Transition énergétique pour quelle société ?

Transition énergétique pour quelle société ? / Gérard Magnin, Délégué Général d’Energy Cities. Communication à la Conférence internationale de l’intelligence territoriale Territorial Intelligence, Socio-Ecological Transition and Resilience of the Territories, 30-31 May 2013, Besançon et Dijon, 14 p.

http://www.energy-cities.eu/Transition-energetique-pour-quelle

Résumé de l’auteur :

Souvent considérée comme une question de nature technique et une affaire de spécialistes, l’énergie est en fait une question sociétale. Elle interfère avec tous les aspects de la société et, en retour, toutes les activités humaines influencent la chose énergétique. La transition énergétique est nécessaire pour des raisons écologiques, culturelles, économiques et sociales. Elle est rendue possible par les technologies disponibles, mais celles-ci sont peu de choses si elles ne sont pas associées à de nouvelles formes de gouvernance. In fine, la transition énergétique consiste à passer des énergies de stock (fossiles et fissiles) aux énergies de flux (renouvelables) peu émettrices de carbone. Elle vise une société plus sobre en consommation et plus efficace dans l’utilisation de l’énergie, mieux à même de mobiliser des ressources renouvelables en quantité significative. Cela passera par une relation plus étroite entre solutions énergétiques et développement territorial,
une meilleure connaissance du métabolisme territorial, une stimulation de l’économie endogène, l’implication des communautés humaines sur un sujet vital, un renforcement de la résilience des territoires. La transition énergétique est une composante de la transition écologique. Elle est un des défis majeurs du début de notre siècle. Comme dans toute transition, le vieux tarde à disparaître tandis que le neuf tarde à apparaître, pour paraphraser Gramcsi. Des pays sont davantage prédisposés à opérer le tournant nécessaire pendant que d’autres font de la résistance. Certains misent sur une troisième révolution industrielle basée sur
l’alliance des énergies renouvelables et des technologies de l’information qui redonnerait des bases nouvelles à une croissance fatiguée.
L’existence de féodalités est toujours un frein au changement et les systèmes centralisés ouvrent peu d’espace aux innovations ou à l’empowerment des sociétés et des citoyens. Cependant, un monde énergétique nouveau est en train de s’inventer, à partir d’initiatives locales, de municipalités, de régions, de communautés, d’entreprises, d’associations ou de coopératives. La question énergétique prend ainsi toute sa dimension universelle en ce sens qu’elle invite tous les niveaux de gouvernance et une multitude d’acteurs à devenir partie prenante.
Cet article vise à mettre en évidence des tendances perceptibles dans les pays européens notamment. Certaines d’entre elles ne sont que des signaux faibles, à contre-courant des tendances lourdes d’un développement non durable. D’autres sont déjà transformées en politiques nationales, après que le niveau local ait pu expérimenter leur pertinence. Il a également pour objet de montrer ce que sont les facteurs-clés de la transition énergétique au niveau territorial, en particulier à partir de l’expérience des villes pour lesquelles des propositions sont esquissées. Car en définitive, la transition énergétique ne prend son sens que par rapport à la société que nous souhaitons construire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search