La mobilité durable à l’épreuve de la fabrication de la ville tertiaire

La mobilité durable à l’épreuve de la fabrication de la ville tertiaire / Boisnier Cyril. Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés – LATTS, in : Les Rencontres Interdisciplinaires Doctorales de l’Architecture et de l’Aménagement Durables, Vaulx-en-Velin, février 2013, 14 p.

http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00804573

La communication vise à rapprocher dans un contexte d’impératifs de réduction des émissions des gaz à effet de serre, d’un côté, la production de la ville tertiaire, et de l’autre, les actions des acteurs privés en faveur de la mobilité durable. L’originalité du sujet tient à ce qu’aucune source textuelle française n’a analysé à ce jour, l’interaction entre production urbaine et mobilité durable, avec comme univers d’observation les sociétés foncières. Dans la chaîne des acteurs urbains, les sociétés foncières interviennent pour leur propre compte, dans une démarche d’investisseur, parfois de maître d’ouvrage/d’œuvre, et de bailleur-propriétaire, sous contrainte de rentabilité. Des expériences menées dans le cadre de projets urbains témoignent que la logique financière peut converger dans une certaine mesure avec les politiques publiques visant à modifier les comportements de mobilité vers des déplacements doux ou moins polluants. Par ailleurs, le thème du transport (accessibilité aux transports en commun, voies piétonnes, pistes cyclables, parking, etc.) et ses externalités négatives sont pour l’entreprise une composante de sa stratégie de localisation, de certification environnementale et de communication vers les parties prenantes. La question de la mobilité durable est une problématique cruciale des propriétaires de centres commerciaux et d’entrepôts logistique, ou de bureaux. Elle impacte également les modes de consommation ou le comportement des occupants d’immeubles (déplacements professionnels et domicile-travail, accès à personne à mobilité réduite, surfaces de parking, limitation des flux, etc.). On peut faire l’hypothèse que les initiatives en matière de mobilité durable des acteurs privées, ne tiennent pas, tant à des premières intentions environnementales, qu’au respect de la réglementation, au marché captif que représente la ville durable, et à l’image de marque de l’entreprise. Mais le dilemme entre création de valeur financière et durabilité subsiste. La question posée concerne la stratégie des sociétés foncières en matière de déplacement et sa mise en œuvre à l’échelle locale. L’infrastructure méthodologique s’appuie sur l’analyse des rapports de développement durable, des entretiens semi-directifs et l’étude des projets urbains mixtes notamment l’aménagement de l’hypercentre de Clermont-Ferrand. Nous nous interrogeons, d’une part, comment les voies législatives ont influé le gouvernement de ces entreprises, et d’autre part, sur leurs aptitudes à produire la ville.



Citer ce billet
Danièle Revel (2013, 8 avril). La mobilité durable à l’épreuve de la fabrication de la ville tertiaire. Veille énergie climat. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oa8w

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search