Politique énergétique russe à l’Est : le casse-tête chinois de Rosneft

Politique énergétique russe à l’Est : le casse-tête chinois de Rosneft / Nina Poussenkova. Russie.NEI.Visions n° 70, avril 2013, 24 p.

http://www.ifri.org/?page=detail-contribution&id=7634

Présentation (© IFRI) :

Au cours des dix dernières années, la Russie s’est fixé pour objectif stratégique de développer sa politique énergétique à l’Est et de renforcer ses liens pétroliers et gaziers avec la région Asie-Pacifique. Si les relations avec la Chine sont pour l’instant au point mort dans le domaine du gaz, elles ont marqué un net progrès dans celui du pétrole grâce aux efforts de Rosneft, première compagnie pétrolière russe, qui occupe une position privilégiée grâce aux immenses réserves de Sibérie orientale.

Rosneft a bénéficié de prêts octroyés par des banques chinoises pour garantir l’approvisionnement de la Chine en pétrole russe et a plaidé en faveur d’une dérivation vers la Chine de l’oléoduc Sibérie-Pacifique. Elle a largement contribué à l’augmentation des exportations de pétrole russe vers la Chine et a permis à la China National Petroleum Corporation (CNPC) et à Sinopec de prendre part aux activités d’exploration et de production (upstream) en Russie. En outre, elle coopère avec ces entreprises à l’étranger et a vendu une partie de ses actions à la CNPC. Enfin, elle participe aux activités de raffinage et de distribution (downstream) du pétrole en Chine.

Rosneft sert ainsi les ambitions stratégiques du gouvernement, qui entend diversifier ses marchés d’exportation d’hydrocarbures et développer l’exploitation de l’Est du pays, tout en pesant sur la politique énergétique de l’État. En quête d’un statut de multinationale, elle poursuit aussi ses propres objectifs à long terme par le développement de ses activités à l’international, et notamment vers les marchés de la zone Asie-Pacifique. La Chine permet également à Rosneft de dégager des bénéfices commerciaux à court terme : les deux premiers prêts chinois ont permis de financer le rachat de Ioukos, et Rosneft envisage maintenant de lever des fonds pour l’acquisition de TNK-BP. Les ambitions commerciales de Rosneft sont-elles compatibles avec les objectifs à long terme de la Russie, alors qu’elles placent le pays sous la dépendance de la Chine ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Danièle Revel (16 avril 2013). Politique énergétique russe à l’Est : le casse-tête chinois de Rosneft. Veille énergie climat. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oa9l


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search