Revue de presse – 21/10/2020

Un projet de forages contesté près de Paris, Le Monde, 21/10/2020

Eau de Paris alerte sur une demande de nouveaux puits, près de captages « stratégiques ». C’est un projet qui inquiète la Mairie de Paris. Bridgeoil, qui exploite la concession d’hydrocarbures de Nonville, en Seine et Marne, à moins de 70 kilomètres au sud de la capitale, veut augmenter significativement sa capacité de production de pétrole pour passer de 80 barils de bruts par jour à 800 en 2021. La société française envisage de réaliser le forage de dix nouveaux puits (contre deux aujourd’hui) et de porter la superficie de sa plate-forme à plus de 12 000 m2. Une demande d’autorisation, déposée en juin 2019, est en cours d’instruction par la préfecture. L’enquête publique s’est terminée lundi 19 octobre… lire

Électricité : le gouvernement fait tout pour que la consommation baisse, Le Figaro, 21/10/2020

L’hiver s’annonçant tendu sur le réseau, les capacités d’effacement ont été doublées. L’énergie la plus propre est celle qui n’est pas consommée. Fort de ce constat, le gouvernement a désigné lundi 59 projets afin d’augmenter les capacités d’effacement du réseau électrique français. L’effacement consiste « pour un opérateur à demander à des consommateurs, plutôt industriels, de diminuer leur consommation pendant un temps donné contre une rémunération » , explique une porte-parole de RTE, le gestionnaire du réseau électrique en France. La formule a un intérêt écologique. D’autant que les projets choisis cette année ne comprennent aucune capacité « grise » , où l’effacement se fait au prix du lancement d’un groupe électrogène, souvent alimenté au fioul… lire

“Plutôt que la relocalisation, l’enjeu est sûrement plus celui de la réindustrialisation” / Vincent Vicard, économiste au CEPII, La Tribune, 21/10/2020

Les délocalisations sont favorisées par la faible présence des salariés dans les conseils d’orientation des entreprises. Autre facteur d’explication: l’éloignement géographique entre les centres de décision (les sièges sociaux) et les unités de production… lire

Le gaz vert sera davantage taxé, Les Echos, 21/10/2020

La loi de finances supprime, à partir du 1er janvier, une exonération fiscale dont bénéficie le biométhane. Les fournisseurs dénoncent une mesure qui pénalisera la demande. La fiscalité du gaz vert va changer à partir du 1er janvier, au grand dam d’une filière française en pleine expansion, mais encore petite par rapport à d’autres pays d’Europe. Le biométhane, produit à partir de résidus agricoles ou de déchets organiques, bénéficie aujourd’hui d’une exonération totale de la taxe carbone prélevée sur le gaz naturel d’origine fossile, la TICGN. Un avantage de 8,45 euros par mégawattheure, qui représente en moyenne 13 % de la facture finale pour un abonnement au tarif réglementé, selon Engie… lire

L’écologie dans le piège de la radicalisation, Les Echos, 21/10/2020

Le « projet » vert dépasse désormais largement celui de la défense de la nature. Perverti par une minorité bruyante et radicale, il se prête à toutes les outrances. Au-delà du ridicule de certaines propositions se dessine un projet de société qui peut être dangereux pour la cohésion nationale… lire

Des agronomes high-tech préparent l’agriculture au changement climatique, Le Monde, 21/10/2020

Dans la Vienne, les chercheurs de l’Inrae ont développé un simulateur du climat, le Siclex. Ils testent des plantes fourragères pour tenter de pérenniser ces cultures essentielles à l’élevage. Les dactyles font grise mine, évoquant moins un jardin d’Eden qu’une armée de balais brosses tendus vers le ciel dans l’espoir de recevoir une goutte de pluie. Le feuillage étique et décoloré, sec et raide sous la main, culmine à une dizaine de centimètres. Entre les massifs, la terre ocre et compacte part en poussière. Il n’a pas plu ici depuis le 13 juin, et les plantes sont près de mourir, mais elles ne boiront rien tant que les chercheurs ne l’auront pas décidé… lire

Climat : les aides aux pays du Sud surévaluées, Le Monde, 21/10/2020

Selon Oxfam, les financements alloués par les pays développés sont trop souvent des prêts. Les financements climat, pierre angulaire des négociations climatiques, s’avèrent un dossier à la fois complexe techniquement et très sensible politiquement. L’idée de base est pourtant simple : les pays développés, historiquement responsables du dérèglement climatique, doivent aider les pays en développement à lutter contre ses effets; les pays les plus pauvres polluent en effet peu, mais paient le plus lourd tribut du réchauffement. Or, selon un rapport de l’ONG Oxfam, publié mardi 20 octobre, l’aide financière publique réellement fournie par les pays riches ne représenterait qu’un tiers des sommes qu’ils déclarent officiellement… lire

L’énorme coût de la pollution de l’air dans les villes, Les Echos, 21/10/2020

En moyenne, la pollution de l’air coûte près de 1.000 euros par Français chaque année, selon une étude de l’Alliance européenne de santé publique. Due en premier lieu aux transports, elle n’est pas réservée aux seules grandes agglomérations. Dans sa lutte contre la pollution de l’air, la France a encore de gros efforts à fournir si elle veut atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés pour 2030. La Cour des comptes l’a rappelé tout récemment dans un rapport pointant du doigt des résultats insuffisants… lire

En 2020, un monde plus pauvre / Michel Santi, économiste, La Tribune, 21/10/2020

12.000 milliards d’euros ont été dépensés en 2020 par les pouvoirs publics partout dans le monde pour soutenir le secteur privé. Face à ces déperditions de richesses, les taux d’intérêt négatifs seraient la solution pour éviter de creuser davantage les déficits et amortir cette crise sans précédent… lire


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search