Energie : papiers de recherche moissonnés (lundi 5 septembre 2016)

Lithuania’s Strategic Use of EU Energy Policy Tools: A Transformation of Gas Market Dynamics / Vija Pakalkaité. Oxford Institute for Energy Studies, September 2016, 54 p. (OIES paper : NG 111) https://www.oxfordenergy.org/publications/lithuanias-strategic-use-eu-energy-policy-tools-transformation-gas-market-dynamics/

Lithuania is one of Europe’s smallest national gas markets until recently reliant, in common with Latvia and Estonia, on imported Russian pipeline gas for all its natural gas requirements.  After its accession to the EU in 2004, Lithuania became directly impacted by the developing body of energy market regulation, most notably the Third Package of 2009.  While the country could have sought a derogation from the main requirements of the Package, it chose not to and instead embarked upon the difficult task of implementing supply chain unbundling.  The subsequent successful execution of a project to build an LNG import facility completed the country’s quest for gas supply diversification.

This paper by Vija Pakalkaite provides a detailed and comprehensive account and assessment of this process, incorporating material and insights gained from conversations with many of the key players involved.  Its content will be of great interest to those in the fields of regulation and geopolitics, but for more general observers of the natural gas arena it provides, as a case study, a means of appreciating the practical implications of the EU regulatory frameworks at play.

Les effets économiques et environnementaux d’une politique d’incorporation obligatoire de biocarburants : le cas de la France / Basak Bayramoglu et Jean-François Jacque, Revue d’économie politique, n° 3, 2016, pp. 99-433 http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=REDP_263_0399

L’objectif de ce travail est d’évaluer, dans le cas de la France, les effets économiques et environnementaux d’une politique d’incorporation obligatoire de biocarburants par rapport à une taxe sur le carburant fossile. Cette politique est également comparée à la solution de laissez-faire (l’absence de biocarburant comme source d’énergie). Ce travail évalue aussi les effets d’interaction de la politique d’incorporation obligatoire de biocarburants lorsqu’elle est utilisée conjointement avec une taxe sur le carburant fossile. Cette évaluation de l’efficacité des politiques énergétiques non-nécessairement optimales, inspirées du cas français, est fondée sur un modèle d’équilibre général qui prend en compte les externalités dues aux émissions de gaz à effet de serre (GES). Ces émissions proviennent non seulement du raffinage et de la consommation du carburant fossile, mais aussi de l’usage des biocarburants incluant les changements d’affectation des sols. En utilisant les données françaises de biodiesel à base de colza pour 2010, nos résultats numériques indiquent d’une part que la politique de taxe du gazole est la meilleure politique en termes de bien-être car elle permet des économies significatives en émissions de GES. D’autre part, nos résultats numériques montrent que la politique d’incorporation de biocarburants est la politique la moins souhaitable en termes de bien-être. Toutefois si le prix du colza en 2010 avait été suffisamment bas, alors une combinaison de taxe du gazole avec une incorporation obligatoire de biocarburants aurait été préférable à une taxe du gazole.

Energy Efficiency in Europe: The levers to deliver the potential. Deloitte, 2016, 80 p. http://www.deloitte-france.fr/formulaire/levier-efficacite-energetique/

L’étude réalisée par Deloitte, « Les leviers de l’efficacité énergétique en Europe », met en avant six axes d’action permettant d’influencer le comportement des consommateurs et de saisir le potentiel encore inexploité de l’efficacité énergétique :

  • Définir et mettre en œuvre des indicateurs et des objectifs appropriés
  • Promouvoir des normes appropriées et l’étiquetage énergie des produits
  • Libérer le potentiel d’efficacité énergétique des bâtiments
  • Mobiliser les consommateurs de détail
  • Emettre les bons signaux concernant les prix
  • Favoriser le financement de mesures d’efficacité énergétique

15 signaux prouvant que la transition énergétique est en marche. WWF, septembre 2016, 38 p. http://awsassets.wwfffr.panda.org/downloads/rapport_wwf___les_signaux_de_la_transition_energetique.pdf

À Paris l’an dernier, les dirigeants du monde entier approuvaient un accord universel sur le climat, ouvrant ainsi la voie à la transition du système énergétique mondial vers un nouveau modèle propre et durable. Croissance des énergies renouvelables, multiplication des actions des villes, stagnation des émissions de CO2 liées à l’énergie, nombreux engagements des entreprises dans l’initiative Science Based Targets afin d’aligner leurs objectifs de réduction d’émissions sur une trajectoire de moins de 2°C de réchauffement climatique, augmentation continue du nombre d’emplois dans le secteur des énergies renouvelables… Nombreux sont les signaux démontrant que la transition énergétique mondiale est en marche… lire la suite

Russia’s Oil Dependence and the EU / Torbjörn Becker. Stockholm Institute of Transition Economics, Aug. 2016, 22 p. (working paper n° 38) http://swopec.hhs.se/hasite/papers/hasite0038.pdf

Russia’s macro economic fate has for a long time been connected to its vast natural resources and oil in particular. This paper shows just how deep Russia’s dependence on oil is when it comes to its macro economic development (at least) since the break up of the Soviet Union. Although many analysts and policy makers discuss Russia’s oil dependence, not everyone fully appreciates its quantitative importance and what it means for Russian policy making. This paper provides a detailed analysis of the link between Russia’s economic growth and international oil prices, both when it comes to actual outcomes and the forecasts that are crucial for policy makers and other economic actors. The strength of the relationship is staggering. Depending on measures and time periods used, international oil prices account for 50 to over 90 percent of Russia’s actual growth or forecast errors. Since international oil prices are exogenous to Russian policy makers it means that they do not really control the fate of their economy. Good macro economic management, in particular a flexible exchange rate, can mitigate some macro economic volatility that are due to changes in international oil prices but structural reforms to support diversification are needed to take control of the country’s macro economic future. Investors and consumers in the EU could be Russia’s prime partners to make this happen and it would benefit a vast majority of citizens both in Russia and the EU. However, it will require significant policy changes on both sides that currently look doubtful for other reasons than simple economics.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search