Energie : papiers de recherche moissonnés (24 juillet 2017)

L’Union européenne et le réchauffement climatique. Echec en vue et crédibilité en jeu, Lettre Géopolitique de l’Electricité, n°76, 30 juin 2017, 11 p. http://www.geopolitique-electricite.fr/documents/ene-227.pdf

La Commission européenne et l’Agence européenne de l’environnement ont prévenu : l’objectif transmis par l’Union européenne aux Nations Unies de réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990 ne sera pas atteint avec les politiques actuelles. L’Agence de l’environnement, fin 2016, enfonce le clou : les réductions ne seraient que de 26 à 29% en 2030. Or celles-ci ont déjà diminué de 23% en 2014 .Ainsi les politiques actuelles ne mèneraient qu’à des réductions supplémentaires de 3 à 6% en seize ans (2014-2030). Comment expliquer cette quasi-stagnation ? Les politiques actuelles reposent, de fait, sur deux axes : l’efficacité énergétique avec mille milliards d’euros d’investissements en dix ans et les énergies renouvelables avec 800 milliards d’investissements déjà réalisés.
Si effectivement, les projections de l’Agence de l’Environnement se confirment, la crédibilité de l’Union européenne dans sa lutte contre le réchauffement climatique sera mise à mal et son ambition de leader mondial en la matière n’aura plus de base. La Commission a proposé une nouvelle politique sur des bases inchangées : efficacité énergétique et énergies renouvelables, sans véritable marché du carbone. Les leçons de la politique précédente n’ont pas été tirées et les ratés n’ont pas été expliqués, d’où un doute quant à la pertinence des nouvelles dispositions. Il est inquiétant dans un paquet législatif intitulé « Energie propre pour tous les Européens », que la seule mesure possible de « propreté » du mix énergétique, l’intensité des émissions par unité d’énergie consommée, ne soit pas utilisée comme donnée principale. Ceci est significatif de la réticence à créer un véritable marché du carbone. S’il y a vraiment un pilote dans l’avion, il faudrait qu’il regarde son tableau de bord.

The Multiple Paths to Peak Oil Demand / Christophe Brognaux, Eric Boudier, Esben Hegnsholt, and Anders Porsborg-Smith. Boston Consulting Group, 21/07/2017 https://www.bcg.com/publications/2017/energy-environment-upstream-oil-gas-multiple-paths-peak-oil-demand.aspx

This article is the first in a series on the future of energy in an increasingly uncertain world.

For decades, the world has been accustomed to steadily increasing demand for oil as the number of cars, airplanes, and ships has risen. Efficiency gains and the opportunity to substitute oil with other energy sources are casting doubts on continued demand growth, however. If these are proved right, a new era of structural decline in the oil industry will have important implications for companies, governments, and investors.

Interactions entre énergie nucléaire et énergies renouvelables variables dans la transition énergétique en France : adaptations du parc électrique vers plus de flexibilité / Camille Cany. Economies et finances. Université Paris-Saclay – CentraleSupélec, 2017, 348 p. https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01565665

Le parc électrique français, caractérisé par une part élevée d’électricité nucléaire, est à l’aube d’une période de transition qui s’étendra au-delà de 2050. Cette transition est caractérisée par une augmentation de la part de l’éolien et du solaire et, en parallèle, une réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique, laquelle devrait rester toutefois significative. L’intégration de l’éolien et du solaire dans un mix nécessite de mobiliser des moyens de flexibilité supplémentaires pour maintenir le niveau de fiabilité objectif du système, tant dans le court terme que dans le long terme. L’ensemble des leviers du côté de l’offre et de la demande électrique devra être mis en œuvre pour répondre à ces nouveaux besoins de flexibilité. Le parc nucléaire aura son rôle à jouer. Dans ce contexte, comment la France peut-elle adapter son parc électrique vers plus de flexibilité, tout en conservant un mix bas-carbone et en maîtrisant les coûts associés ?…

Can tenants afford to care? Investigating the willingness-to-pay for improved energy efficiency of rental tenants and returns to investment for landlords / Matthew Collins and John Curtis. Dublin : Economic and Social Research Institute, June 2017, 25 p. (working paper ; n° 565) https://www.esri.ie/pubs/WP565.pdf

Throughout the developed world, residential buildings in the rental sector exhibit lower levels of energy efficiency than the owner-occupied building stock. A double-bounded dichotomous choice contingent valuation method is used to examine how much renters are willing to pay in their monthly rent for improved energy efficiency, measured via energy performance certificates. The results of this analysis are used to examine the returns to investment available to landlords for various measures. Using an administrative dataset of residential retrofits, we examine the upfront cost to landlords of engaging in energy efficiency retrofits of varying depths and calculate the relevant payback period. Conditional upon possessing a non-zero willingness-to-pay, we find that tenants in Ireland are willing to pay an average of over €40 for each one-grade improvement in their accommodation’s Building Energy Rating. We find short payback periods for attic and cavity wall insulation and prohibitively long payback periods for external wall insulation and solar heating.

Who pays for renewables? Increasing renewable subsidisation due to increased datacentre demand in Ireland / Muireann Á. Lyncha and Mel T. Devine. Dublin : Economic and Social Research Institute, June 2017, 7 p. (working paper ; n° 566) https://www.esri.ie/pubs/WP566.pdf

Demand from datacentres makes up a rapidly growing portion of electricity demand in Ireland. Increased demand in turn gives rise to increased renewable generation, mandated by government targets, and a corresponding increase in subsidisation levels. The current method of apportioning renewable subsidy costs may lead to consumers other than datacentres bearing this excess cost of subsidisation. This letter calculates the expected impact on these consumers.

Russia’s Use of the “Energy Weapon” in Europe / Gabriel Collins, J.D. Baker Institute for Public Policy, July 2017, 8 p.(issue brief n° 07.18.17) https://www.bakerinstitute.org/files/12025/

In June 2017, the US Senate voted 98–2 to pass a bill designed to strengthen existing US sanctions against Russia, including a provision that would allow sanctions against those who provide capital, services, or other support to projects that build, expand, or even maintain Russian energy export pipelines…


Vous aimerez aussi...