Jeux dynamiques relatifs au changement climatique

Jeux dynamiques relatifs au changement climatique / Remy Dullieux, Centre d’économie de la Sorbonne. Thèse d’économie, Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, juin 2013, 232 p.

http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00984266

Résumé de l’auteur :

La thèse est consacrée à l’étude de jeux dynamiques dans le domaine climatique. Pour lutter contre l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, la mise en place d’une taxe carbone est une solution possible. Toutefois on suppose ici que cette taxe carbone a pour les pays consommateurs d’énergie fossile des motivations qui ne se limitent pas à l’internalisation du dommage environnemental : il s’agit par un comportement stratégique d’essayer de capturer une partie de la rente des producteurs. On aboutit à la possibilité d’une taxe carbone à finalité Pigouvienne mais aussi stratégique. Des jeux dynamiques non coopératifs entre pays producteurs supposés cartellisés et pays consommateurs supposés également cartellisés peuvent être alors être envisagés dans ce contexte. Une littérature de jeux différentiels non coopératifs s’est d’ailleurs développée depuis une vingtaine d’années autour de cette idée d’une taxe carbone à visée stratégique. Dans l’introduction on rappelle le cadre économique de ces jeux, leur cadre analytique (jeux différentiels) et la littérature théorique afférente. On présente trois jeux qui forment le corps de la thèse. Chacun des trois chapitres suivants est consacré à un jeu différentiel original. Le premier jeu est un jeu non coopératif entre un bloc de consommateurs et un bloc de producteurs avec un plafond de pollution comme contrainte environnementale principale. L’existence de ce plafond modifie les conclusions classiques de ce type de jeu. Dans le deuxième jeu il y a également un jeu non coopératif entre un bloc de consommateurs (pays riches) et un bloc de producteurs mais il y a en plus un second bloc de consommateurs (pays pauvres et émergents), qui ne joue pas dans le jeu mais met en place la taxe carbone résultant à chaque instant du jeu en contrepartie d’un transfert de la part du premier bloc de consommateurs. Il apparaît que sous certaines conditions le second bloc a intérêt à ce schéma ” taxe carbone contre transfert “. Dans le troisième jeu il y a aussi deux zones de consommation mais elles jouent maintenant un jeu non coopératif entre elles, les producteurs étant passifs. Il y a une taxe carbone par bloc et pas mondiale et pourtant le jeu fait apparaître sous certaines conditions une situation meil1eure pour les blocs de consommation qu’une situation de passivité face aux producteurs. La conclusion d’ensemble de ces trois jeux est que sous certaines conditions les pays consommateurs peuvent avoir intérêt à un comportement stratégique et pas seulement Pigouvien en matière de taxe carbone.



Citer ce billet
Danièle Revel (2014, 5 mai). Jeux dynamiques relatifs au changement climatique. Veille énergie climat. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ob0k

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search