Note de lecture : The Rebound Effect in home Heating: A guide for policymakers and practitioners

The Rebound Effect in home Heating: A guide for policymakers and practitioners / Ray Galdvin. Routledge, 2016, 144 p.

https://www.routledge.com/products/9781138788350

L’ouvrage de Ray Galvin, The Rebound Effect in home Heating, se présente comme un guide à l’usage de toutes les personnes concernées par la recherche d’une diminution des consommations d’énergie dans l’habitat. Il est centré sur le concept d’effet rebond, défini, à l’instar de Lee Schipper, comme « le phénomène apparaissant quand une augmentation de l’efficacité énergétique conduit à une augmentation de la consommation de services énergétiques », à savoir le fait que l’on augmente le niveau de confort désiré, les déplacements, etc. après avoir fait des investissements d’économie d’énergie. L’ouvrage s’appuie sur les travaux de recherche pluridisciplinaires de l’auteur menés à Cambridge et Aachen, et sur une revue très large de la littérature sur la question.

Après un historique du concept, Galvin aborde les difficultés soulevées par la mesure empirique de l’effet rebond direct en explicitant les différentes définitions possibles et leur domaine de pertinence respective. Il en identifie trois : l’écart de performance énergétique  (Energy Performance Gap), le déficit d’économie d’énergie (Energy Savings Deficit) et l’élasticité du service énergétique à l’efficacité énergétique (energy efficiency elasticity of energy services consumption). Cette dernière définition, qui se mesure facilement sous certaines hypothèses de comportement généralement admises à partir de « l’élasticité de la consommation d’énergie à l’efficacité énergétique », est la plus utilisée.

Les résultats empiriques obtenus dans le secteur du chauffage domestique sont présentés (avec une ouverture vers le secteur tertiaire en fin d’ouvrage). Galway montre notamment que l’effet rebond moyen pour les investissements de rénovation énergétique réalisés en France s’élève à 50 %, contre 36 % en Allemagne. Mais il constate aussi que la consommation d’énergie des maisons basse consommation dépasse d’en moyenne 45 % les attentes.

L’auteur porte une attention particulière à l’analyse du phénomène et aux réponses qui lui ont été apportées jusqu’à présent. Il en explore attentivement les causes possibles, parmi lesquelles il insiste sur un effet « prébond » (prebound effect), lié aux limitations volontaires de consommation d’énergie dans les logements vétustes par manque de moyens. La question des interventions visant à réduire la précarité énergétique (fuel poverty) fait l’objet d’un chapitre entier.

Plus globalement, des pistes pour orienter les politiques énergétiques sont suggérées. L’idée principale défendue est qu’il est vain de considérer la technologie et les occupants comme deux systèmes indépendants, les occupants étant censés s’approprier la technologie, mais qu’il faut au contraire appréhender le couple technologie-occupants comme un « système  sociotechnique  global » dont il est nécessaire de comprendre le fonctionnement interne si l’on veut progresser.

Cet ouvrage constitue une excellente synthèse qui bénéficie de la longue expérience de travaux pluridisciplinaires de l’auteur sur cette question et offre de multiples niveaux de lecture possibles. Ainsi les termes utilisés sont précisément définis (par exemple celui d’élasticité) et les développements mathématiques reportés en annexe. Chacun, qu’il soit théoricien ou intervenant, y trouvera des réponses pertinentes à ses questions : les économètres une synthèse critique de travaux sur la question de l’effet rebond, à même d’orienter leurs recherches, et les praticiens de l’efficacité énergétique, souvent confrontés à des résultats décevants, des pistes à explorer pour réduire effectivement les consommations d’énergie dans l’habitat.

Note de lecture rédigée par Ghislaine Destais


Vous aimerez aussi...