Revue de presse – 15/09/2020

La Pologne veut se sevrer du charbon, Le Figaro, 15/09/2020

Varsovie aimerait aussi lancer enfin la construction de sa première centrale nucléaire. Petite révolution à Varsovie. Le ministre du Climat, Michal Kurtyka, a affirmé la semaine dernière que la Pologne allait réduire sa dépendance au charbon au profit des énergies renouvelables et du nucléaire. Près de 150 milliards de zlotys (33 milliards d’euros) seront investis dans des centrales nucléaires. Et le premier réacteur sera opérationnel en 2033, a-t-il affirmé en évoquant la nouvelle stratégie énergétique à l’horizon. Celle-ci prévoit également de dépenser 29 milliards d’euros dans l’éolien offshore… lire

Selon BP, c’est le début de la fin pour la demande de pétrole, La Tribune, 15/09/2020

La demande mondiale de pétrole pourrait déjà avoir atteint son pic, selon BP. C’est la première fois qu’une « major » prédit un tel retournement alors que l’OPEP prédit une baisse de la demande mondiale de pétrole en 2020 et 2021… lire

Plan de relance : la Normandie s’enflamme pour l’hydrogène, La Tribune, 15/09/2020

Une acculturation ancienne aux métiers de l’énergie, deux grands ports, des complexes pétrochimiques qui cherchent à se verdir, des élus pro-actifs et, à proximité, l’énorme bassin de consommation de l’Ile-de-France… Pour endiguer la désindustrialisation et amorcer sa transition, la Normandie rêve de devenir une place forte de l’hydrogène, comme hier du raffinage et du nucléaire. Message reçu par les deux géants gaziers, Engie et Air Liquide, qui mettent leurs pendules à l’heure H… lire

Il est temps de déterrer les déchets des essais nucléaires français au Sahara algérien / Patrice Bouveret et Jean-Marie Collin, experts en désarmement, Le Monde, 15/09/2020

Plus de cinquante ans après le dernier essai nucléaire français au Sahara, le passé nucléaire de la France ne doit plus rester enfoui dans les sables. Il est temps de déterrer les déchets provenant des dix-sept essais réalisés, entre 1960 et 1966, par la France au Sahara, pour assurer la sécurité sanitaire des générations actuelles et futures, préserver l’environnement et ouvrir une nouvelle ère des relations entre l’Algérie et la France… lire

Pourquoi les citadines se convertissent à l’hybride, Le Figaro, 15/09/2020

La bataille du gramme oblige les petits modèles à s’électrifier. Réduire les émissions de CO2 : les constructeurs ne pensent qu’à ça. Les enjeux sont énormes. Faute de réussir à abaisser la moyenne des rejets de leurs gammes à 95 g/km comme l’impose la Commission européenne, certains s’exposent à de lourdes amendes : 95 euros par gramme supplémentaire et par véhicule vendu. Les sanctions financières pourraient se chiffrer en dizaines de millions d’euros. Dans ce contexte, l’industrie automobile a compris depuis quelques années que le meilleur moyen d’éviter le pire était d’électrifier partiellement ou totalement leurs nouvelles générations de modèles. Le choix de la technologie d’électrification dépend d’une multitude de facteurs, à commencer par la catégorie des véhicules et le positionnement prix. Il n’y a pas de petites économies : tous les modèles doivent désormais contribuer à l’objectif de réduction des gaz à effet de serre. Dans les bureaux d’études des marques, les ingénieurs ont engagé la bataille du gramme. C’est si vrai que, malgré leur faible caractère énergivore, les citadines n’échappent plus à l’injection d’une dose plus ou moins importante de watts. Pour certains constructeurs, c’est un moyen de compenser les émissions des gammes supérieures… lire

Le travail chamboulé par le Covid-19, Le Monde, 15/09/2020

Télétravail, bureaux partagés, relocalisations : la crise sanitaire accélère la réorganisation de l’entreprise. Mais cette mutation soulève bien des défis, à commencer par le maintien de la cohésion des groupes. A Sochaux, chez PSA Groupe, la rentrée n’est assurément pas comme les autres. Situé dans le Doubs, ce site est un des huit du constructeur automobile à mener jusqu’en octobre une expérience de grande ampleur en matière de télétravail. Les salariés ne sont sur site qu’en moyenne 1,5 jour par semaine. « Comme nous avons ici à la fois des activités tertiaires, de production et de R&D, c’est un véritable cas d’école ! », soulignent des syndicalistes. Eux aimeraient prolonger l’expérience jusqu’en décembre au moins, avant de conclure un accord global. « Cela fait partie de la négociation », expliquent-ils… lire


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search