Impact du développement des gaz de schiste aux États-Unis sur la pétrochimie européenne

Impact du développement des gaz de schiste aux États-Unis sur la pétrochimie européenne / Sylvie Cornot-Gandolphe. Paris : IFRI, octobre 2013, 60 p. (note de l’IFRI)

http://www.ifri.org/downloads/ifrinotescgfinalect1810.pdf

Résumé de l’IFRI :

La révolution des gaz de schiste a fait chuter les prix de l’énergie, réduisant significativement le coût de la matière première utilisée par la pétrochimie américaine. Le prix du gaz américain a été divisé par trois entre 2008 et 2012. L’éthane, issu des liquides de gaz naturel (LGN) contenus dans les gaz de schiste, et utilisé par la pétrochimie américaine comme matière première pour la fabrication d’éthylène, a vu son prix chuter de 55 % entre 2008 et 2012. Ces baisses entraînent un avantage de compétitivité significatif pour l’industrie pétrochimique américaine, dont les marges explosent. Les États-Unis sont devenus la deuxième région offrant des coûts en énergie et matières premières les plus bas au monde, juste après le Moyen-Orient.

Ce regain de compétitivité entraîne une renaissance de la pétrochimie américaine, alors que le secteur stagnait et avait même connu des vagues de fermetures de sites au milieu de la décennie passée. D’ici 2017, environ 15 milliards de dollars vont être investis dans le pays pour accroître de 40 % la capacité de production d’éthylène – produit phare de la pétrochimie. L’avantage compétitif se répercute en aval de la filière. Notamment les plastiques issus la transformation des bases pétrochimiques sont utilisés par l’industrie manufacturière dans trois grands secteurs de consommation : emballage, bâtiment, automobile. D’ici à 2017, les capacités de production de polyéthylène, polymère le plus utilisé pour la production de plastiques, devraient également s’accroître de 40 %. Les retombées économiques de ces investissements sont significatives. L’American Chemistry Council (ACC) a réalisé une étude portant sur une centaine de projets d’investissement recensés à fin mars 2013 dans la chimie américaine (hors produits pharmaceutiques). Ces projets représentent un investissement total de 72 milliards de dollars d’ici à 2020. Ils augmenteraient le chiffre d’affaires de l’industrie chimique de 67 milliards de dollars (dollars 2012) en 2020 et créeraient 1,2 million d’emplois pendant la période de construction. En 2020, les recettes supplémentaires pour l’économie américaine s’élèveraient à 201 milliards de dollars,  les recettes fiscales atteignant 14 milliards de dollars. L’ACC estime qu’avec ces investissements, les États-Unis vont devenir exportateurs nets de produits chimiques, éliminant le déficit commercial lié à l’importation croissante de produits pharmaceutiques…  lire la suite sur le site de l’IFRI


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Danièle Revel (28 octobre 2013). Impact du développement des gaz de schiste aux États-Unis sur la pétrochimie européenne. Veille énergie climat. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oant


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search