Revue de presse – 31/07/2020

L’hydroélectricité : pour un renouveau d’une industrie électrique propre / Marc Fontecave, professeur au Collège de France, Dominique Grand, docteur en physique et Roland Vidil, président de l’association Hydro21, Le Monde, 31/07/2020

La Programmation pluriannuelle de l’énergie doit faire plus de place à l’hydroélectricité et ne pas se contenter de la « remise en concurrence des concessions échues ». La crise due au Covid-19 s’est traduite par un ralentissement de l’activité économique et une baisse inédite de la demande d’électricité. Dans ce contexte, si l’augmentation de la part des énergies solaire et éolienne dans la production électrique a été une bonne chose, elle a fragilisé le système électrique, selon France Stratégie. En effet, alors que l’augmentation de la variabilité de la production, due à l’intermittence de ces énergies, demande une augmentation de sources pilotables flexibles, la baisse de la demande conduit, au contraire, à arrêter de façon significative des centrales conventionnelles flexibles, celles qui ramènent rapidement le réseau électrique à l’équilibre… lire

Après le Covid, l’envie d’un bon rail, Libération, 31/07/2020

Motorisation à l’hydrogène, nouveau TGV, suppression des liaisons aériennes internes les plus courtes Le train et Alstom pourraient être les grands gagnants de la crise, en dépit des difficultés de la SNCF. Il veut vous faire préférer le train, normal il en vend. Auditionné le 22 juillet par la commission des affaires économiques et sociales, le patron d’Alstom s’est montré plus que partisan de l’interdiction de l’avion sur les liaisons intérieures pouvant être assurées par rail: «A titre personnel, je suis favorable à ce que, pour tous les trajets de moins de quatre heures de train, l’avion soit interdit. Le modèle TGV participe énormément à la décarbonation du transport», a déclaré Henri Poupart-Lafarge, en plaidant pour une relance du rail face à l’avion, mais aussi de préférence à l’auto-mobile. Quatre heures, c’est aussi ce que proposait la Convention citoyenne pour le climat. Mais Emmanuel Macron a ramené l’ambition verte aux seuls trajets pouvant être desservis par la SNCF en moins de deux heures trente… lire

En perte, EDF se prépare à céder 3 milliards d’actifs, Les Echos, 31/07/2020

EDF accuse une perte nette de 701 millions d’euros, contre un bénéfice de 2,5 milliards il y a un an. Le Covid a amputé son résultat d’exploitation de 1 milliard au premier semestre. Le Covid-19 porte un nouveau coup dur aux finances fragiles d’EDF. Au sortir d’un semestre marqué par une chute inédite de la consommation d’électricité et par une baisse de la disponibilité de son parc nucléaire, EDF affiche une perte nette de 701 millions d’euros, contre un bénéfice net de 2,5 milliards l’an passé à la même période. Le résultat d’exploitation (Ebitda) du groupe recule modestement de 2 %, à 8,2 milliards d’euros sur la période malgré un impact négatif de 1 milliard lié à la crise sanitaire. Pour redresser la barre et surtout contenir son ratio d’endettement financier, le groupe va engager une nouvelle vague de cessions d’actifs. Entre 2015 et 2020, le géant français de l’énergie s’était déjà séparé de 10 milliards d’euros d’actifs en ouvrant notamment le capital du gestionnaire de réseau de transport d’électricité RTE à la Caisse des Dépôts. Désormais, il s’agit de céder pour 3 milliards en deux ans… lire

« Si cette nationalisation se fait, elle ne serait que temporaire », Libération, 31/07/2020

Si les grandes compagnies historiques commencent à subir les retombées de la crise sanitaire, qu’en est-il des transporteurs lowcost ? Marc Ivaldi, chercheur à l’Ehess et président de l’Association internationale des économistes du transport, décrypte l’inquiétante situation du secteur aérien, évoque ses doutes quant à une potentielle renationalisation d’Air France-KLM et l’avenir incertain des compagnies à bas coût… lire

La France doit faire face à une nouvelle alerte sécheresse, Les Echos, 31/07/2020

Pour la deuxième année d’affilée, l’Hexagone commence à souffrir d’un manque d’eau. Les deux tiers des départements ont imposé des mesures de restriction. Après un été 2019 particulièrement aride, la sécheresse se remet à sévir sur la majeure
partie de l’Hexagone. Mercredi, 67 départements, soit les deux tiers d’entre eux, faisaient l’objet d’arrêtés préfectoraux imposant des mesures de restriction d’eau sur tout ou partie de leur territoire. C’est nettement moins que l’an dernier, où, à la même époque, seulement cinq départements n’avaient été l’objet d’aucune consigne, y compris de vigilance. Mais cela fait tout de même déjà beaucoup. Le pic de chaleur, court mais intense, qui sévit sur la France et qui, selon toute vraisemblance, n’est pas le dernier de l’été, va accélérer l’assèchement des sols…

Total assume la fin du pétrole cher et tombe dans le rouge, Les Echos, 31/07/2020

Total engrange ses premières pertes trimestrielles depuis 2015. Le pétrolier affiche 8,4 milliards de dollars de pertes nettes au deuxième trimestre. Ce sont les premières pertes trimestrielles du pétrolier depuis le krach de 2015 et elles s’élèvent à rien de moins que 8,4 milliards de dollars. A l’instar de ses concurrents, Total a été confronté à l’effondrement des cours du baril et à une chute sans précédent de la demande mondiale ces derniers mois. Du fait de ces « circonstances tout à fait exceptionnelles » , selon les termes du PDG de Total, Patrick Pouyanné, le pétrolier français a déprécié un record de 8,1 milliards dollars (6,9 milliards d’euros) d’actifs au titre du deuxième trimestre. Shell et ENI ont fait de même jeudi, annonçant respectivement 17 milliards de dollars (14,46 milliards d’euros) et 3,5 milliards de dépréciations d’actifs. Ces dernières semaines, BP a aussi prévenu le marché que ses dépréciations pouvaient s’élever à 17,5 milliards de dollars (15,5 milliards d’euros) ce trimestre. Le britannique publie ses résultats le 4 août… lire


Vous aimerez aussi...