Energie : papiers de recherche moissonnés (7/04/2020)

Granular technologies to accelerate decarbonization / C. Wilson, A. Grubler, N. Bento, S. Healey, S. De Stercke, et C. Zimm, Science, 3 Apr 2020, Vol. 368, Issue 6486, pp. 36-39. lien

Of the 45 energy technologies deemed critical by the International Energy
Agency for meeting global climate targets, 38 need to improve substantially in cost and performance while accelerating deployment over the next decades.

Savoir, vouloir, pouvoir… dans l’anthropocène / Dan Aleph, professeur agrégé de philosophie, Le Débat, 2020/2 (n° 209), pages 155 à 164. lien

Prendre au sérieux la réalité de ce que l’on appelle aujourd’hui l’« anthropocène » – l’entrée dans une ère où l’activité humaine affecte profondément le système Terre – va demander beaucoup plus qu’un chapitre dans un prochain programme présidentiel qui promet d’« accélérer la transition écologique », et plus qu’une nouvelle loi de programmation sur l’énergie. Considérer l’horizon des multiples « limites planétaires », pour certaines déjà atteintes, et les « points de basculement » de l’évolution du climat comme une « crise environnementale » parmi d’autres, qui serait seulement plus intense que celles que nous avions connues jusque-là, c’est conserver la même grille d’analyse qu’hier, c’est-à-dire, précisément, celle qui nous a conduits à cette situation.

La Transition vers un hydrogène bas carbone. Atouts et enjeux pour le système électrique à l’horizon 2030-2035. RTE, janvier 2020, 68 p. lien

Présentation de Pierre Papon (Futuribles) : RTE (le Réseau de transport d’électricité) qui a la responsabilité du réseau public de transport d’électricité à haute tension en France (105 000 kilomètres de lignes) publie cette étude sur l’hydrogène « bas carbone », considéré comme un atout dans la transition énergétique. L’hydrogène (une demande mondiale de 110 millions de tonnes par an) est un gaz industriel utilisé notamment dans les industries des engrais et du raffinage. Il est, aujourd’hui, produit presque exclusivement à partir d’énergies fossiles (gaz et pétrole), un procédé émetteur de CO2, mais sa production par l’électrolyse de l’eau est au point et envisagée. La loi Énergie et climat, votée en France en 2019, a ainsi fixé l’objectif de produire 20 % à 40 % d’hydrogène bas carbone en 2030… suite

Oil 2020. Agence Internationale de l’Energie, mars 2020, 120 p. lien

Oil 2020 examines the key issues in demand, supply, refining and trade to 2025. This year, the report considers topics such as the impact of the new coronavirus (COVID-19) on demand; slowing supply growth in the United States and other non-OPEC countries; and the level of spare production capacity in OPEC countries to help meet demand growth. Oil 2020 looks at the interplay between the expanding US influence in global oil supply and the demand from Asia for exports from the Middle East. At the same time, global energy transitions are affecting the oil industry: companies must balance the investments needed to ensure sufficient supplies against the necessity of cutting emissions. In a decarbonising world, refiners face a big challenge from weaker transport fuel demand.

$2 gas in Europe is here: who will blink first? / Mike Fulwood, Oxford Institute for Energy Studies, March 2020, 9 p. (Oxford energy comment) lien

In October last year the Oxford Institute for Energy Studies (OIES) published an Energy Comment which considered the possibility of $2 gas in Europe during 2020. Remarkably we now have $2 gas before the winter has ended. The month ahead index for March for TTF is $2.91 per MMBtu and for NBP was $2.88 per MMBtu. The mild winter in the northern hemisphere and the Ukraine transit deal were key factors in reducing prices but the impact of the coronavirus on the LNG market has been the catalyst to bring forward $2 gas in Europe. With LNG export capacity continuing to grow, can this supply be absorbed by LNG import growth in Asia and how much can Europe absorb with gas in storage well above 2019 levels. A serious supply overhang is possible in Europe this summer, and if this happens, who will blink first – Russia, Norway or the LNG suppliers – and/or might prices fall so low as to encourage lignite to gas switching?


Vous aimerez aussi...