Climat : papiers de recherche moissonnés (6/02/2020)

Guide pour une mobilité quotidienne bas carbone : vers un système cohérent d’alternatives à la voiture en solo dans les zones de moyenne densité / Laura Foglia, coord. The Shift Project, février 2020, 111 p. lien

Le Guide met en évidence les leviers les plus (et les moins) prometteurs pour parvenir rapidement à un report modal depuis la voiture en solo vers des modes actifs ou partagés. Il a vocation à éclairer le débat, dans le contexte des élections municipales et s’adresse d’abord aux acteurs de la mobilité, et particulièrement aux collectivités…

Getting on to the right (emissions) path: an adequacy assessment framework and its application within the EU / Nicolas Berghmans, Marta Torres Gunfaus, Henri Waisman, et al. COP21 RIPPLES, Jan. 2020, 8 p. (Policy Brief 7) lien

This Policy Brief makes the case for a multi-dimension framework to assess adequacy of the global response to the implementation of the Paris Agreement, and provide specific recommendations to the EU to apply this framework in its policy process to accelerating climate action in the context of the European Green Deal.

L’empreinte carbone des français reste stable. France. Commissariat général au développement durable, janvier 2020, 4 p. (Essentiel Data-Lab) lien

L’empreinte carbone des Français représente 11 tonnes équivalent CO2 (t CO2 éq) par habitant en 2018. Celle-ci comptabilise les gaz à effet de serre (GES) induits par la consommation des Français (y compris la consommation des administrations, des organismes à but non lucratif et les investissements), en tenant compte des émissions associées à la production des biens et services importés. Si le niveau d’émission de GES de l’empreinte carbone par personne reste relativement stable depuis 1995, il demeure incompatible avec les objectifs de l’Accord de Paris (COP 21) et un réchauffement limité à + 2 °C en 2100…

Extractivisme : logiques d’un système d’accaparement : dossier, Écologie & politique, n° 59, 2019 lien

L’extractivisme désigne la logique de prélèvement massif de ressources venant alimenter la machine économique. Utilisé de manière critique au tournant du XXIe siècle par des chercheurs et des militants d’Amérique du Sud pour décrire le phénomène d’exploitation intensive et généralisée de la nature dont ils étaient témoins sur leurs territoires, le terme tend par la suite à se généraliser à l’ensemble des projets d’exploitation industrielle de la nature. Projets qui ignorent aussi bien l’épuisement des ressources que les impacts destructeurs du point de vue social et environnemental. L’extractivisme, qui constitue les prémices du consumérisme et de la recherche insatiable de croissance économique, entraîne ainsi tragédies humaines et écologiques et se révèle intenable dans un monde fini soumis aux lois de l’entropie. S’il cristallise des luttes et des mouvements sociaux qui réinterrogent la notion de justice environnementale, la question de son dépassement reste indispensable à tout projet de société écologique.

Villes et transition écologique : l’affirmation du niveau local / Cynthia Ghorra-Gobin, Tous urbains, 2020/1 (N° 29), pp.58-60 lien

Les médias aux États-Unis ont pris l’habitude d’écrire et de dire que les villes représentaient les sites privilégiés pour instaurer la transition écologique. Ils soulignent ainsi leurs capacités à faire preuve d’ingénuité et d’innovation pour faire face aux défis climatiques. Lors d’un entretien avec Pete Buttigieg, maire d’une petite ville de l’Indiana et candidat démocrate aux prochaines élections présidentielles, ce point de vue a été réaffirmé.


Vous aimerez aussi...