Revue de presse – mercredi 24/06/2020

Le plan de relance du gouvernement ne doit pas favoriser les éoliennes !, Le Figaro, 24/06/2020

L’acharnement du gouvernement à vouloir couvrir la France d’éoliennes n’est pas seulement une catastrophe pour nos paysages : le choix de l’éolien nuit aussi au climat et à l’économie française, argumentent l’inspecteur général des finances honoraire et le représentant d’associations de défense de l’environnement d’Occitanie. Les éoliennes sont souvent supposées contribuer à la lutte pour le climat. Dans certains pays, encore adonnés aux sources fossiles, cette thèse peut contenir une part de vérité. En France, au contraire, les éoliennes ne peuvent que nuire au climat, pour quatre raisons… lire

Hubert Védrine, l’écolo, Libération, 24/06/2020

Parmi tous les livres qui paraissent sur le «monde d’après», celui de l’ex-ministre des Affaires étrangères se distingue par la précision et la mesure de ses propositions pour une «écologisation de la politique»… lire

Climat : les émissions de la France ont reculé de 1 % en 2019, Les Echos, 24/06/2020

L’an passé, la baisse des émissions de gaz à effet de serre de la France a été nettement moins forte qu’en 2018. Elle devrait se poursuivre cette année, crise du coronavirus oblige… lire

Crise sanitaire, accident nucléaire… face au risque, 73,5% des Français restent attachés au principe de précaution, La Tribune, 24/06/2020

L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) vient de publier son Baromètre annuel sur la perception des risques et de la sécurité par les Français, qui mesure les mouvements de l’opinion sur les préoccupations sociales, économiques et environnementales, et notamment, les situations à risque (dont le nucléaire). Mais comme l’enquête terrain de ce Baromètre 2020 s’est déroulée du 18 novembre au 3 décembre 2019, avant le début de la pandémie du covid-19, l’IRSN a décidé d’insérer quelques questions du Baromètre dans un sondage « omnibus » réalisé les 18 et 19 mai 2020 via internet… lire

L’assemblée britannique sur le climat plaide pour le « zéro carbone », Le Monde, 24/06/2020

Les 108 tirés au sort ont remis leurs premières conclusions, mardi. Deux jours après la convention citoyenne française, dont elle a suivi de près l’avancée des travaux, l’assemblée citoyenne britannique sur le climat a rendu ses réconclusions, mardi 23 juin. Cette date n’a aucun rapport avec l’agenda hexagonal : elle est directement liée au tempo politique national. D’ici une dizaine de jours, le premier ministre, Boris Johnson, et son chancelier de l’Echiquier, Rishi Sunak, doivent dévoiler un plan pour tenter de faire redémarrer une économie mise à l’arrêt par trois mois de confinement… lire

Un projet de centre de recherche Total à Polytechnique divise, Le Monde, 24/06/2020

Une analyse juridique pourrait contrarier l’installation d’une entité du géant pétrolier au coeur du campus de la prestigieuse institution. Le projet d’implantation de centre d’innovation et de recherche de référence dans l’énergie bas carbone de Total, au coeur du campus de l’Ecole polytechnique, sur le plateau de Saclay, dans la banlieue sud de Paris, n’en finit pas de susciter les contestations… lire

Le Nigeria supprime ses coûteuses subventions sur le carburant, Le Figaro, 24/06/2020

La chute des prix du brut fragilise le budget du géant pétrolier africain. 85 % des recettes d’exportations du Nigeria, voire 90 %, proviennent du pétrole. C’est un effet de la pandémie, de la sévère crise économique et de la chute des prix du pétrole, qui touchent de plein fouet les producteurs africains d’or noir. Exposé à une forte baisse de ses recettes budgétaires, le Nigeria, premier producteur du continent devant l’Angola, a récemment décidé de mettre un terme aux subventions sur les prix de carburant. Ces subventions financées par l’État permettaient aux Nigérians de payer l’essence très en dessous des prix du marché, deux fois moins cher que dans les pays voisins comme le Bénin. « Cette mesure est un serpent de mer depuis des années , commente Anne-Sophie Fèvre, économisterisque pays de Bpifrance. Plusieurs gouvernements ont tenté de les supprimer mais renoncé à cause de réactions sociales très fortes. »… lire

Le monde est-il devenu « too big to fail »?, Julien Pillot, INSEEC School of Business & Economics, La Tribune, 24/06/2020

Les mesures d’urgence, les habitudes des entreprises ou encore des consommateurs rendent le scénario du maintien de l’existant plus plausible que celui de l’avènement d’un « monde d’après »… lire

L’Europe risque de manquer de pétrole d’ici à 2030, Le Monde, 24/06/2020

Les plus gros fournisseurs d’or noir de l’UE vont voir leur production décliner au cours des années à venir. Le resserrement de l’offre pétrolière mondiale risque de s’accélérer en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, et les pays européens pourraient en payer durement les conséquences. Dans un rapport rendu public mardi 23 juin, le groupe de réflexion The Shift Project, présidé par le consultant Jean-Marc Jancovici, détaille comment les bouleversements récents du marché pétrolier pourraient mettre en difficulté l’approvisionnement en or noir de l’Union européenne dans les dix prochaines années… lire

« Le réchauffement climatique crée des risques pour la stabilité financière » / Sylvie Goulard, sous-gouverneure de la Banque de France, Le Monde, 24/06/2020

Dans un rapport publié mardi 23 juin, la Banque de France passe en revue les périls qui guettent le système financier français, en particulier l’envolée de la dette des entreprises et des Etats .Pour Sylvie Goulard, sa sous-gouverneure, le changement climatique constitue un risque financier à part entière… lire

La France teste les paiements pour services environnementaux, Les Echos, 24/06/2020

Les agences de l’eau et Eau de Paris se lancent dans le paiement des agriculteurs pour services environnementaux. Objectif : réduire le taux de pesticides et de nitrates dans l’eau, ou encore les ruissellements. Pesticides, nitrates… afin de protéger sa ressource en eau des pollutions, la France commence à tester une nouvelle formule prévue par le plan biodiversité de 2018 : les paiements pour services environnementaux (PSE), destinés à soutenir les agriculteurs adoptant des pratiques plus environnementales. « La qualité des eaux de rivières s’est améliorée depuis dix ans, mais ce n’est pas le cas des eaux souterraines, ce qui renvoie aux pratiques des agriculteurs et il fallait trouver de nouveaux leviers » , explique la directrice générale de l’agence de l’eau Seine-Normandie, Patricia Blanc. A la clé, 150 millions d’euros (issus de la facture d’eau des usagers) à engager entre 2020 et 2024 par les six agences de l’eau et Eau de Paris… lire

Perturbateurs endocriniens, pas de retraite pour les semeurs de doute, Le Monde, 24/06/2020

Des toxicologues aux compétences contestées et aux conflits d’intérêts voilés s’activent pour faire dérailler la mise en place en Europe d’une réglementation sur les substances artificielles toxiques à très faibles doses. Ils se disent « éminents » spécialistes ; ils ne le sont pas. Ils déclarent sur l’honneur n’avoir aucun conflit d’intérêts ; la moitié d’entre eux ont pourtant collaboré aux activités d’industriels de la chimie, des pesticides, de l’agroalimentaire et des cosmétiques au cours des trois dernières années. Radicalement opposés à toute réglementation des perturbateurs endocriniens (PE) en Europe, ces dix-neuf scientifiques ont choisi d’exprimer leur opinion alors qu’un important processus de décision est en cours à Bruxelles… lire


Vous aimerez aussi...