Energie : papiers de recherche moissonnés (2/05/2016)

The Evolution of the Natural Resource Curse Thesis: A Critical Literature Survey / Ramez Badeeb, Hooi Hooi Lean and Jeremy Clark. Christchurch : University of Canterbury. Department of Economics and Finance, 2016, 32 p. (working paper ;  n° 5/2016) http://www.econ.canterbury.ac.nz/RePEc/cbt/econwp/1605.pdf

This paper surveys the literature of the natural resource curse hypothesis. We review the theoretical mechanisms through which natural resource wealth might slow economic growth, and then the empirical studies that test for an effect overall, or an effect on factors typically associated with economic growth. We also review more recent studies suggesting that the findings supporting the resource curse may reflect only empirical mis-specification. The literature has produced conflicting evidence, with no consensus on the net effect of natural resources in an economy. Overall we argue that evidence for a negative effect of natural resource dependence on economic growth remains convincing, particularly for developing economies and particularly working through factors closely associated with growth. We take recent contrarian studies to demonstrate, however, both that a resource curse is not inevitable, and that future studies should better address issues of endogeneity of dependence measures, years of study, and potential non-monotonic relationships.

Transition énergétique. Politiques de soutien aux renouvelables et de lutte contre la précarité / Francesco Ricci. Revue française d’économie, vol. 30, n° 4, 2015, pp. 101-104 https://www.cairn.info/revue-francaise-d-economie-2015-4-p-101.htm

La transition énergétique est désormais officiellement un objectif de la politique publique, qui encadre l’organisation et la cohérence des interventions publiques dans le secteur énergétique. En outre, sa définition par les pouvoirs publics aspire à constituer le cadre général à l’intérieur duquel les acteurs économiques peuvent former leurs anticipations sur les évolutions probables d’un grand nombre…

Quels soutiens aux énergies renouvelables électriques ? / Philippe Quirion. Revue française d’économie, vol. 30, n° 4, 2015, pp. 105-140 https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RFE_154_0105

Si la plupart des pays développés et émergents soutiennent les énergies renouvelables dans le secteur électrique, ils le font de manière différente. Les trois principaux modes de soutien existants sont les tarifs d’achat garantis, les primes et les quotas combinés à des certificats verts. Nous analysons comment la littérature économique évalue ces modes de soutien. La littérature prise en compte couvre les travaux académiques mais aussi la presse spécialisée et les rapports d’organisations internationales. Nous concluons que les quotas souffrent de nombreuses faiblesses par rapport aux deux autres modes de soutien : mauvaise réaction à l’incertitude, risque important pour les financeurs qui accroît le coût des projets, coûts de transaction plus élevés. Tarifs et primes présentent chacun des avantages et inconvénients, et il n’est pas évident que le passage des premiers aux seconds, en cours en Allemagne et en France, soit justifié. Enfin, au-delà du choix de principe quant au mode de soutien, de nombreux arbitrages concrets sont tout aussi importants, comme le financement de ce soutien et sa différenciation entre segments de marché, nécessaire pour limiter les rentes mais potentiellement source d’inefficacités.

Aides publiques aux énergies éolienne et photovoltaïque / Jacques Percebois. Revue française d’économie, vol. 30, n° 4, 2015, pp. 141-186 https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RFE_154_0141

Plusieurs mécanismes sont utilisés en Europe pour promouvoir le développement rapide des énergies renouvelables comme l’éolien et le solaire photovoltaïque : prix d’achat garantis, primes, appels d’offre. Ces aides sont coûteuses pour le consommateur et elles ont engendré des effets pervers sur le fonctionnement des marchés spot de l’électricité (prix négatifs). Des réformes sont nécessaires et l’une des solutions est d’encourager l’autoconsommation de l’énergie produite (pour le solaire notamment). Mais cela requiert une réforme des tarifs d’accès aux réseaux de distribution de l’électricité.

Les indicateurs de la précarité énergétique en France / Dorothée Charlier, Anna Risch, Claire Salmon. Revue française d’économie, vol. 30, n° 4, 2015, pp. 187-230 https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RFE_154_0187

En France, un ménage sur cinq éprouverait des difficultés à chauffer son logement. Nos objectifs dans cet article sont i) de discuter les indicateurs utilisés pour estimer la précarité énergétique et ii) d’étudier le profil des ménages considérés comme précaires énergétiques afin de mettre en évidence les facteurs de risque. Les résultats montrent les limites des indicateurs utilisés, ce qui nous amène à proposer une échelle de précarité : des ménages identifiés comme les plus vulnérables (souvent locataires, à faible revenu, vivant dans des logements mal isolés et faisant donc face à des dépenses énergétiques élevées), entourés d’un halo de précarité.

The EU power sector needs long-term price signals / Fabio Genoese, Eleanor Drabik and Christian Egenhofer. Brussels : CEPS, April 2016, 16 p. (special report ; No. 135) https://www.ceps.eu/publications/eu-power-sector-needs-long-term-price-signals

By 2030, half of the EU’s electricity demand will be covered by renewables and will need to be accompanied by flexible conventional back-up resources. Due to the high upfront costs inherent to renewables and the progressively lower running times associated with back-up capacity, the cost of capital will have a proportionately greater impact on total costs than today. This report examines how electricity markets can be designed to provide long-term price signals, thereby reducing the cost of capital for these technologies and allowing for a more efficient transition. It finds that current market arrangements are unable to provide long-term price signals. To address this issue, we argue that a system for long-term contracts with a regulated counterparty could be implemented. A centralised system where capacity or energy or a combination of both is contracted, could be introduced for conventional and renewable capacity, based on a regional adequacy assessment and with a competitive bidding system in place to ensure cost-effectiveness. Member states face a number of legislative barriers while implementing these types of systems, however, which could be reduced by merging legislation and setting EU framework rules for the design of these contractual agreements.



Citer ce billet
Danièle Revel (2016, 2 mai). Energie : papiers de recherche moissonnés (2/05/2016). Veille énergie climat. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oc8v

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search