Revue de presse – jeudi 22 juin 2017

Transition énergétique : les collectivités réclament une réforme fiscale, la Tribune, 22/06/2017

Manquant de moyens pour mettre en œuvre leurs plans dédiés à la transition énergétique, les territoires membres de l’association Amorce demandent l’affectation des revenus dégagés par la contribution climat énergie et prônent une fiscalité plus juste et incitative sur les déchets… lire

Nucléaire : l’EPR de Flamanville franchit une étape décisive, le Monde économie, 21/06/2017

L’Autorité de sûreté nucléaire devrait valider à la fin juin la cuve du réacteur, jugée sûre malgré un acier défectueux… lire

Total veut vendre du gaz et de l’électricité en direct, le Monde économie, 22/06/2017

Le groupe réfléchit à commercialiser, sous sa marque, les deux énergies aux particuliers… lire

Saudi Prince’s Elevation Will Have Far-Reaching Consequences in Energy, New York Times, 21/06/2017

As the new heir apparent to the throne of Saudi Arabia, Prince Mohammed bin Salman will play an even more influential role in world oil markets at a time when big crude-producing nations are struggling to prop up prices… lire

Une province chinoise s’affranchit du charbon, le Monde, 22/06/2017

Le Qinghai tente, pendant une semaine, de n’utiliser que des énergies renouvelables… lire

Un rapport propose l’écotaxe dans les villes, Les Echos, 22/06/2017

Le think tank Terra Nova prône l’application de la taxe sur les autoroutes urbaines. Il s’agirait d’inciter à une logistique plus vertueuse dans les villes… lire

Climat: les ONG expliquent à Macron comment « passer du discours à la pratique », La Tribune, 21/06/2017

En attendant la feuille de route gouvernementale qui devrait être présentée début juillet, les associations présentent leurs propositions. Des précisions sur l’évolution du parc nucléaire et la création de la taxe sur les transactions financières sont jugées indispensables… lire

Pourquoi nous ne voyons pas que le monde va de mieux en mieux, La Tribune, 21/06/2017

Dans son ouvrage intitulé « Non, ce n’était pas mieux avant », aux éditions Plon(*), l’économiste suédois Johan Norberg réfute l’idée générale que nous vivons dans un monde qui va de plus en plus mal. Chiffres à l’appui, il montre que cette impression de malheur est davantage dominée par l’émotion que par la raison. Et met en garde contre un tel aveuglement qui favorise l’accession au pouvoir de leaders populistes dont les politiques sont davantage synonymes de régression que de progrès… lire


Vous aimerez aussi...