Revue de presse – 23/09/2020

La transition énergétique sera-t-elle la nouvelle chance du nucléaire ?, Les Echos, 23/09/2020

En mal de perspectives d’avenir en France comme à l’export, l’industrie nucléaire tricolore met tout en oeuvre pour être considérée comme indispensable face à l’urgence climatique. Mais en dépit des très faibles émissions de CO 2 du nucléaire, cette bataille est loin d’être gagnée… lire

La fonte inexorable de la banquise arctique, Le Monde, 23/09/2020

La glace de mer a atteint sa deuxième superficie la plus petite jamais enregistrée. C’est une nouvelle preuve que l’Arctique, sentinelle du réchauffement climatique, se dérègle toujours plus rapidement. La banquise polaire de l’hémisphère Nord a atteint sa deuxième superficie la plus petite jamais enregistrée : 3,74 millions de kilomètres carrés le 15 septembre, juste derrière le record de 2012, qui pointait à 3,4 millions de kilomètres carrés, selon le Centre national américain de données sur la neige et la glace (NSIDC). C’est seulement la deuxième fois, depuis le début des relevés satellitaires en 1979, que l’étendue de la banquise arctique plonge sous la barre des 4 millions de kilomètres carrés. Soit très loin de la moyenne de 6,3 millions de kilomètres carrés de surface de mer gelée, mesurée à la mi-septembre, entre 1981 et 2010… lire

Pollution, travail d’enfants : la face sombre des batteries de voitures électriques, Les Echos, 23/09/2020

La fabrication de batteries nécessite de grandes quantités de nickel, de cobalt et de lithium. Or, l’extraction de ces métaux demeure polluante, et soulève des questions éthiques. Les groupes miniers tentent de verdir leurs pratiques, mais les montants à investir sont colossaux… lire

Transition écologique : les ambiguïtés du plus grand groupe minier du monde, Les Echos, 23/09/2020

BHP ne manque pas une occasion d’affirmer son engagement en faveur du climat. Mais derrière les initiatives et le discours se cache une réalité plus grise. Entre les discours et les actes, il y a parfois un monde. Depuis quelque temps, l’australien BHP ne manque pas une occasion d’affirmer son engagement en faveur du climat. Contrairement à certains de ses concurrents et à la majorité des industriels, il plaide pour une transition écologique ambitieuse et rapide. Le groupe « est mobilisé pour réduire [ses] émissions et créer de la richesse », a expliqué son directeur général, Mike Henry… lire

Les éoliennes réclament encore plus d’espace, La Croix, 23/09/2020

La moitié du territoire, notamment les zones militaires, est interdit à l’implantation d’éoliennes. Localement, l’opposition est toujours aussi vive, et le sujet devient un enjeu électoral. Pour respecter la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), publiée en avril, il va falloir construire 1 800 mégawatts (MW) de nouvelles capacités éoliennes terrestres chaque année en France, d’ici à 2028. Cela revient à quasiment doubler le parc actuel, en ajoutant environ 6 500 machines aux 8 000 existantes (réparties sur 1 800 parcs), et accélérer singulièrement le rythme, qui est d’environ 1 300 MW supplémentaires par an… lire

« Désormais, aucun endroit ni aucun d’entre nous n’est à l’abri » / Michael E. Mann, climatologue, Le Monde, 23/09/2020

Incendies en Californie ou en Amazonie, multiplication des ouragans, chaleurs extrêmes, fonte de la banquise spectaculaire, débâcle des calottes glaciaires : les catastrophes climatiques se succèdent sans relâche. Le climatologue américain Michael E. Mann, directeur du Earth System Science Center de l’université de Pennsylvanie, décrypte cette « nouvelle normalité… lire

L’aluminium bas carbone séduit, mais ne décolle pas, Les Echos, 23/09/2020

Les acteurs du secteur multiplient les initiatives pour mettre en avant la faible empreinte carbone de leur produit. Le secteur de l’aluminium est engagé dans une course pour se mettre au vert. Ces derniers temps, les producteurs ont multiplié les marques dédiées pour mettre en avant leur métal présentant une faible empreinte carbone par rapport à la moyenne mondiale. Parmi eux le géant russe Rusal ou le norvégien Norsk Hydro. Alvance, la branche aluminium du géant britannique GFG Alliance, en a même fait son principal axe de développement en rachetant les fonderies faiblement émettrices de CO2 de Lochaber, en Ecosse, et de Dunkerque en France. « Depuis presque un an, quasiment toutes mes discussions avec les patrons du secteur portent sur le marché du bas carbone », confie Michel Van Hoey, analyste chez Mckinsey… lire

« Chaque année est pire que la précédente », Le Monde, 23/09/2020

Dans le nord de la Suède, les éleveurs de rennes sami subissent de plein fouet les effets du dérèglement climatique. En langue sami, il n’existe pas de mot pour exprimer l’instabilité. Les variations incessantes de la météo, les oscillations constantes du mercure, et surtout, l’imprévisibilité. Celle qui invalide le savoir des anciens et donne aux éleveurs de rennes le sentiment de « jouer constamment avec la vie de leur troupeau . Assise dans la cuisine douillette de son chalet turquoise, au milieu d’une forêt de conifères, près de Jokkmokk, juste au-dessus du cercle polaire, dans le nord de la Suède, Jannie Staffansson, 30 ans, ne cache pas son désarroi : « Chaque année est pire que la précédente. »… lire

Changer d’alimentation pour limiter le réchauffement climatique / Jean-Marc Gancille, membre de la commission écologie de l’Association végétarienne de France (AVF), Frédéric Mesguich, docteur en chimie, (AVF), William Zylberman, docteur en géosciences de l’environnement et Christophe Lavelle chercheur CNRS, Libération, 23/09/2020

Alors que le gouvernement continue de maintenir à grand coût l’industrie de l’élevage, des chercheurs ont montré que passer à l’alimentation végétale permettrait de stocker 25 années d’émissions fossiles. D’après une publication parue au début du mois dans la revue Nature Sustainability, un changement d’alimentation permettrait de tripler notre marge de manœuvre pour ne pas dépasser 1,5 °C de réchauffement climatique en 2100. Pour parvenir à ce résultat, l’équipe de recherches de Matthew Hayek a étudié l’impact qu’aurait la libération des terres agricoles actuellement dédiées à l’élevage. Les surfaces impliquées sont immenses : 40 millions de km² sont occupés par les pâturages et champs pour l’élevage, soit quatre fois plus que les cultures dédiées à l’alimentation végétale et 26 fois plus que l’ensemble des zones construites et des routes. Or, cette surface correspondant à 77 % des terres agricoles ne fournit que 18 % des calories consommées dans le monde. Cette emprise pose aussi un problème pour la biodiversité : alors que le 10 septembre, le WWF alertait sur la situation du déclin de 68 % (en moyenne) des populations de vertébrés entre 1970 et 2016, l’association pointait comme principale responsable la destruction des écosystèmes à des fins agricoles… lire

Automobile: tout ce qu’il faut savoir sur les batteries électriques, La Tribune, 23/09/2020

À quoi servent-elles ? Qui les fabrique ? Quelles sont leurs limites ? Ce qu’il faut savoir sur les batteries électriques, au moment où le géant américain Tesla organise, ce mardi, son « Battery Day » (Journée de la batterie)… lire


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search