Climat : papiers de recherche moissonnés (11/03/2019)

Et si nous nous trompions de transition ? Pour un luddisme écologique / Eloi Laurent, la Pensée écologique, 8/03/2019 http://lapenseeecologique.com/et-si-nous-nous-trompions-de-transition-pour-un-luddisme-ecologique/

L’allégorie des deux écosystèmes. La Californie abrite deux types d’écosystèmes exceptionnels : les écosystèmes naturels et les écosystèmes numériques. Les premiers sont entrés en crise structurelle depuis le début des années 2010 : sécheresse, incendies, inondations, pollutions de l’air, etc. Les seconds sont florissants : Apple est devenue en 2018 la première entreprise…

Comment s’aligner sur une trajectoire compatible avec les 1,5°C ? / Charles-Adrien Louis. B & L Evolution, février 2019, 31 p. http://bl-evolution.com/portfolio/comment-saligner-sur-une-trajectoire-compatible-avec-les-15c/

Quel est le niveau d’ambition nécessaire pour parvenir à limiter le réchauffement climatique à une augmentation de 1,5°C ? Qu’est-ce que ça signifie en France ? Quels types de mesures doivent-être appliquées pour y parvenir ? Peut-on réellement suivre cette trajectoire ? Et d’ailleurs que signifie concrètement limiter le réchauffement climatique à 1,5°C à la surface de la Terre par rapport au niveau préindustriel ? Autant de questionnements auxquels B&L évolution a décidé de répondre dans une étude qui s’appuie sur le scénario proposé par le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) en octobre 2018 dans son rapport spécial. Intitulé « Comment s’aligner sur une trajectoire compatible avec les 1,5°C ? », le document présenté par notre cabinet de conseil analyse la faisabilité technique de ce scénario et met en perspective l’ampleur des mesures à mettre en place pour y arriver… suite

L’empreinte énergétique et carbone de l’alimentation en France de la production à la consommation / Carine Barbier, Christian Couturier, Prabodh Pourouchottamin, Jean-Michel Cayla, Marie Silvestre et Ivan Pharabod. Paris : Iddri, Club Ingénierie Prospective Energie et Environnement, janvier 2019 (Projet CECAM – Contenu énergétique et carbone de l’alimentation des ménages) http://www2.centre-cired.fr/IMG/pdf/empreinte-carbone_alimentation_france_vf.pdf

A l’occasion du Salon International de l’Agriculture 2019, l’ADEME relaie une étude sur « l’empreinte énergétique et carbone de l’alimentation en France, de la production à la consommation » conduite en collaboration avec de nombreux partenaires. L’analyse rappelle la part prépondérante de l’empreinte carbone liée à la phase de production agricole, l’intérêt de l’agro-écologie et l’importance du comportement des consommateurs, en constante évolution, dans la réduction des impacts environnementaux… lire la suite

Climat et fiscalité : trois scénarios pour sortir de l’impasse / Antoine Guillou et Quentin Perrier. Terra Nova ; I4CE, février 2019, 39 p. http://tnova.fr/notes/climat-et-fiscalite-trois-scenarios-pour-sortir-de-l-impasse

La hausse de la taxe carbone qui était prévue pour 2019 a été suspendue sous la pression des “gilets jaunes”. Cette décision provisoire risque de s’installer dans la durée et de nous faire prendre un coûteux retard dans la lutte contre le changement climatique si aucune stratégie alternative n’est proposée. En effet, les critiques dont cette taxe a fait l’objet restent vives et doivent être entendues. Elles pointent notamment son poids sur les ménages modestes ; l’affectation d’une trop grande partie de ses recettes à des objets sans rapport avec la transition écologique ; les inégalités liées aux diverses exemptions fiscales ; et le fait qu’elle vienne s’ajouter à une pression fiscale déjà élevée. D’un côté, la lutte contre le changement climatique commande une action résolue sur les investissements et les comportements, et à ce titre la taxe carbone reste un outil important. De l’autre, l’opinion exige de la transparence, de la justice et une moindre pression fiscale. Comment sortir de cette impasse ? C’est la question à laquelle Terra Nova et I4CE ont tenté de répondre.

Construire une politique énergétique et climatique européenne cohérente / Gissela Landa Rivera, Paul Malliet, Aurélien Saussay, Sciences Po, OFCE et Frédéric Reynès, Revue de l’OFCE, 158 (2018), 18 p. https://ideas.repec.org/p/spo/wpmain/infohdl2441-3khs2u12u59na9bkav8nst60r8.html

L’Union européenne (UE) a acquis au cours des deux dernières décennies une position de leader dans la lutte contre le changement climatique. Cependant, malgré les progrès significatifs réalisés en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) au cours de cette période, l’efficacité du pilotage de la politique climatique et énergétique au niveau de l’UE demeure insatisfaisante. Dans cet article, nous nous efforçons d’identifier le rôle que l’UE peut jouer pour faciliter la mise en œuvre de politiques de transition énergétique ambitieuses. Tout d’abord, si la gestion des projets liés à la transition énergétique est généralement mieux adaptée au niveau local ou national, le niveau européen reste le plus approprié pour collecter des fonds ou piloter des infrastructures transnationales de réseaux d’énergie et de transport. Ceci est mis en évidence par une analyse des projets financés par le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI). Deuxièmement, au-delà des objectifs au niveau de l’UE, la coordination entre les États membres sur la définition de leurs infrastructures énergétiques est essentielle. Un déploiement réussi des énergies renouvelables nécessite un haut niveau d’intégration pour surmonter les difficultés liées à l’intermittence. Des stratégies opposées peuvent avoir des effets négatifs, ralentir la tendance actuelle des investissements dans les capacités renouvelables et empêcher ainsi l’UE de respecter les engagements déterminés par ses États membres au niveau national (Intended Nationally Determined Contributions, INDC). La coordination entre les politiques énergétiques nationales devrait être assurée au niveau de l’UE, qui pourrait associer plus efficacement les différentes sources de financement, constituer un marché de capacité et même définir une politique commune de la taxe carbone à côté du système d’échange de quotas d’émissions (Emissions Trading System, ETS). Enfin, la conception des politiques d’atténuation du changement climatique devrait mettre davantage l’accent sur les bénéfices commerciaux potentiels que l’UE peut tirer de sa position de leader dans ce domaine. La quasidisparition de l’industrie photovoltaïque européenne face à leurs concurrents chinois devrait faire prendre conscience aux autorités européennes que l’avantage actuel est fragile. Malgré une position significative de leader dans de nombreux domaines de lutte contre le changement climatique, les dividendes économiques dont l’UE pourrait profiter ne sont pas assurés par les politiques actuellement mises en œuvre. Il s’agit notamment d’aller au-delà de la recherche en R&D en consacrant davantage d’efforts à la commercialisation de produits et technologies innovants liés à la transition énergétique.



Citer ce billet
Danièle Revel (2019, 11 mars). Climat : papiers de recherche moissonnés (11/03/2019). Veille énergie climat. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://energieclimat.hypotheses.org/48293

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search