La politique climatique américaine

La politique climatique américaine / Blandine Barreau. Conseil d’analyse stratégique, novembre 2011, 12 p. (note de synthèse n° 250)

http://www.strategie.gouv.fr/system/files/2011-11-25-durban-na250.pdf

Les accords climatiques internationaux ne prennent tout leur sens que s’ils sont soutenus par les États-Unis, premiers émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre (GES) par habitant. Or ce pays n’est aujourd’hui lié par aucun traité qui le contraigne à diminuer ces pollutions. La transition énergétique nationale se fait attendre : le mode de vie et le système productif américains font toujours largement appel à des ressources fossiles. L’arrivée au pouvoir de Barack Obama, qui annonçait son intention de s’engager dans l’action contre le changement climatique, avait suscité l’espoir de la communauté internationale : le compromis de Copenhague et les accords de Cancún résultent d’ailleurs directement de l’implication des dirigeants américains et chinois. Depuis, le contexte a pourtant profondément changé : la crise économique rend prioritaires les politiques de relance de la croissance. L’abandon des propositions de loi climatiques au Congrès, la décision de la Cour suprême restreignant les initiatives des États et les actions entreprises par l’opposition républicaine pour bloquer la réglementation de l’agence fédérale pour la protection de l’environnement (EPA) ont conduit à un essoufflement des ambitions présidentielles. Celles-ci se recentrent sur une stratégie de sécurité énergétique, prévoyant l’exploitation des importantes réserves domestiques d’hydrocarbures, la réduction de la dépendance aux importations – constante de la politique américaine depuis la présidence de Richard Nixon –, le recours à des alternatives énergétiques, et enfin l’accélération de l’efficacité énergétique des transports et du bâtiment. Cette dernière orientation appelle une politique affirmée de soutien à l’innovation, conforme à la volonté américaine de leadership mondial dans l’industrie des technologies vertes. Sur le plan international, la rencontre entre les présidents chinois et américain à Copenhague a permis de définir les concessions acceptables par chacun de ces acteurs clefs des négociations. L’envoyé spécial de la Maison blanche le rappelle volontiers : les États-Unis ne sont pas opposés à un nouvel accord mondial mais les discussions à ce propos ne devront commencer qu’après la mise en oeuvre des mesures adoptées à Cancún, dont la déclinaison devra être l’enjeu principal de la conférence de Durban, fin novembre 2011. Washington est également résolument opposé à tout engagement dans un nouvel accord sur le modèle du Protocole de Kyoto. In fine, seuls le perfectionnement de la régulation mise en oeuvre par l’EPA et la pression de l’opinion publique américaine pourraient conduire à remettre, à terme, l’action contre le changement climatique au sommet de l’agenda politique. (© CAS)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search