Face à l’effondrement…

Face à l’effondrement. Militer à l’ombre des catastrophes / Luc Semal. Paris : PUF, 2019 lien

Présentation de l’éditeur
Un vent de collapsologie souffle aujourd’hui sur l’écologie politique. Le réchauffement climatique, la raréfaction des ressources fossiles, l’érosion de la biodiversité, la prolifération nucléaire se poursuivent, année après année, décennie après décennie. L’effondrement n’est-il pas la fin logique de cette fuite en avant ?
Depuis les premières alertes des années 1970 jusqu’aux débats contemporains sur l’Anthropocène, Luc Semal retrace l’émergence et l’évolution des mobilisations aux prises avec les limites à la croissance et la perspective d’un effondrement global. Leur catastrophisme est envisagé non pas comme une fascination paralysante pour le désastre, mais comme une pensée politique propice à la délibération et à l’action. Des mouvements comme ceux de la décroissance et des Transition Towns réinventent des projets écologistes entre sobriété heureuse et désastres annoncés. Par leurs luttes et leurs expérimentations locales, ces mobilisations à l’ombre des catastrophes esquissent les contours d’une démocratie post-pétrole et post-croissance.

Présentation de Yannick Blanc, sur le site de Futuribles
Après avoir fermenté pendant plusieurs décennies dans les milieux écologistes militants, la « collapsologie » a fait irruption plus récemment dans le débat public, notamment après la parution du livre de Pablo Servigne et Raphaël Stevens en 2015. Il est cependant remarquable que les critiques les plus virulentes adressées à ceux qui pensent que l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle est imminent, voire d’ores et déjà amorcé, portent moins sur le fond de leurs arguments que sur les conséquences éthiques et politiques de leur posture, considérant notamment qu’elle relève du fatalisme et décourage l’engagement pour la transition écologique… lire


Vous aimerez aussi...