Pour une politique climatique globale

Guesnerie R. (2010). Pour une politique climatique globale. Blocages et ouvertures, Ed. ENS Rue d’Ulm, collection du CEPREMAP, Opuscule n° 20, Paris, Septembre, 94 p.

http://www.cepremap.ens.fr/depot/opus/OPUS20.pdf

Présentation de l’opuscule

« Une politique climatique se met lentement en place pour répondre au défi d’un changement du climat dont la probabilité s’accentue au fur et à mesure de la progression du débat scientifique. Mais est-elle bien engagée ?

Les optimistes peuvent dire que le verre est à moitié plein : après l’alerte donnée par les climatologues à la fin des années 1980, le protocole négocié à Kyoto en 1997 vient d’entrer dans sa première phase (2008-2012). Les engagements pris ont suscité des initiatives significatives, comme la mise en place en Europe d’un marché de permis d’émissions de gaz à effet de serre – l’European Trading Scheme (ETS) ou Système communautaire d’échange de quotas d’émission (SCEQE). La volonté affichée de l’administration Obama de créer un marché d’inspiration similaire pour l’industrie américaine rompt avec l’hostilité à toute action de réductions constamment revendiquée au long de la présidence Bush. La prise de conscience du risque climatique s’est accentuée dans les pays en développement et suscite, sinon des politiques vigoureuses, du moins une attention croissante au problème. Ainsi se créent ce que l’on peut voir comme de petits ruisseaux.

Ces petits ruisseaux ont-ils un débit cumulé suffisant ? Les pessimistes soulignent la modestie des efforts consentis ou envisagés. Les États-Unis, qui entrent lentement dans le jeu, ont vu leurs émissions s’accroître de 5,9 % entre 1997 et 2007 et le plan américain vise une réduction de moins de 20 % en 2020 par rapport à 2005, ce qui ramènerait les émissions à peu près à leur niveau de 1990 (lequel selon le protocole de Kyoto devait être abaissé d’au moins 5 % en moyenne sur 2008-2012 !). Même pour l’Europe qui se veut exemplaire, les pronostics sur les émissions 2008-2012 indiqueraient un dépassement interne significatif de l’objectif de référence fixé à Kyoto, dépassement qui sera, certes, facilement comblé grâce à un appel modéré aux mécanismes de flexibilité, et en particulier au mécanisme de développement propre, mais dépassement tout de même. Pendant ce temps, la Chine a vu ses émissions monter en flèche pour atteindre 6,3 gigatonnes de CO2, les émissions par tête passant de 2,5 à 4,75 tonnes de CO2. Le fil de l’eau à peine modifié «business almost as usual» dans les pays membres de l’annexe B du protocole de Kyoto, la croissance beaucoup plus rapide que prévue des émissions dans les pays en développement, conduiraient, sauf infléchissement significatif et rapide des politiques, à atteindre vers 2030-2035 une concentration de CO2 équivalent à 550 ppmv – niveau que les climatologues voient comme le seuil de la zone dangereuse.

Le sommet de Copenhague alimente les sentiments mitigés que l’analyse de la situation antérieure suscitait. L’implication conjointe des États-Unis et de la Chine, les plus gros pays émetteurs de gaz carbonique, et celle de deux des grands pays en développement, l’Inde et le Brésil, constituent évidemment de bonnes nouvelles. Le caractère limité de l’accord, simple déclaration d’intentions, dont une concrétisation éventuelle sous forme d’engagements contraignants reste envisageable à Mexico, constitue une déception. Mais alors que le protocole de Kyoto s’efforçait de mettre en synergie les efforts des pays participants (c’est-à-dire, si l’on veut, de faire converger les petits ruisseaux des efforts individuels vers une grande rivière, qui dans la logique de la métaphore, limite les déperditions de la collecte), le contexte actuel de la négociation internationale conduit à espérer, au mieux, une multiplication des petits ruisseaux, avec une coordination internationale limitée.

Les petits ruisseaux feront-ils la grande rivière des réductions dont le monde a besoin ? Le présent opuscule revient sur cette question, en examinant de façon critique la conception des petits ruisseaux existants et en s’interrogeant sur les conditions de leur conjonction efficace. »

Roger Guesnerie.



Citer ce billet
Danièle Revel (2011, 28 janvier). Pour une politique climatique globale. Veille énergie climat. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o8p3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search