Climat : papiers de recherche moissonnés (9 janvier 2017)

Politiques de l’environnement : dossier. Economie & Prévision, n° 208/209, 2016 https://www.cairn.info/revue-economie-et-prevision-2016-1.htm

Sommaire :

  • Introduction générale / Katheline Schubert
  • La France peut-elle atteindre l’objectif du Facteur 4 ? Une évaluation à l’aide d’un modèle stylisé énergie-économie / Fanny Henriet, Nicolas Maggiar et Katheline Schubert
  • Politiques de R&D, taxe carbone et paradoxe vert / Mauricio Bermédez Neubauer, André Grimaud et Luc Rougé
  • Des modes de capture du carbone et de la compétitivité relative des énergies primaires / Jean-Pierre Amigues, Gilles Lafforgue et Michel Moreaux
  • Transition écologique et investissements verts / Dominique Bureau
  • Élaboration et analyse macroéconomique d’un scenario bas carbone « acceptable » / Ruben Bibas, Sandrine Mathy et Meike Fink
  • Les politiques climatiques nationales : viser le « Facteur 4 » en 2050 ? Implications des positionnements cognitifs et éthiques / Olivier Godard
  • Réduire au-delà de 20% les émissions de gaz à effet de serre dans l’Union européenne : quelles conséquences sur les secteurs intensifs en énergie européens ? / Stéphanie Monjon
  • L’impact de la production d’énergie sur les pathologies respiratoires : le cas de la raffinerie des Flandres / Emmanuelle Lavaine
  • Impacts macroéconomiques sur la croissance et l’emploi à court-moyen terme des investissements associés au Grenelle de l’environnement / Marie-Laure Guillerminet, Philippe Briard, Pierre Fery, Elodie Galko, Caroline Klein et Timothée 0llivier
Pour une approche systémique de l’innovation « environnementale »‪ / Romain Debref, Revue d’économie industrielle, n° 155, 2016, pp. 71-98 http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=REI_155_0071

Depuis une vingtaine d’années, prenant en considération l’impact environnemental de leurs technologies, les acteurs économiques cherchent à réaliser des innovations environnementales s’inscrivant dans une perspective de développement soutenable. Pourtant, vingt ans après le Sommet de la Terre de Rio, les frontières de ces innovations restent encore problématiques d’un point de vue théorique. C’est pourquoi nous reviendrons sur la manière dont elles sont étudiées et observées par la théorie économique dominante. Nous avançons qu’une approche systémique permet clairement d’identifier ses défaillances et ses frontières poreuses. Notre travail se déroule en trois étapes. La première s’arrête d’abord sur l’analyse des éléments formant l’identité des innovations environnementales. Restant statique, cette étape est complétée dans un deuxième temps par une approche dynamique qui nous permettra de mieux appréhender son processus d’évolution et ses déterminants. Enfin, une troisième étape mettra en résonance cette dynamique avec celle de l’environnement. Les résultats de notre travail expliquent pourquoi il est difficile de cerner une innovation environnementale ex ante et ex post. De plus, les diverses contributions théoriques en matière d’innovation environnementale privilégient davantage la résolution de problèmes environnementaux que la définition de ce qu’est l’« environnement » : cela pose la question de l’appropriation du concept. Enfin, cette résolution passe par la réduction de l’exploitation des ressources, souvent présentée comme une solution immédiate favorable à la préservation environnementale, mais peut détériorer davantage la biosphère sur le long terme à cause d’effets rebonds.

Climate Change and Growth Risks / Ravi Bansal, Marcelo Ochoa, Dana Kiku. NBER Working Paper No. 23009, December 2016 http://www.nber.org/papers/w23009 ; Draft (2014) : https://cla.umn.edu/sites/cla.umn.edu/files/bansal_paper.pdf

To study the welfare implications of rising temperature we propose a temperature-augmented long-run risks model that accounts for the interaction between temperature, economic growth and risk. The model simultaneously matches the projected temperature path, the observed consumption growth dynamics, discount rates provided by the risk-free rate and equity market returns, and the negative elasticity of equity prices to temperature risks documented in the data. We use the calibrated model to quantify the social cost of carbon (SCC) and to frame the optimal climate policy. We show that a preference for early resolution of uncertainty and long-run impact of temperature on growth imply a significant SCC and motivate early actions to abate global warming.


Vous aimerez aussi...