Energie : papiers de recherche moissonnés (5/07/2019)

L’aval du cycle du combustible nucléaire. France.Cour des comptes, juillet 2019, 187 p. lien

La Cour, qui a déjà consacré plusieurs rapports à la filière électronucléaire, analyse l’aval du cycle du combustible nucléaire, de la sortie du réacteur jusqu’au stockage, en passant par l’entreposage et, le cas échéant, le recyclage.
Le volume des matières et des déchets concernés, les risques de saturation de certains entreposages, les perspectives de remplissage des centres de stockage existants, les coûts associés à leur gestion et au projet de stockage souterrain Cigéo ou l’impact des décisions de politique énergétique sur l’aval du cycle du combustible nucléaire sont autant d’enjeux à intégrer dans le débat public en cours sur le cinquième plan de gestion des matières et des déchets radioactifs.
Les constats et recommandations de la Cour visent à accroître la transparence sur ce sujet et à permettre une meilleure connaissance des coûts.

The Energy Transition and Oil Companies’ Hard Choices / Rob West and Bassam Fattouh. Oxford Institute for Energy Studies, July 2019, 15 p. (Energy Insight: 50) lien

In this Energy Insight, we explore the challenges of the energy transition for international oil companies (IOCs). We argue that energy demand forecasts are inconsistent with meeting Paris Agreement targets using currently available and economic technologies and that, barring a radical change in tendencies, significant volumes of oil and gas will be required well after 2050. However, there will be growing political, societal and financial market pressure to accelerate decarbonization. This poses a major challenge for IOCs, whose current business models and technologies are incompatible with full decarbonization, but whose future depends on them being part of the solution. The paper analyzes a set of investment opportunities that the IOCs are pursuing within the decarbonization space and identifies some of the opportunities and risks they face.

New business models in the electricity sector / Jean-Michel Glachant. Florence School of Regulation, June 2019, 23 p. (European University Institute Series/Number: EUI RSCAS; 2019/44) lien

The electricity sector is facing a new wave of changes supported by new business models, two of which are key to our understanding of the ongoing transformations. The first model secures ex-ante investments into fixed cost generation assets with guaranteed long-term revenue streams. It is typical of investments into green generation, be they wind or solar, onshore or offshore, utility-scale or individual prosumer, within regulated schemes or private bilateral contracting. The second model is built with the light asset approach typical of the digitalisation era. It favours particular product characteristics for targeted customers and has many variants: aggregators as new intermediaries; digital platforms bypassing intermediaries; direct peer-to-peer exchange such as blockchain; fleets of consumption, generation and storage devices managed ‘behind the meter’, such as mini-grids or off-grid. Between the two, transmission and distribution grids will have to reinvent, as much as regulatory frames will permit, to create efficient loops of deeper interaction with the active users of the grids in operation and investments.

Pour réussir la transition énergétique / collectif. Institut Montaigne, juin 2019 lien

Suite à l’Accord de Paris de 2015 et en déclinaison des objectifs européens pour 2020 et 2030, la France a proposé sa feuille de route en matière de transition énergétique dans sa Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE). Après une première stratégie de trois ans pour la période 2016-2018, le Gouvernement a publié récemment le projet de programmation pour la période 2019-2023. Son objectif est d’adapter les modes de consommation énergétique (chauffage, mobilité) et les moyens de production d’énergie, dans un souci de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et d’atteindre la “neutralité carbone” à horizon 2050 (conformément à la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC)). La PPE articule également la trajectoire d’évolution du mix électrique français, et prévoit une réduction progressive de la production électrique d’origine nucléaire au profit d’autres sources de production renouvelables. Dans un contexte social tendu où certaines politiques de transition énergétique ont été contestées et le calendrier d’adoption de la PPE reporté, un retour sur le bilan de la première PPE s’impose afin de pouvoir évaluer la pertinence de cette nouvelle programmation à la fois en termes d’ambition, de moyens financiers et technologiques, de calendrier, d’acceptabilité sociale et d’équilibre économique et commercial. L’Institut Montaigne, sans remettre en cause les objectifs de la SNBC et de la PPE, ni les politiques publiques qui en découlent, s’est livré à un exercice pédagogique et de clarification des textes existants. Il s’est attaché à évaluer la pertinence des mesures et la cohérence des choix réalisés, tout en mettant en exergue et en illustrant les lacunes de cette programmation.

Renewables 2019 global status. REN21, 17 juin 2019 lien

A comprehensive annual overview of the state of renewable energy.



Citer ce billet
Danièle Revel (2019, 5 juillet). Energie : papiers de recherche moissonnés (5/07/2019). Veille énergie climat. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/od6h

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search