Le rayonnement de la France. Energie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale

Le rayonnement de la France. Energie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale / Gabrielle Hecht. Editions Amsterdam, 2014, 456 p.

http://www.editionsamsterdam.fr/articles.php?idArt=237

Présentation par l’éditeur :

Au lendemain d’une Seconde Guerre mondiale dévastatrice et à l’heure des premières décolonisations, c’est par le biais de son développement nucléaire que la France a cherché à montrer sa « grandeur », sa « mission civilisatrice » ininterrompue, en un mot, son « rayonnement ».

Dès ses débuts en 1948 avec le réacteur Zoé et tout au long de son histoire, l’enjeu du nucléaire français est inextricablement technique et politique. Gabrielle Hecht suit les relations tourmentées entre décideurs politiques et ingénieurs ; elle analyse l’organisation du travail dans les principaux sites nucléaires ; elle plonge dans la vie quotidienne des communautés qui vivent à proximité des centrales et fait revivre les débats syndicaux et politiques qui ont secoué la France. Partout, au-delà des oppositions, elle retrouve la même obsession : celle de la technologie nucléaire comme composante fondamentale de l’identité nationale française.

Gabrielle Hecht enseigne l’histoire à l’université du Michigan. Elle est l’auteure de Being Nuclear (MIT Press, 2012) et a dirigé l’ouvrage Entangled Geographies. Empire and Technopolitics in the Global Cold War (MIT Press, 2011). Le Rayonnement de la France a reçu les prix Henry Baxter Adams (American Historical Association, 1999) et Edelstein (Society for the History of Technology, 2001).

A ce propos : L’atome pour la grandeur de la France, Le Monde, 20/08/2014 http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/07/19/l-atome-pour-la-grandeur-de-la-france_4459709_3232.html

Bien plus qu’un programme technologique, la filière nucléaire française est une composante-clé de l’identité hexagonale depuis la fin de la seconde guerre mondiale. C’est la thèse que défend Gabrielle Hecht, historienne américaine, en se penchant sur le cas bien précis du développement de la première filière nucléaire française, dite « graphite-gaz », depuis 1945 jusqu’à son abandon en 1969…


Vous aimerez aussi...