Tarifications dynamiques et efficacité énergétique et environnementale

Tarifications dynamiques et efficacité énergétique et environnementale / Claire Bergaentzlé, Cédric  Clastres & Haikel Khalfallah. Grenoble : EDDEN, avril 2013, 33 p.

Texte à télécharger sur hal-shs : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00812710

Résumé :

L’activation de la demande électrique permet d’atteindre des objectifs d’efficacité énergétique et environnementale grâce à la maîtrise des consommations (ou DSM pour Demand Side Management). De nombreux pilotes menés ces dix dernières années permettent d’avoir une représentation robuste de l’impact des outils d’activation de la demande ; cependant, ces outils doivent être calibrés pour répondre à des enjeux bien identifiés.
La présente étude suggère que des modèles différents de DSM soient choisis, selon les spécificités des mix de production des pays ainsi que leur capacité d’échange aux interconnexions.
Un modèle est réalisé pour déterminer le niveau de DSM nécessaire pour atteindre les meilleurs bénéfices économiques et environnementaux pour cinq pays interconnectés et aux différents mix de production. Deux hypothèses d’interconnexion, illimitée et réelle, sont retenues et comparées à la situation d’un pays isolé. Dans un tel contexte, l’intégration des énergies intermittentes, la sortie du nucléaire, le niveau de risque de défaillance en pointe et le report des effacements vont être des déterminants majeurs dans l’adoption de mesures et d’outils DSM.
Cette étude vise à apporter des recommandations concernant les instruments d’activation de la demande qui maximisent les efficacités énergétiques et environnementales pour les différents cas de pays étudiés. Cinq conclusions majeures sont à retenir de cette étude. Premièrement, les stratégies DSM dépendent fortement des mix de production des pays et ne sont pas automatiquement reproductibles. Deuxièmement, une vision de marché européen parfaitement intégré modifie le niveau d’effort à réaliser pour chaque pays, et demande une concertation et une coordination fortes dans les stratégies nationales de DSM. Troisièmement, la situation d’interconnexions limitées laisse apparaître les stratégies optimales de DSM et d’échange à adopter par chaque pays pour atteindre les objectifs d’efficacité les plus importants. Quatrièmement, il apparaît que l’efficacité augmente avec le niveau d’effort mais à taux décroissant, suggérant une préférence pour les outils DSM simples. Enfin, les résultats des programmes de DSM sont largement dépendants de l’effet de report des consommations, lequel, s’il n’est pas maîtrisé, peut éliminer les bénéfices de l’effacement, particulièrement en situation de parc fortement thermique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.