Stratégie gazière de la Chine : Développer la concurrence entre production nationale et importations

Stratégie gazière de la Chine : Développer la concurrence entre production nationale et importations / Sylvie Cornot-Gandolphe. Note de l’Ifri, octobre 2014, 89 p.

http://www.ifri.org/downloads/notescg31114revuemd.pdf

Résumé (© IFRI) :

Le marché gazier chinois est confronté à quatre grands défis, auxquels le gouvernement est en train d’apporter des réponses qui auront des répercussions sur le marché énergétique chinois mais également mondial:

Créer les conditions de développement de la demande de gaz afin de combattre la pollution atmosphérique qui sévit, en particulier dans les grandes villes côtières de l’est et du sud-est du pays. Cela signifie remplacer le charbon et le pétrole par des énergies propres, dont le gaz naturel qui voit sa demande exploser. Dans un marché gazier tout jeune, tout est à créer : depuis la construction des terminaux d’importation et des grands gazoducs d’importation jusqu’à la vente et l’installation de la cuisinière au gaz. Le prix du gaz doit être compétitif pour permettre au marché de se développer.

–  Sécuriser l’approvisionnement : Comme la production nationale peine à suivre l’accroissement de la demande et que les gaz de schiste, dont la Chine possède les deuxièmes ressources les plus importantes au monde, sont encore un rêve éloigné, ce pays doit faire de plus en plus appel aux importations. Pour des raisons évidentes de sécurité énergétique, il diversifie son approvisionnement au maximum et développe de nouvelles coopérations énergétiques. Quatre canaux d’importation sont privilégiés : le GNL par voie maritime, la voie ouest avec l’Asie centrale, la voie sud avec la Birmanie et la nouvelle voie nord-est, avec la Russie. Ses importations, qui se sont élevées à 53 Gm3 en 2013, pourraient tripler d’ici 2020. Même si la Chine a réussi à négocier un prix favorable auprès de la Russie et que le prix de son GNL est inférieur à celui du Japon grâce aux premiers contrats d’importation de GNL signés au début des années 2000, les importations sont chères, surtout dans un pays qui est habitué à produire ou importer du charbon à un coût très bas. Jusqu’à présent, le prix de vente du gaz n’a pas permis de couvrir le prix des importations et le système n’est pas pérenne.

–  Développer la production nationale : malgré des réserves de gaz importantes, en particulier de gaz non conventionnel (gaz de schiste, tight gas, CBM), la production de la Chine est encore peu développée par rapport à son potentiel et présente des opportunités de croissance importantes. Mobiliser ce potentiel requiert des investissements colossaux dans l’amont et un cadre réglementaire incitatif à l’investissement. La récente ouverture de l’amont aux sociétés privées et étrangères (gaz de schiste, CBM, offshore, tight gas), les annonces d’ouverture de l’accès des tiers aux réseaux et la réforme des prix devraient stimuler l’investissement dans l’amont et la production nationale.

Réformer le prix du gaz : comme les importations croissent d’année en année – la dépendance de la Chine vis-à-vis des approvisionnements extérieurs a atteint 32 % au 1er semestre 2014 – les pertes financières des importateurs se comptent en dizaines de milliards de dollars. De même, jusqu’à présent, le niveau des prix n’était pas suffisant pour stimuler l’offre de gaz non conventionnel. L’augmentation des prix du gaz à la consommation est donc la seule voie possible. La réforme des prix du gaz, lancée en juillet 2013, lie les prix city gate aux prix de marché des produits pétroliers (fuel oil, GPL), concurrents du gaz naturel dans les secteurs résidentiel, commercial, industriel et des transports. Elle laisse de côté l’épineux problème du secteur électrique, dont la demande est fondée majoritairement sur le charbon, énergie polluante, mais abondante et nationale… lire la suite


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Danièle Revel (1 décembre 2014). Stratégie gazière de la Chine : Développer la concurrence entre production nationale et importations. Veille énergie climat. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/obfm


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search