Taux d’actualisation et politiques environnementales

Taux d’actualisation et politiques environnementales : un point sur le débat. Paris :  Commissariat général au développement durable, Études et documents, n° 42, mai 2011, 18 p.

La dégradation de l’environnement peut avoir des conséquences à court terme mais surtout à long, voire à très long terme. Pour être en mesure d’additionner des gains ou des pertes à différentes dates, il est nécessaire d’actualiser les valeurs futures. L’objectif de ce document est d’exposer les fondements théoriques qui sous-tendent l’actualisation, dont la bonne compréhension paraît indispensable étant donné les débats réguliers sur ce thème. En particulier il convient de bien distinguer les différentes notions qui sous-tendent l’actualisation. (© CGDD)

Ainsi s’il existe un taux d’actualisation qui reflète un arbitrage entre générations actuelles et générations futures, celui-ci ne résout pas à lui seul le problème de la prise en compte du long terme dans l’évaluation économique. Un aspect tout aussi crucial réside dans le choix des prix relatifs des biens environnementaux et de leur évolution dans le temps. Un autre aspect est la prise en compte de l’incertitude, qui constitue également un facteur susceptible de modifier le processus d’actualisation. (© CGDD)



Citer ce billet
Danièle Revel (2011, 9 mai). Taux d’actualisation et politiques environnementales. Veille énergie climat. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o8ws

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search