Penser l’Anthropocène

Penser l’Anthropocène / Rémi Beau et Catherine Larrère (dir.). Paris : Presses de Sciences Po, 2018, 554 p., 29 €
http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100857760

Avec : Stefan Aykut, Bernadette Bensaude-Vincent, Dominique Bourg, Pierre Charbonnier, Yves Cochet, Geremia Cometti, Hiav-Yen Dam, Pierre De Jouvancourt, Isabelle Delpla, Vincent Devictor, Sébastien Dutreuil, Virginia Garcia-Acosta, Barbara Glowczewski, Tommaso Guariento, Emilie Hache, Clive Hamilton, Elizabeth Hennessy, Alf Hornborg, Dale Jamieson, Simon L. Lewis, Lydie Laigle, Christophe Laurens, Bronwyn Lay, Sacha Loeve, Michel Lussault, Virginie Maris, Mark A. Maslin, Baptiste Morizot, German Palacio, Marie-Hélène Parizeau, Yannick Rumpala, Sébastien Scotto di Vettimo, Astrid Ulloa, Alberto Vargas et préface de Philippe Descola

Présentation de l’éditeur :

L’Anthropocène a fait une entrée tonitruante dans la pensée contemporaine. Pour la première fois dans l’histoire de la planète, une époque géologique serait définie par l’action d’une espèce : l’espèce humaine. Mais que l’on isole l’humanité en tant qu’acteur unique ou que l’on pointe le rôle récent de la révolution industrielle, c’est toujours une vision occidentale que l’on adopte pour décrire le basculement annoncé, au risque de tenir à l’écart le reste du monde, humain et non humain.

Issu d’un colloque organisé par Philippe Descola et Catherine Larrère au Collège de France, à l’initiative de la Fondation de l’écologie politique, cet ouvrage réunit les contributions de chercheurs d’horizons multiples sur un sujet qui par définition traverse toutes les disciplines. Sans négliger les controverses entre géologues, il prend le parti de la pluralité des récits anthropocéniques, en privilégiant le point de vue des peuples sur un changement qu’ils subissent et que l’on nomme à leur place, et en tenant compte de la dimension sociale, genrée et inégalitaire de la question climatique.

Ouvrant la réflexion à d’autres manières d’habiter la terre, aussi improbables paraissent-elles, il montre que l’avenir n’est pas que le prolongement linéaire du présent.


Vous aimerez aussi...