Climat : papiers de recherche moissonnés (8 février 2017)

De Rio 1992 à Marrakech 2016 : le Sud, acteur de la politique climatique / Michel Damian. Revue de la régulation, n° 20, 2e semestre 2016 [en ligne] http://regulation.revues.org/12033

Cet article est consacré à l’influence des pays du Sud sur les négociations climatiques depuis un quart de siècle, c’est-à-dire depuis la signature à Rio de Janeiro en 1992 de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, jusqu’à la COP22 qui se tient à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016. Le texte est construit en six points. Nous rappelons tout d’abord le consensus scientifique, celui des climatologues du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), puis nous situons la Chine et les autres pays du Sud en matière de climat et de changements climatiques. Dans le second et le troisième point, nous proposons une relecture de la Convention de 1992 (en tant que produit d’un compromis avec et pour le Sud), ainsi que du protocole de Kyoto (qui a été, et demeure – avec la seconde période d’engagement de celui-ci jusqu’en 2020 – la pierre d’angle de l’action pour le Sud). Dans le quatrième point, nous montrons que l’Accord de Paris est le plus petit dénominateur commun – et le seul envisageable – pour la majorité des États du Nord et du Sud. Les responsabilités historiques en matière d’émissions et de concentration de celles-ci dans l’atmosphère ont été, jusqu’à il y a peu, quasi entièrement affectées au Nord : dans le cinquième point nous verrons pourquoi le Sud est aussi « responsable » (du fait de ses émissions, non seulement de CO2, mais aussi de celles en provenance des autres gaz à effet serre). Le sixième point est consacré aux nouvelles thématiques portées par le Sud, et en particulier par les pays les plus vulnérables aux changements climatiques : d’une part, l’« impératif moral » de limitation du réchauffement à 1,5 °C et, d’autre part, la revendication concomitante du financement des « pertes et dommages » irréversibles. La conclusion fait retour sur les relations entre climat et développement. Une grande question est, selon nous, pour longtemps ouverte : celle de l’évolution du paradigme de « la pauvreté comme plus grand pollueur » – porté initialement par l’Inde et constitutif de la position du Sud depuis plus de quatre décennies au plan international –, vers un éventuel paradigme élargi, là encore porté par l’Inde, qui met la primauté sur « l’usage inégal des ressources environnementales communes ». Ce paradigme élargi pointe la question décisive du consumérisme et de modes de vie insoutenables pour la planète – et non plus exclusivement celle du développement par la réplication de la croissance occidentale.

La France passera-t-elle le test des Objectifs de développement durable (ODD) ? Une évaluation des nouveautés et des défis des ODD pour la France / Elisabeth Hege, Julie Vaillé, Damien Demailly, Laura Brimont. Iddri, janvier 2017, 48 p. (Study N°02/2017) http://www.iddri.org/Publications/La-France-passera-t-elle-le-test-des-Objectifs-de-developpement-durable-(ODD)-Une-evaluation-des-nouveautes-et-des-defis-des-ODD

Ni cancre ni championne, la France, comme la plupart des pays développés, ne peut se prévaloir d’une position déjà acquise sur le développement durable. Si les tendances passées ne sont pas infléchies ou inversées, elle atteindra de nombreuses cibles des ODD, mais risque d’échouer sur certaines autres, sur lesquelles elle s’est pourtant engagée. Les ODD, leurs indicateurs et leurs objectifs chiffrés permettent à la France de se voir telle qu’elle est, de mesurer ses succès et les limites de son action, et d’anticiper ses défis de demain. À elle de saisir l’opportunité des ODD pour relever ces défis.

Climate Change, Impacts and Vulnerability in Europe 2016. European Environment Agency, Jan. 2017, 424 p. (EEA n°1/2017) http://www.eea.europa.eu/publications/climate-change-impacts-and-vulnerability-2016

This report is an indicator-based assessment of past and projected climate change and its impacts on ecosystems and society. It also looks at society’s vulnerability to these impacts and at the development of adaptation policies and the underlying knowledge base. This is the fourth ‘Climate change, impacts and vulnerability in Europe’ report, which is published every four years. This edition aims to support the implementation and review process of the 2013 EU Adaptation Strategy, which is foreseen for 2018, and the development of national and transnational adaptation strategies and plans.

Climate change is projected to have severe impacts on the frequency and intensity of peak electricity demand across the United States / Maximilian Auffhammer, Patrick Baylis and Catherine H. Hausman. PNAS early edition http://www.pnas.org/content/early/2017/01/31/1613193114.full

It has been suggested that climate change impacts on the electric sector will account for the majority of global economic damages by the end of the current century and beyond [Rose S, et al. (2014) Understanding the Social Cost of Carbon: A Technical Assessment]. The empirical literature has shown significant increases in climate-driven impacts on overall consumption, yet has not focused on the cost implications of the increased intensity and frequency of extreme events driving peak demand, which is the highest load observed in a period. We use comprehensive, high-frequency data at the level of load balancing authorities to parameterize the relationship between average or peak electricity demand and temperature for a major economy. Using statistical models, we analyze multiyear data from 166 load balancing authorities in the United States. We couple the estimated temperature response functions for total daily consumption and daily peak load with 18 downscaled global climate models (GCMs) to simulate climate change-driven impacts on both outcomes. We show moderate and heterogeneous changes in consumption, with an average increase of 2.8% by end of century. The results of our peak load simulations, however, suggest significant increases in the intensity and frequency of peak events throughout the United States, assuming today’s technology and electricity market fundamentals. As the electricity grid is built to endure maximum load, our findings have significant implications for the construction of costly peak generating capacity, suggesting additional peak capacity costs of up to 180 billion dollars by the end of the century under business-as-usual.


Vous aimerez aussi...