Decoupling natural resource use and environmental impacts from economic growth

Decoupling natural resource use and environmental impacts from economic growth. A Report of the Working Group on Decoupling to the International Resource Panel / Fischer-Kowalski, M., Swilling, M., von Weizsäcker, E.U., Ren, Y., Moriguchi, Y., Crane, W., Krausmann, F., Eisenmenger, N., Giljum, S., Hennicke, P., Romero Lankao, P., Siriban Manalang, A. UNEP, 2011, 174 p., ISBN: 978-92-807-3167-5

http://www.unep.org/resourcepanel/decoupling/files/pdf/Decoupling_Report_English.pdf

Voir ci-dessous le communiqué de presse de l’ONU du 12 mai, présentant le rapport (source : http://www.un.org/News/fr-press/docs/2011/Conf110512-PNUE.doc.htm)

« L’humanité peut faire plus avec moins de ressources », estime le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) à travers le rapport intitulé « dissocier l’utilisation des ressources naturelles et leur impact sur l’environnement de la croissance économique ».  Le lancement de ce rapport a eu lieu, cet après-midi, au cours d’une conférence de presse au Siège des Nations Unies, à New York, en marge de la dix-neuvième session de la Commission du développement durable.

Le rapport, présenté par le coordonnateur de l’étude, M. Mark Swilling, professeur à l’université Stellenbosch en Afrique du Sud, lance une mise en garde sur le fait que le taux de croissance économique en augmentation ne doit pas être proportionnel au taux de consommation des ressources naturelles qui, selon les estimations, pourrait atteindre 140 milliards de tonnes d’ici à 2050, soit trois fois le niveau actuel de ressources naturelles utilisées par an à travers le monde.

Selon ce rapport rédigé par le Panel international des ressources du PNUE, les gisements de certaines ressources essentielles, telles que le pétrole, le cuivre et l’or, commencent déjà à s’épuiser, avec pour conséquence, une hausse des volumes de combustibles et d’eau douce nécessaires pour leur extraction.  Ce qui explique l’idée  de « dissocier » qui signifie, dans ce contexte, produire plus de richesses et de biens de consommation en utilisant le moins de ressources possible.

La solution viendrait, selon M. Achim Steiner, Directeur exécutif du PNUE, du changement de notre approche conceptuelle du développement et de la croissance, en tenant compte de l’avenir de la planète.  À ce propos, il a souhaité que le Sommet de Rio+20, qui se tiendra à Rio de Janeiro du 4 au 6 juin 2012, soit un tournant majeur afin que les pays développés soutiennent les efforts des pays en développement sur la voie d’une économie verte.  « Dissocier la consommation des ressources et son impact sur l’environnement de la croissance économique, a-t-il ajouté, est une solution gagnante sur tous les tableaux: économique, social et environnemental ».

Selon le rapport, la certitude que des pénuries de ressources écarteront en fin de compte la possibilité de maintenir le statu quo, signifie que les pays qui ont pris de l’avance en investissant dans les innovations récolteront les fruits de leurs efforts lorsque d’autres seront confrontés à la nécessité d’évoluer rapidement.  Le rapport fait ainsi état des progrès accomplis dans quatre pays dont les gouvernements ont adopté des politiques dissociant l’utilisation des ressources et leur impact sur l’environnement de la croissance économique.  C’est notamment le cas du Japon, de l’Allemagne, de l’Afrique du Sud et de la Chine.

La conférence de presse de lancement de ce rapport a aussi connu la participation de M. Joan Clos, Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) et de M. Ashok Khosla, Coprésident du Groupe international pour la gestion durable des ressources.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search