Deux articles sur la prospective énergétique, dans la revue Futuribles

In : Futuribles, n° 398, janvier-février 2014 http://www.futuribles.com/fr/base/revue/398/

Construire une centrale à gaz, un champ d’éoliennes ou un barrage hydro-électrique pour fournir de l’électricité à une région ? Protéger ou non une zone par des digues contre un risque d’inondation ? Quelle stratégie pour répondre aux besoins futurs en eau d’un territoire ? (…)  Prendre une « bonne » décision requiert à la fois une vision qualitative de l’éventail des futurs possibles, et une évaluation quantitative des trajectoires envisageables. Dans l’approche classique, l’exploration qualitative précède la traduction quantitative. Plus précisément, le savoir-faire prospectif consiste à sélectionner quelques jeux d’hypothèses contrastées, qui permettent de construire un petit nombre de scénarios qui ont du sens et sont représentatifs du champ des futurs possibles. On traduit ensuite les hypothèses retenues pour ces scénarios en données d’entrée des modèles mathématiques décrivant la dynamique des systèmes étudiés, pour quantifier les scénarios. Or, la complexité des situations réelles, où les effets croisés entre les différents facteurs influents peuvent conduire à des trajectoires totalement contre-intuitives, remet en cause ce séquencement du travail : la représentativité des hypothèses retenues en entrée ne garantit plus la représentativité des scénarios produits en sortie. Le travail présenté ici s’attaque précisément à cette problématique, en proposant une méthode qui contourne la difficulté : plutôt que de sélectionner a priori quelques jeux d’hypothèses pour construire un petit nombre de scénarios d’étude, il s’agit de faire tourner les modèles des centaines ou milliers de fois pour explorer un large ensemble de futurs plausibles. Les choix se feront alors dans l’espace-cible (celui des scénarios) plutôt que l’espace-source (celui des hypothèses)…

Toutes les projections tendancielles montrent que notre modèle énergétique insouciant, hérité du passé, n’est pas durable. En matière d’énergie, le futur ne peut donc pas être la prolongation du passé. Il nous faut repenser notre rapport à l’énergie, prendre en compte des contraintes de ressources et de climat que nous négligions jusqu’à présent, imaginer et mettre en œuvre collectivement la nécessaire « transition énergétique » qui en découle. C’est un terrain d’application rêvé pour les travaux de prospective. Pour se projeter dans ce futur qui devra différer du passé, l’utilisation de modèles quantitatifs calés sur ce passé soulève évidemment de nombreuses des durées de vie des installations énergétiques, les explorations qualitatives de trajectoires en rupture rapide soulèvent elles aussi de multiples questions. Dans le débat français, qui depuis quelques années oppose les tenants d’un réalisme quantitatif aux promoteurs d’une révolution qualitative, les scénarios techniques ou militants brandis par les uns et les autres rendent-ils in fine les services que l’on attend de la prospective ?…



Citer ce billet
Danièle Revel (2014, 3 février). Deux articles sur la prospective énergétique, dans la revue Futuribles. Veille énergie climat. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oaue

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search