Secteur électrique en phase 2 de l’EU ETS : moins d’émissions de CO2, mais toujours autant de charbon

Secteur électrique en phase 2 de l’EU ETS : moins d’émissions de CO2, mais toujours autant de charbon / Nicolas Berghmans and Émilie Alberola. Paris : CDC Climat, novembre 2013, 34 p. (Etude Climat n°42)

http://www.cdcclimat.com/spip.php?action=telecharger&arg=2288

Présentation (© CDC Climat) :

Depuis 2005, 1 453 centrales électriques et de cogénération participent au système européen de quotas d’émissions de CO2 échangeables (European Union Emission Trading Scheme ou EU ETS en anglais) qui les contraint au respect d’un plafond d’émissions de CO2 annuel. Les centrales thermiques utilisant comme carburant primaire le charbon (bitumineux, lignite ou autre) et le gaz naturel constituent à part égale 86 % de la capacité de production incluse dans l’EU ETS. Les centrales à gaz naturel sont deux fois plus nombreuses que celles fonctionnant au charbon : 671 centrales à gaz contre 352 centrales à charbon. Au cours de la phase 2 (2008-2012), le secteur électrique et de la cogénération a vu une baisse de ses émissions de CO2 de 186 Mt, soit – 14,2 %, passant de 1 306 Mt en 2007, dernière année de la phase 1 à 1 120 Mt en 2012. Cette baisse diffère selon le type de centrale et le combustible utilisé :

  • Les émissions des centrales de production exclusivement électrique ont diminué plus fortement leurs émissions de CO2 que les sites de cogénération.
  • Ce sont les centrales à gaz et à pétrole qui ont vu leurs émissions de CO2 se replier le plus fortement, de respectivement – 34 % et – 30 % entre 2008 et 2012 : les émissions de CO2 issues des centrales au gaz chutant de 273 à 175 MtCO2 et celles des centrales à pétrole de 50 à 37 MtCO2.
  • Après avoir fortement baissé en 2008 et 2009, au plus fort de la crise économique, les émissions de CO2 issues des centrales à charbon ont même eu tendance à augmenter entre 2009 et 2012, atteignant 846 MtCO2 en 2012. Cette hausse s’explique d’une part par le regain de compétitivité du charbon comme combustible pour les centrales thermiques en Europe, notamment du fait de l’exportation de la production excédentaire du charbon des Etats-Unis vers l’Europe et de l’effondrement du prix du carbone en Europe qui ne pénalise plus les centrales à charbon durant les années 2011 et 2012.

Malgré la baisse générale de ses émissions de CO2 entre 2008 et 2012, le secteur de l’électricité et de la cogénération reste structurellement déficitaire en quotas : 865 MtCO2 au terme de la phase 2 du fait d’une allocation de quotas gratuits réduite par rapport à la phase 1. Ce déficit de quotas est largement porté par les centrales à charbon, tandis que les centrales à gaz ont globalement reçu plus de quotas qu’elles n’ont émis de CO2. Principale source de demande d’actifs carbone (quotas EUA et crédits Kyoto, CER ou ERU), le secteur a restitué 533 millions de crédits Kyoto, comblant ainsi 65 % de son déficit. Par rapport à une restitution entièrement constituée d’EUA, l’utilisation de crédits internationaux a permis aux producteurs électriques d’économiser un peu plus de 2 Mds d’€, dont 1,2 Mds d’€ sur la seule année 2012.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Danièle Revel (16 décembre 2013). Secteur électrique en phase 2 de l’EU ETS : moins d’émissions de CO2, mais toujours autant de charbon. Veille énergie climat. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oar4


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search