Financer la transition énergétique

Financer la transition énergétique : carbone, climat et argent / Alain Grandjean et de Mireille Martini. Editions de l’Atelier, août 2016, 208 p. – 15 euros

http://www.editionsatelier.com

Présentation par l’éditeur :

Désormais avéré, le dérèglement climatique fait peser un risque majeur sur la planète, ses habitants, sa biodiversité et ses économies. On ne peut plus attendre et remettre à plus tard l’épineuse et essentielle question de savoir comment financer la transition énergétique et écologique. D’autant plus que subir coûte beaucoup plus cher qu’agir.

  • Comment passer aux actes dès maintenant ?
  • Comment décarboner le développement ?
  • Comment trouver l’argent nécessaire et orienter les financements vers la transition alors que le secteur financier reste prisonnier d’une instabilité systémique ?
  • Comment limiter le réchauffement climatique sous + 2 °C d’ici 2100, l’objectif fixé à la COP21 du Bourget, et trouver ensemble les moyens de rendre la terre, notre maison commune, vivable pour tous ?

Deux des principaux experts français sur le sujet, Alain Grandjean (économiste et ingénieur, spécialiste des questions liées au climat et à l’énergie) et Mireille Martini (spécialiste des financements internationaux) -respectivement coauteur et rapporteur du rapport Canfin-Grandjean sur le financement de la transition énergétique remis à la présidence de la République en juin 2015 -, déterminent les grandes lignes de la trajectoire que nous devrions prendre au niveau européen et mondial pour relever ces défis et réussir la transition énergétique. Ils proposent dans un essai programmatique et précurseur une feuille de route concrète pour le secteur financier, les entreprises et les États. Un livre amené à devenir un livre de référence puisqu’il intègre à la dimension scientifique les dimensions économiques et financières de la décarbonation de l’économie. Un livre pour passer aux actes dès maintenant au niveau national, européen et mondial.

Après avoir rappelé le diagnostic scientifique sur la crise climatique, les auteurs proposent une approche globale et pluridisciplinaire des solutions. Ils montrent qu’agir pour lutter contre le réchauffement coûte moins cher que de le subir, et que la transition peut être le projet de société qui lui donne du sens et crée de l’emploi. Leurs propositions découlent de rencontres et d’échanges avec une centaine de décideurs (financiers, industriels, responsables associatifs). La finance ne répondant pas spontanément au besoin de financer la transition, ils analysent les principaux obstacles qui empêchent aujourd’hui les flux financiers de s’y orienter, puis proposent des leviers industriels, monétaires et financiers sur lesquels il est possible d’agir pour enclencher la transition. Les investissements de la transition énergétique représentent une formidable opportunité pour le secteur financier. Si l’on sait s’en emparer à temps, la grave menace qu’est le réchauffement climatique deviendra notre meilleur chemin pour sortir de la crise.

–> Lire à ce propos : 

La finance peut-elle devenir l’amie du climat ? / Mireille Martini, Chroniques de l’anthropocène, 25/08/2016

Nous avons écrit un livre articulant finance et transition énergétique. Inspiré du rapport Canfin – Grandjean, Mobiliser les financements pour le climat, il propose des solutions pour mettre la finance au service du climat. Cela peut paraître paradoxal ou franchement utopique et nécessite donc une explication… lire la suite du billet

Table des matières :

Préface de Nicolas Hulot
Introduction
Chapitre I. Mettre en œuvre la transition écologique : il le faut, on sait le faire

  • Dérèglement climatique : le risque est désormais avéré
  • Les solutions sont connues
  • La transition est amorcée

Chapitre II. Agir coûte moins cher que subir

  • Le coût de l’inaction
  • Le coût de l’action

Chapitre III. Une opportunité historique : le contexte macrofinancier

  • La conjoncture est propice pour l’investissement
  • Investir pour éviter la déflation
  • Le frein de la dette des États
  • Le frein de l’ordre monétaire international

Chapitre IV. Le financement de la transition est d’ores et déjà disponible

  • L’autofinancement des entreprises
  • L’épargne des ménages
  • Les prélèvements obligatoires et la fiscalité
  • La création monétaire

Chapitre V. Ni la finance ni le marché ne répondent spontanément au besoin de financer la transition

  • Le dogme de la pensée dominante
  • Les marchés ne sont pas efficients, la monnaie et le crédit ne sont pas neutres
  • Des capitaux attirés par les rendements importants offerts par les bulles spéculatives

Chapitre VI. Réguler pour permettre le financement de la transition

  • Le rôle de l’État et la nécessité d’une coordination internationale
  • La mise en place d’un signal prix carbone
  • Limiter le rendement du capital privé pour réorienter les capitaux

Chapitre VII. Utiliser les leviers monétaires et financiers pour orienter les capitaux vers la transition

  • Augmenter le rendement relatif du vert
  • Orienter l’effet de levier du financement public : le rôle des banques de développement
  • Flécher directement la création monétaire et le financement public vers le vert

Conclusion

  • Une feuille de route des propositions concrètes pour déclencher le financement massif de la TEE
  • Les Nations unies, à la tête de gouvernance internationale de la transition
  • Le rôle essentiel de l’État et de la société civile dans la gouvernance de la transition
  • L’Europe la croisée des chemins

Postface de Pascal Canfin


Vous aimerez aussi...