay for Solar Panels and Smart Grids / T. Durmaz, A. Pommeret, I. Ridley. Milan, Italy: Fondazione Eni Enrico Mattei, 2017 (Nota di Lavoro 24.2017) http://www.feem.it/getpage.aspx?id=9113&sez=Publications&padre=73

It is expected that the renewable share of energy generation will rise considerably in the near future. The intermittent and uncertain nature of renewable energy (RE) calls for storage and grid management technologies that can allow for increased power system flexibility. To assist policy makers in designing public policies that incentivize RE generation and a flexible power system based on energy storage and demandside management, better knowledge as to the willingness to pay for the corresponding devices is required. In this paper, we appraise the willingness of a household (HH) to pay for a 1.9 kW peak photovoltaic (PV) system and smart grid devices, namely, a smart meter and a home storage battery. Results indicate that having access to a storage device is key for the HH decision to install a smart meter. We also find that it is beneficial for the HH to install the PV system regardless of the pricing scheme and the ownership of the battery pack. It is, nevertheless, barely desirable to install the battery pack regardless of the presence of the PV system; an outcome pointing to the fact that the high cost of storage is a drawback for the wider use of these systems. When storage is constrained in such a way that only the generated power can be stored, the willingness to install the battery pack reduces even further. The investment decisions made when legislation prohibits net-metering are also analyzed.

The Decarbonised Electricity System of the Future: The ‘Two Market’ Approach / Malcolm Keay and David Robinson. Oxford Institute for Energy Studies, June 2017, 16 p. (Energy insight ; 14) https://www.oxfordenergy.org/publications/decarbonised-electricity-system-future-two-market-approach/

Electricity markets are broken; they no longer fulfil their primary functions of providing appropriate signals for producers and consumers.  The problem arises from a combination of changes in technology (from predominantly marginal cost plants to predominantly capital cost plants) and of policy (support for intermittent renewable plants) which undermine traditional market structures.  In the view of the authors, markets will require fundamental reform to resolve the problem.  Existing market structures are inevitably leading to greater central intervention – support for renewables and the creation of capacity markets.  There needs to be a shift in emphasis which will enable consumer preferences to be expressed clearly and drive overall market development.  The reforms needed will require not just a change in market design but also in consumer attitudes to electricity – this will necessitate a relatively simple and comprehensible basic offer at consumer level. Against this background the authors propose a new approach to market design which will enable intermittent renewable sources to be accommodated; maintain overall system reliability while enabling consumers to put a value on their own supply security; provide clear signals to generators for investment and operation; and provide an ‘exit strategy’ allowing government intervention to be limited in the long run to the setting of framework conditions only.  In the view of the authors, no other proposal put forward to date can meet all these objectives.

La stratégie des marges symétriques pour la conquête de nouvelles ressources pétrolières / Benjamin Auge. Notes de l’Ifri, avril 2017, 22 p. http://www.ifri.org/fr/publications/notes-de-lifri/strategie-marges-symetriques-conquete-de-nouvelles-ressources

Les découvertes géantes de Jubilee au Ghana (Tullow Oil) ou encore plus récemment de Liza au Guyana (ExxonMobil) ont accéléré l’exploration du bassin Atlantique. Les pétroliers ont depuis lors accentué leurs efforts sur les deux rives des deux continents qui n’en formaient autrefois qu’un seul. Revue des enjeux de ces explorations et développements singuliers. Les cours du brut en quasi-constante augmentation entre 2003 et 2014 ont significativement accru la prise de risque des sociétés pétrolières dans des zones encore relativement méconnues. Les découvertes de pétrole dans l’offshore de certains pays du golfe de Guinée comme le Ghana ont ainsi contribué à renforcer la certitude des géologues, pourtant déjà ancienne, que des gisements pouvaient également se trouver de l’autre côté de l’Atlantique, en Amérique du Sud, dans ce qu’il est convenu d’appeler les marges symétriques. Ces dernières ont la particularité d’avoir une géologie similaire alors même que très éloignées géographiquement. Or, les côtes de l’Afrique et de l’Amérique, ayant été collées il y a plusieurs millions d’années, avant la séparation des continents, sont potentiellement un miroir géologique grâce auquel il est possible de découvrir de part et d’autre du pétrole ou du gaz. Cette note se propose d’effectuer un état des lieux des explorations sur les deux rives de l’Atlantique et d’exposer les nouveaux défis géologiques ainsi que géopolitiques que ce type d’exploration entraîne.


Vous aimerez aussi...