Energie : papiers de recherche moissonnés (28/10/2015)

The Role of Natural Gas in the EU Decarbonisation Path / Manfred Hafner and Simone Tagliapietra. Milan : Fondazione Eni Enrico Mattei, 2015, 23 p. (nota di lavoro ; 2015-086) http://www.feem.it/userfiles/attach/20151022173274NDL2015-086.pdf

Over the last decade decarbonisation has become a key priority for the EU. However, on the contrary of renewable energy or energy efficiency, the role of gas in this process has never been clearly defined. This uncertainty opens a wide debate on the future role of gas in the EU energy system, particularly vis-à-vis the progressively stronger role of renewables in the EU energy mix. This paper tackles this issue with the aim to explore what role gas might play in making the EU decarbonisation path more balanced and secure up to 2030 and beyond.

Directed Technological Change and Energy Efficiency Improvements / Jan Witajewski-Baltvilks, Elena Verdolini, Massimo Tavoni. Milan : Fondazione Eni Enrico Mattei, June 2015, 47 p. (nota di lavoro ; 2015-078) http://www.feem.it/userfiles/attach/20159111042574NDL2015-078.pdf

This paper applies the Directed Technical Change (DTC) framework to study improvements in the efficiency of energy use. We present a theoretical model which (1) shows that the demand for energy is shifted down by innovations in energy intensive sectors and (2) highlights the drivers of innovative activity in these sectors. We then estimate the model through an empirical analysis of patent and energy data. Our contribution is fivefold. First, our model shows that under very general assumptions information about energy expenditures, knowledge spillovers and the parameters governing the R&D process are sufficient to predict the R&D effort in efficiency improving technologies. Second, we pin down the conditions for a log-linear relation between energy expenditure and the R&D effort. Third, the calibration of the model provides clear evidence that the value of the energy market as well as international and inter-temporal spillovers play a significant role in determining the level of innovative activity. Fourth, we show that innovative activity in energy intensive sectors shifts down the (Marshallian) demand for energy. Finally, we show that due to the streamlined modelling framework we adopt, the point estimates from our regression can potentially be used to calibrate any model of DTC in the context of energy consumption.

L’option nucléaire contre le changement climatique : risques associés, limites et frein aux alternatives / Yves Marignac et Manon Besnard. WISE Paris, octobre 2015, 24 p. http://www.sortirdunucleaire.org/WISE-nucleaire-climat

Ce rapport étudie la problématique sous trois angles : Quels sont les risques qui, à eux seuls, légitiment de se passer du nucléaire pour lutter contre le changement climatique ? Le nucléaire constitue-t-il vraiment une option énergétique efficace pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ? Le nucléaire ne prend-il pas la place d’autres options véritablement performantes pour lutter contre le changement climatique ? Quel que soit l’angle étudié, le nucléaire apparaît clairement comme une option à écarter dans la lutte contre le changement climatique.

La transition énergétique vue par les modèles macroéconomiques / B. Boitier, G. Callonnec, P. Douillard, A. Épaulard, F. Ghersi, E.Masson & S. Mathy. Paris: France Stratégie, octobre 2015, 36 p. (Document de travail ; N°2015-05) http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/dt_n5-comparaison_modeles.pdf

La transition énergétique et la lutte contre le changement climatique représentent des coûts et des opportunités conséquents à l’échelle de l’économie. Les modèles macroéconomiques permettent de comparer l’effet des différentes politiques mises en oeuvre pour déclencher et accompagner cette transition, exercice réalisé ici dans le cas de la France. Utilisés non seulement pour mesurer l’effet de la transition énergétique sur la croissance à long terme, ils aident aussi à identifier d’éventuelles politiques conjoncturelles ou structurelles susceptibles de faciliter l’absorption par l’économie des changements significatifs qu’implique cette transition. Pour contribuer à une meilleure compréhension de ces modèles, France Stratégie a lancé un exercice de simulation de chocs sur le secteur énergétique, réalisé avec les modèles macroéconomiques disponibles pour l’économie française. Quatre équipes de modélisation ont participé à ces simulations qui visent à interpréter les divergences de résultats des différents modèles comme une façon d’identifier les mécanismes économiques cruciaux qui sont à l’œuvre dans la transition énergétique. Sont analysés les résultats de ces simulations de chocs sur les variables énergétiques obtenus avec chacun des modèles. Les chocs envisagés successivement sont une hausse du prix des énergies fossiles, puis l’introduction d’une taxe carbone et enfin celle d’une taxe sur l’électricité. Il ne s’agit pas de simuler des politiques économiques susceptibles d’être mises en place mais plutôt d’observer les impacts sur l’économie française de chocs « simples ». Deux types de résultats sont présentés ici : les impacts sur l’équilibre macroéconomique (PIB, emploi, salaires, prix) et ceux sur les grandeurs énergétiques (consommation d’énergie, intensité énergétique, émissions de CO2).



Citer ce billet
Danièle Revel (2015, 28 octobre). Energie : papiers de recherche moissonnés (28/10/2015). Veille énergie climat. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oc18

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search