Climat : papiers de recherche moissonnés (13 mars 2018)

Villes sobres : Nouveaux modèles de gestion des ressources / Sous la direction de Dominique Lorrain, Charlotte Halpern et Catherine Chevauché, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), 2018, 360 p. – ISBN : 9782724621907 https://www.cairn.info/villes-sobres–9782724621907.htm

Chapitre méthodologique. Vers un régime économique de ville sobre ; La sobriété énergétique à Genève ; Symbioses énergétiques à Vancouver ; Transition énergétique : Les trajectoires du changement ; Lorsque la rareté fait stratégie ; Les rejets urbains (déchets et eaux usées) de Delhi ; Typologie de modes d’adoption des technologies alternatives pour la ville sobre…

Appréhender la vulnérabilité au changement climatique, du local au global. Regards croisés / Michaël Goujon et Alexandre Magnan. Document de travail Ferdi-Iddri, P215, février. 2018.  https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01718804

La science du climat est désormais claire sur un point au moins : si les efforts d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre sont plus que jamais nécessaires pour limiter l’ampleur du changement climatique sur le(s) siècle(s) à venir, celui-ci est désormais partiellement irréversible. Cela signifie concrètement qu’une partie de ses impacts est inévitable. Même si l’on a encore du mal à préciser la fréquence, l’intensité et la répartition géographique de ces impacts futurs sur les territoires, ces derniers vont avoir à faire face à une modification des conditions climatiques et environnementales, lesquelles vont nécessairement remettre en cause les modèles de développement actuels…

Building Thriving, Low-Carbon Cities: An Overview of Policy Options for National Governments / Derik Broekhoff, Georgia Piggot, Peter Erickson. London and Washington, DC. : Coalition for urban transitions ; Stockholm Environment Institute, 2018, 124 p. (working paper) http://newclimateeconomy.report/workingpapers/wp-content/uploads/sites/5/2018/02/Building-Thriving-Low-Carbon-Cities-An-Overview-Full-Paper-1.pdf

Action by national governments is crucial for achieving sustainable, economically productive urban development. A range of benefits can be achieved through development focused on compact, accessible urban forms; clean and efficient urban transportation options; efficient building energy use and local clean energy solutions; and efficient urban waste management – all of which can also lower greenhouse gas emissions (i.e., a “low-carbon” approach). National governments can use a wide range of measures to promote such a model – not all of which need be strictly urban-focused or traditional parts of national urban development policies. A comprehensive strategy should include both targeted national policies and enabling approaches that enhance the capacities of local government, increase their access to finance, and mobilize private investment in urban infrastructure. Measures should also be chosen to achieve a coherent package that exploits synergies and avoids conflicting incentives. Key considerations include budgetary impacts, administrative burdens, technical capacity requirements, impacts on local government budgets and capacities, coordination challenges, and equity concerns. The “right” set of measures will depend on a country’s particular national circumstances. Countries that are already pursuing low-carbon strategies have adopted different approaches that reflect their respective capacities, policy and political contexts, and urban development challenges and opportunities.

La politique climatique française : le dérapage / Lionel Taccoën, Géopolitique de l’Electricité, n° 81, février 2018 http://www.geopolitique-electricite.com/documents/ene-248.pdf

La politique française climatique, qui se veut un modèle, a un impact considérable sur notre secteur électrique. Notre pays s’est doté d’un instrument de pilotage, le « Suivi de la Stratégie Nationale Bas-Carbone ». Ce Suivi nous apprend que le budget consacré à la politique climatique croît rapidement et qu’il dépasse les dépenses de certains ministères comme celui de la Justice. Néanmoins, les résultats be sont pas bons: les émissions françaises de gaz à effet de serre augmentent depuis deux ans. La raison est probablement une répartition inadaptée des fonds publics. En 2017, près de 60% sont allés au secteur électrique (soutien au solaire et à l’éolien) dont les émissions de gaz à effet de serre ne sont que 6% du total français. Le Suivi ne recommande pas une autre répartition. La politique climatique française est mal partie.


Vous aimerez aussi...