La Commission européenne publie trois études sur les combustibles fossiles non conventionnels

La Commission européenne a publié récemment trois études sur les combustibles fossiles non conventionnels, en particulier le gaz de schiste. Les études portent sur les effets potentiels de ces combustibles sur les marchés de l’énergie, l’impact climatique potentiel de production de gaz de schiste et les risques potentiels relatifs à l’exploitation et à la fracturation hydraulique que les gaz de schiste pourraient présenter pour la santé humaine et l’environnement.

  • Unconventional Gas: Potential Energy Market Impacts in the European Union / Ivan Pearson,, et al. JRC, 2012, 328 p. lien

Cette étude relative à l’impact sur le marché de l’énergie montre que le développement des gaz non conventionnels aux États-Unis ont permis la disponibilité de plus grandes réserves de gaz naturel liquéfié au niveau mondial, ce qui a eu un impact direct sur les prix du gaz dans l’UE.

  • Climate Impact of Potential Shale Gas Production in the EU. Final report / Daniel Forster and Jonathan Perks. European Commission, July 2012, 158 p. lien

L’étude relative à l’impact climatique montre que le gaz de schiste produit dans l’UE entraîne des émissions de gaz à effet de serre plus importantes que le gaz naturel classique produit dans l’UE, mais – si cette ,production est bien gérée – moins de gaz à effet de serre que le gaz importé de l’extérieur de l’UE, que ce soit par gazoduc ou par méthanier en raison  de l’impact sur les émissions provenant du transport de gaz à longue distance.

  • Support to the identification of potential risks for the environment and human health arising from hydrocarbons operations involving hydraulic fracturing in Europe / Mark Broomfield. European Commission. DG Environment, Aug. 2012, 292 p. lien

L’étude sur l’impact environnemental montre que l’extraction du gaz de schiste entraîne généralement une plus grande empreinte écologique plus importante que l’exploitation de gaz conventionnel. Des risques de contamination des sols et eaux souterraines, l’appauvrissement des ressources en eau, pollution de l’air et sonores, occupation des terres,  perturbation de la biodiversité et impacts liés à la circulation sont jugés trop élevés dans le cas des projets cumulatifs.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.