Note de lecture : Le climat, à quel prix ? La négociation climatique

Le climat, à quel prix ? La négociation climatique / Christian De Perthuis, Raphaël Trotignon. Paris, Odile Jacob, 2015, 145 p.

http://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences/environnement-developpement-durable/climat-a-quel-prix-_9782738132994.php

Climat, à quel prix ? (Le) - La négociation climatique

Lien vers la version pdf

Composé de quatre chapitres, cet ouvrage destiné au grand public fournit tout d’abord au lecteur les informations de base pour comprendre le fonctionnement et les enjeux des négociations internationales sur le climat. Le dernier chapitre aborde la question de la tarification du carbone avec une démonstration qui, bien évidemment, n’est pas sans rappeler l’appartenance des auteurs à l’initiative conjointe de la Toulouse School of Economics  et de la Chaire Economie du Climat.

Les trois premiers chapitres présentent les grands thèmes inhérents aux enjeux de la coopération internationale sur le climat et apportent, au lecteur peu familier de ces questions, un éclairage essentiel pour resituer les enjeux des négociations d’aujourd’hui. Les grandes problématiques du climat y sont abordées, notamment le lien entre croissance économique et émissions de gaz à effet de serre, les incertitudes scientifiques utilisées comme source du scepticisme, une rétrospective de ce qui a structuré le cadre actuel des négociations, les difficultés rencontrées et les blocages à l’atteinte d’une coopération internationale. Ces premiers chapitres apportent les connaissances de base pour comprendre les négociations et constituent, en somme, une bonne introduction aux problématiques du climat pour un lecteur peu familier de cette thématique.

La question posée par le titre de l’ouvrage n’est traitée qu’au dernier chapitre : « Le climat, à quel prix ? », et peut être développée ainsi : Dans un monde où l’hétérogénéité et l’iniquité règnent et où les intérêts individuels de chaque pays divergent, quels instruments apporteraient les incitations suffisantes à chacun des acteurs pour qu’ils s’engagent dans une coopération internationale et que les actions individuelles convergent vers un objectif commun de lutte contre le changement climatique ?

Après une présentation des instruments économiques préalablement employés par les politiques climatiques et leurs limites, les auteurs s’appuient sur la théorie économique pour proposer un système hybride reposant sur un prix unique du carbone et associant un système de bonus-malus et un marché transcontinental de permis entre grands émetteurs. Sur le plan théorique, un prix du carbone unique égaliserait les coûts marginaux de réduction, et l’association des instruments tels qu’ils sont présentés permettrait de répondre au problème de free-riding, inhérent aux négociations climatiques, et ainsi de faire prendre part aux actions climatiques les différents groupes de pays puisque les instruments se veulent tant incitatifs pour les pays en développement et émergents (via les transferts Nord-Sud induits par le bonus-malus) que pour les grands émetteurs (via le marché de permis).

En pratique, la proposition faite par les auteurs pose de nombreuses questions et sa mise en oeuvre apparaît complexe, voire inaccessible en l’état actuel du monde. Un des éléments fondamentaux de discussion pourrait être la norme éthique imposée par l’égalité des droits d’émission individuels à échelle mondiale, alors que les négociations passées ont enseigné qu’il n’existait pas une seule et unique définition de l’« équité ». Un autre élément concerne l’appel fait par les auteurs à choisir les instruments lors des négociations, alors que le passé a montré que l’introduction des instruments économiques doit être une conséquence de l’accord (adaptatif) et non un élément central des négociations (constitutif). De plus, l’adoption d’un tel système n’irait-elle pas à l’encontre de la tendance actuelle du régime climatique de sortir de l’approche top-down pour se diriger vers une approche bottom-up ?

La proposition faite par les auteurs n’est donc pas sans rappeler l’écart qui peut exister entre le monde théorique et le monde réel, et fait se remémorer la polémique qui a opposé les économistes du climat mi-2015 (à la suite de l’annonce de la proposition de la Toulouse School of Economics  et de la Chaire Economie du Climat et dont il est possible de trouver de nombreux articles et tribunes.

Finalement, cet ouvrage atteint sa finalité initiale en apportant les clés de compréhension des enjeux des négociations au grand public, mais sa lecture nécessite toutefois une certaine prise de recul de la théorie économique pour permettre au lecteur d’évaluer par lui-même la faisabilité de la proposition des auteurs.


Vous aimerez aussi...