Climat : papiers de recherche moissonnés (26/02/2020)

In Futuribles, n° 435, mars-avril 2020 lien
  • Editorial : « Notre maison brûle » / Hugues de Jouvenel
  • La transition écologique en France : un défi sans précédent / Alain Grandjean et Sébastien Timsit
  • Transition énergétique : la crise inexorable du carbone / Jean-Marc Jancovici
  • L’opinion publique sur le climat en France / Solange Martin
  • Les acteurs de l’environnement. Qui peut faire avancer la cause environnementale en France ? / Daniel Boy
La nature en ville : une réconciliation en trompe l’œil / Maurice Wintz, Revue du MAUSS, n° 54 , 2019/2, pp. 95-107 lien

Les initiatives pour réintroduire la nature en ville fleurissent à différentes échelles (politique, citoyenne) et sous différentes optiques (alimentation, biodiversité). Cette évolution symbolise-t-elle une réconciliation plus globale entre notre société et la nature ? Cet article tente de montrer la complexité des diverses formes d’interactions entre ville et nature, en ce sens que cette question ne peut se penser en dehors des dépendances et des effets de la ville sur la nature proche et lointaine. Sur fond du modèle capitaliste mondialisé, la nature est finalement vouée à être mobilisée, contrôlée et exhibée à des fins sociales, pour imposer ou critiquer le modèle dominant. Tout en gardant sa dynamique propre, qui échappe au contrôle humain, y compris jusque dans la ville.

Le rôle des instruments économiques dans la lutte contre la pollution de l’air. France. Direction générale du Trésor, février 2020, 4 p. (Trésor-Eco, n° 256) lien

En France, la concentration de certains polluants atmosphériques locaux (notamment, particules fines, dioxyde d’azote et ozone) reste au-dessus des seuils réglementaires. Tous les secteurs y contribuent, en particulier le chauffage et les transports. La réduction de ces pollutions passe par une combinaison d’incitations économiques, de mesures réglementaires et de développement d’alternatives, en accompagnant les ménages modestes ainsi que les entreprises dont la compétitivité serait fragilisée.

Le coup d’État climatique / Mark Alizart. Paris : PUF, février 2020 ( Coll. Perspectives critiques) Livre numérique lien

Il n’y a pas de crise climatique. Il y a une volonté politique que le climat soit en crise. Telle est la thèse défendue par Mark Alizart dans cet ouvrage brillant et provocateur. Quand des États ne laissent pas seulement brûler leurs forêts, mais appellent à y mettre le feu ; quand ils ne se contentent pas d’ignorer l’accord de Paris, mais le déchirent en public ; quand ils ne se bornent pas à douter des scientifiques mais les intimident : on peut affirmer qu’ils font tout pour que la planète soit détruite. Car la crise climatique produit ses gagnants – des individus pariant sur l’effondrement du monde comme sur des valeurs boursières à la baisse. Face à ce véritable coup « carbofasciste » ourdi contre l’humanité, modifier nos comportements individuels ne suffit pas. Il est nécessaire de repenser les conditions d’une révolution en faveur d’un véritable « écosocialisme »


Vous aimerez aussi...