Energie : papiers de recherche moissonnés (6/03/2020)

Prices, information and nudges for residential electricity conservation: A meta-analysis / Penelope Buckley, Ecological Economics, vol. 172, June 2020, 172 lien

Incentivising households to lower their electricity consumption is increasingly used as a tool to create a more flexible electricity demand. Previous reviews estimate that electricity savings of 6.4–7.4% can be achieved through monetary, informational and behavioural incentives. This papers argues that a more realistic estimate is of a 1.9–3.9% reduction in consumption based on the most recent experimental data, from both peer-reviewed and grey literature sources. Using data from 52 studies published during the “Smart Grid Era” (2005 onwards), the effects of incentives from 128 observations, amounting to 713,002 households, are analysed. The results show that individual and real-time feedback as well as personalised advice on how to save electricity are more effective than feedback on electricity costs and general electricity savings tips which lead to relative increases in consumption. Despite improvements in the quality of more recent studies, the analysis highlights the importance of methodological rigour in carrying out and reporting effects of incentives: an absence of a control group, of socio-demographic data, and the self-selection of participants into treatment leads to overestimation of effects.

Energies renouvelables, stockage et coût du système électrique à l’horizon 2050 – La place des filières « gaz renouvelable » – biométhane et hydrogène – dans l’optimisation du système électrique décarboné en France. E-Cube Strategy Consultants, Feb. 2020, 14 p. lien

Les filières « gaz renouvelable » – hydrogène ou biométhane – seront des contributrices essentielles au bouclage du système électrique à l’horizon 2050, en tant qu’instruments de flexibilité. Cependant, compte-tenu de la complémentarité des instruments de flexibilité, seule leur utilisation conjointe permettra l’atteinte d’un coût optimal du système électrique et est donc souhaitable. Malgré le besoin de flexibilité qu’elles engendrent, le coût complet « réel » de production (c’est-à-dire coût de la flexibilité incluse) des filières électriques renouvelables intermittentes devrait rester inférieur à celui de la filière biomethane-to-power à horizon 2050. Il s’agit donc de coupler ces filières – l’une pour la production de « base », l’autre pour la flexibilité – et non de les opposer.

Implications of the Russia-Ukraine gas transit deal for alternative pipeline routes and the Ukrainian and European markets / Simon Pirani, Jack Sharples, Katja Yafimava, Vitaly Yermakov. Oxford Institute for Energy Studies, March 2020, 24 p. (Energy Insight: 65) lien

In our previous Insight, The Russia-Ukraine gas transit deal: opening a new chapter, we examined how the recent Russia-Ukraine gas transit agreement was reached, and analysed the terms of the deal. This follow-up Insight analyses broader question of Russian gas transit to Europe, and the impact of the Russia-Ukraine deal on other routes that bring Russian gas to Europe. This includes longstanding routes, and two new pipeline projects, TurkStream and Nord Stream 2. It also examines the impact of the deal on the Ukrainian gas market, and the likely short-term price effects in the European market. In doing so, this Insight analyses the broader context surrounding the Russia-Ukraine gas transit agreement.

Maintenir une décision contestée : le cas du stockage des déchets radioactifs / Julie Blanck, Entreprises et histoire, n° 97, 2019/4, pp. 83-96 lien

Depuis sa création, la politique française de gestion des déchets radioactifs a reposé sur une décision initiale : réaliser un stockage géologique pour les déchets les plus dangereux. Il s’agit d’une décision prise par les dirigeants scientifiques et techniques du secteur nucléaire, pour apporter une solution à ce problème. Pourtant cette décision a été régulièrement critiquée par des acteurs internes et externes au secteur nucléaire. Pour répondre à ces contestations, les dirigeants du secteur ont enrôlé successivement des acteurs critiques de plus en plus nombreux afin de les faire participer au maintien de cette décision, dont le principe n’est jamais rediscuté. Cet article propose d’étudier cette stratégie d’assimilation de la critique, en suivant la multitude d’acteurs et de dispositifs qui ont permis de maintenir cette décision depuis les années 1970.

Le projet de réforme de l’ARENH : débats autour du « corridor » / Jacques Percebois et Boris Solier. Chaire Economie du climat, Paris Dauphine, février 2020, 14 p. (Policy Brief, n°2 / 2020) lien

Le mécanisme de l’ARENH (accès régulé à l’énergie nucléaire historique), qui consiste depuis 2011 à permettre aux fournisseurs alternatifs d’acquérir 100 TWh d’électricité nucléaire au prix régulé de 42 euros le MWh, est aujourd’hui contesté. Les fournisseurs alternatifs souhaitent relever le plafond de l’ARENH à 150 TWh, tandis qu’EDF demande que le prix de l’ARENH soit revalorisé bien au-delà de son niveau actuel.
Les pouvoirs publics ont soumis début 2020 un projet au débat public qui prévoit de remplacer ce système d’ARENH par un mécanisme du type « corridor » de prix. La totalité de l’électricité nucléaire serait acquise au prix du marché de gros par l’ensemble des fournisseurs (EDF fournisseur compris) et des compensations financières seraient opérées ex post entre EDF producteur et les fournisseurs alternatifs lorsque le prix du marché se situe au-dessous d’un prix plancher ou au-dessus d’un prix plafond.


Vous aimerez aussi...