Le captage et le stockage du carbone, entre nécessité et réalisme

Finon, D., Damian, M. (2011). Le captage et le stockage du carbone, entre nécessité et réalisme. Natures Sciences Sociétés, vol. 19, n° 1, pp. 51-61.

Lire l’article sur le site de Nature Sciences Sociétés
Consulter un draft de l’article

résumé :
Le captage et le stockage du carbone (CSC) est une des « cales technologiques de stabilisation » qui pourraient avoir un rôle à jouer pour tenter de décarboner partiellement l’économie mondiale. Les ambitions de la décennie précédente étaient fortes : avec un décollage commercial au plus tard à partir de 2030, capter et piéger au minimum autour d’un milliard de tonnes de CO2 annuellement, soit une contribution à la réduction des émissions d’environ 15 % en 2050 par rapport au scénario au fil de l’eau. L’option paraît aujourd’hui beaucoup plus lourde à mettre en oeuvre : les temps de développement de la technologie sont longs, les différentes infrastructures à installer complexes et capitalistiques, l’acceptation sociale du stockage n’est pas garantie. Les chiffres les plus récents laissent à penser que la compétitivité sera très difficile à atteindre sans la contrainte d’un prix du carbone élevé. Enfin, l’émergence de productions abondantes et peu chères de gaz de schistes, en redonnant du souffle à la production électrique à base de gaz naturel, offre une option beaucoup moins coûteuse pour réduire les émissions de CO2. Il ne faut donc pas se masquer les difficultés d’un système technologique dont le développement ne pourra être que tiré et piloté par des politiques publiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search