Rapport du Groupe interdisciplinaire sur les contributions nationales pour la COP21

The INDC counter, aggregation of national contributrions and 2°C trajectories / Le Treut, H., Benveniste, H., Criqui, P., Boucher, O., Bréon, F.-M., Guivarch, C., Prados, E., Mathy, S., Chevallet, L.  & Coindoz, L. Groupe interdisciplinaire sur les contributions nationales, November 2015, 73 p. (IPSL Climate Modelling Center Scientific  Note N°32)

http://icmc.ipsl.fr/images/publications/scientific_notes/GICN_working_paper2.pdf

Présentation du rapport sur le site de l’Institut Pierre Simon Laplace :

Les conclusions du groupe de travail ayant effectué ce travail sont les suivantes :

Les émissions à horizon 2030 telles qu’estimées à partir des contributions reçues (entre 55 et 64 milliards de tonnes équivalent CO2 – GtCO2eq), se démarquent nettement des scénarios de tendance actuelle (entre 60 et 68 GtCO2eq). Elles sont cependant insuffisantes pour maintenir le réchauffement sous la limite de 2 °C en fin de siècle avec une probabilité suffisante. Se placer dans le bon « corridor » d’émissions – au sein duquel des trajectoires compatibles avec l’objectif de 2 °C restent envisageables – demanderait de renforcer les objectifs de réduction d’émissions avant 2030, mais aussi de réaliser des efforts de réduction d’émissions très conséquents entre 2030 et 2050 et d’utiliser de manière substantielle des technologies permettant des émissions négatives d’ici la fin du siècle.

Par rapport aux intentions exprimées dans les contributions, des réductions supplémentaires sont nécessaires dès maintenant. Des mesures structurelles doivent également être engagées afin d’augmenter les chances de respecter la limite de 2°C, en rendant plus accessibles les réductions d’émissions attendues après 2030 et en diminuant les besoins d’émissions négatives d’ici la fin du siècle.

Ce bilan plaide pour l’inclusion dans l’accord de Paris d’un processus de révision périodique pour renforcer le niveau d’ambition de ces contributions. En outre, un processus de suivi, notification, vérification (MRV en anglais) est essentiel à une comptabilité fiable, harmonisée et universelle des émissions de GES au niveau international.

 



Citer ce billet
Danièle Revel (2015, 17 décembre). Rapport du Groupe interdisciplinaire sur les contributions nationales pour la COP21. Veille énergie climat. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oc3r

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search