Revue de presse – 06/07/2020

« Si nous sommes la seule cause des maux qui nous frappent, notre responsabilité devient démesurée » / Jean-Pierre Dupuy, philosophe, Le Monde, 04/07/2020

Selon le philosophe, l’efficacité de la réponse politique aux crises comme celle du Covid-19 ne passe pas par la recherche de coupables, mais requiert des dirigeants formés à l’ « idée scientifique », conscients de la nature contingente des catastrophes et prêts à privilégier l’éthique face aux considérations économiques… lire

RTE : François Brottes ne sera pas renouvelé / Les Echos, 06/07/2020

Selon nos informations, l’actuel directeur général adjoint de RTE, Xavier Piechaczyk, est en piste pour lui succéder. Candidat à sa propre succession à la tête du Réseau de transport d’électricité (RTE), François Brottes n’aura finalement pas obtenu gain de cause. Selon nos informations, le conseil de surveillance de cette filiale autonome d’EDF, qui achemine l’électricité sur le réseau haute tension, s’est réuni ce vendredi afin d’acter le non-renouvellement du mandat de l’actuel président du directoire… lire

Le Japon tente de verdir sa politique de soutien au charbon, Le Figaro, 04/07/2020

Le gouvernement envisage de fermer les centrales les plus anciennes d’ici à 2030. Les ONG restent sceptiques. « Cela montre notre engagement sans faille pour réaliser un Japon zéro carbone ! » Le télégénique ministre japonais de l’Environnement Shinjiro Koizumi ne se tenait plus de joie vendredi après que son collègue de l’Économie a annoncé l’étude d’une mise à l’arrêt d’environ 100 centrales à charbon peu efficaces, sur un parc de 140 unités, d’ici à 2030. Une évolution en apparence spectaculaire, qui répond au non moins spectaculaire barrage de critiques internationales qu’essuie l’Archipel depuis des années pour son soutien à cette source d’énergie abandonnée par les pays développés similaires… lire

Vers une nouvelle piscine pour combustible usé à La Hague, La Croix, 06/07/2020

Face au risque de saturation du site de retraitement nucléaire du Cotentin, EDF envisage d’y installer un nouveau bassin d’entreposage de ses combustibles usés. Le Cotentin mérite bien son surnom de presqu’île du nucléaire, avec le site de Flamanville d’EDF (deux réacteurs, plus l’EPR en construction), le site de stockage de l’Andra et l’usine de retraitement d’Orano à La Hague. C’est là qu’EDF pourrait installer sa future piscine d’entreposage du combustible usé. L’électricien a confirmé, mardi 30 juin, avoir demandé à Orano de réaliser une étude de faisabilité, qui devrait être achevée d’ici à la fin de l’année. EDF travaillait jusqu’à présent sur une localisation de cette piscine à côté de sa centrale de Belleville-sur-Loire (Cher), mais le projet a fait l’objet d’une forte contestation locale… lire

Le traité qui protège les pollueurs, L’Humanité, 06/07/2020

Le traité sur la charte de l’énergie est une arme aux mains des firmes. Pour l’ex membre du secrétariat du traité Yamina
Saheb, il faut en sortir… lire

« Incident » suspect sur un site nucléaire sensible iranien, Le Monde, 04/07/2020

Une explosion dans le complexe de Natanz est survenue quelques jours après une autre explosion sur une installation militaire près de Téhéran. Accident ou sabotage ? Un site du complexe nucléaire iranien de Natanz a été endommagé jeudi 2 juillet par un sinistre susceptible de ralentir les activités nucléaires de la République islamique. L’Organisation iranienne de l’énergie atomique a annoncé dans la matinée qu’un « incident » s’était produit sur place à l’aube dans un hangar en construction sans causer de dégât notable. Des images publiées plus tard dans la journée ont toutefois montré un bâtiment apparemment ravagé par une explosion suivie d’un incendie. D’après des sources ouvertes analysées par des experts du dossier nucléaire iranien, le site touché est une installation où sont assemblées et testées des centrifugeuses avancées utilisées pour la production d’uranium enrichi… lire

Convention pour le climat : les propositions concernent davantage les obligations des citoyens que celles de l’Etat / François Gemenne, chercheur, Le Monde, 04/07/2020

Si le succès de cette initiative inédite de démocratie participative est incontestable, les avancées dans la lutte contre le réchauffement climatique restent plus limitées, analyse le spécialiste des migrations et de la gouvernance pour le climat… lire

Le consensus était de couleur verte, Le Monde, 06/07/2020

C’est l’un des grands enseignements des travaux de la convention citoyenne pour le climat : la démocratie représentative
est, dans sa forme actuelle, gravement malade, ce que ne dément pas la hausse continuelle de l’abstention. S’agissant d’environnement, deux conditions fondamentales à son fonctionnement (la bonne information des citoyens, préalable à leur choix éclairé, et la bonne information de leurs représentants, préalable au travail législatif) ne sont pas remplies, et l’issue de la convention vient d’en apporter la preuve empirique. Ce peut être douloureux à reconnaître, mais il est difficile de conclure autrement. Il suffit, pour s’en convaincre, de mesurer le niveau de consensus réuni sur les objectifs adoptés par la convention… lire

Economistes perdus dans la crise, Le Monde, 04/07/2020

On s’en souvient, en 2008, la reine d’Angleterre s’était demandé pourquoi les économistes n’avaient pas vu venir la crise. «Difficile à prévoir, c’est comme les épidémies», lui avait répondu bien plus tard un expert de la banque centrale. L’épidémie, justement, nous y voilà. Et les économistes sont de nouveau interloqués et interpellés. Celle-là non plus, ils ne l’avaient pas vue venir. Pourtant, les épidémies sont vieilles comme le monde. Mais jamais elles n’avaient paralysé à ce point l’économie mondiale… lire

Pesticides dans l’air : 32 substances « prioritaires », Le Monde, 04/07/2020

Une campagne nationale de prélèvements révèle la présence de glyphosate et de produits interdits. Les pesticides ne se retrouvent pas seulement dans l’eau ou les aliments, ils polluent aussi l’air que l’on respire. Mais s’il existe des limites à ne pas dépasser dans l’eau et l’alimentation, ils ne font pas l’objet d’une surveillance réglementaire dans l’air et donc de normes. Afin de mieux évaluer l’exposition de la population française et définir enfin une stratégie nationale de surveillance des pesticides dans l’atmosphère, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) et le réseau des Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (Masqua) fédéré par Atmo France se sont associés pour mener la première Campagne nationale exploratoire des pesticides (CNEP)… lire

Peut-on vraiment condamner pour écocide ?, La Croix, 04/07/2020

La Convention citoyenne demande que la notion d’écocide soit reconnue dans le droit français. D’où vient cette notion, quelle est son histoire ? Le premier usage de ce terme est à peu près bien établi. C’est Olof Palme, alors premier ministre suédois, qui l’a utilisé en 1972 pour qualifier les ravages de l’armée américaine au Vietnam avec l’« agent orange », qui détruisait les forêts. C’est important de prendre en compte cette genèse, car le contexte était alors bien précis : un acte de guerre et un acte intentionnel. L’armée américaine voulait ainsi détruire complètement un milieu écologique pour atteindre les humains et les tuer. C’est à partir de là que la notion d’écocide a été reprise, puis étendue… lire


Vous aimerez aussi...