Revue de presse – 23/10/2020

Climat : les ambitions polonaises jugées insuffisantes, Les Echos, 23/10/2020

La nouvelle stratégie énergétique polonaise prévoit de se débarrasser du charbon à l’horizon 2040. Le 8 septembre dernier, le gouvernement polonais donnait un coup d’accélérateur à sa stratégie énergétique. Pour la première fois, il fixait à 2049 la date de sortie définitive du charbon, source aujourd’hui de 70 % de la production d’électricité, et fixait la mise en place à l’horizon 2040 d’un mix énergétique fondé sur le renouvelable et le nucléaire. Un programme tout à la fois ambitieux pour un pays qui part avec un lourd retard dans la course à la transition climatique, et insuffisant aux yeux de ses partenaires européens et des ONG… lire

Non, la réglementation environnementale 2020 n’est pas synonyme de « tout électrique », La Tribune, 23/10/2020

En avance sur le plan de relance verte du gouvernement, la réglementation environnementale (RE) 2020 pose les bases d’une transformation nécessaire des pratiques dans la construction. Parce qu’elle remet en cause la place des énergies fossiles, la nouvelle réglementation dérange certains acteurs, qui dénoncent une imposture « tout électrique ». La RE 2020 n’a pourtant pour autre ambition que celle de faire émerger une filière plus résiliente et respectueuse de l’environnement… lire

Pétrole de schiste: un géant aux pieds d’argile ?, La Tribune, 23/10/2020

L’industrie du pétrole non conventionnel qui a permis de répondre à la hausse de la demande pendant la décennie passée se trouve profondément fragilisée par la pandémie actuelle. Le manque d’investissement conduira in fine à une baisse des extractions – a minima temporaire – qui risque d’aggraver la crise une fois la pandémie passée. Les plans de relance devraient en tenir compte… lire

Dans la baie de Saint-Brieuc, de l’électricité dans l’air, Libération, 23/10/2020

Un projet de parc de 62 éoliennes en mer, dont les travaux doivent débuter l’année prochaine, suscite une vague de protestations. Pêcheurs, habitants et élus craignent pour l’économie locale et la préservation d’un site protégé… lire

La SHEM dénonce la mainmise d’EDF sur l’hydroélectricité, Les Echos, 23/10/2020

La Société hydroélectrique du Midi (SHEM) demande à être intégrée aux discussions entre l’Etat et la Commission européenne sur l’avenir des concessions hydroélectriques. La Société hydroélectrique du Midi (SHEM), filiale d’Engie basée à Toulouse, exploite 56 usines dans les Pyrénées, sur le Lot et la Dordogne. Elle se plaint d’être tenue à l’écart des discussions entre l’Etat et l’Europe sur l’avenir des concessions hydroélectriques. En 2015 puis en 2019, la Commission européenne a mis en demeure la France de mettre en concurrence les concessions arrivant à échéance. Mais le gouvernement freine des quatre fers, les barrages servant aussi à gérer la ressource en eau. EDF produit plus de 80 % de l’hydroélectricité française, contre 3 % pour la SHEM et 14 % pour la Compagnie nationale du Rhône (CNR), détenue à 49,97 % par Engie au côté de la Caisse des Dépôts et des collectivités… lire

La nécessité de dépasser le clivage entre économie et écologie, Le Monde, 23/10/2020

Vingt millions de Français expérimentent la vie au temps du couvre-feu, alors que l’ombre du confinement du printemps
dernier plane encore sur le pays. Certains sont frappés par un deuil ou encore en prise avec les difficultés que cet arrêt radical de l’économie mondiale leur a infligées. D’autres, moins exposés dans leur activité professionnelle, en gardent un souvenir mitigé, teinté d’un brin de nostalgie pour un intermède sans pollution de l’air excessive, sans bruit, rythmé de chants d’oiseaux et d’instants de convivialité entre voisins, le soir à 20 heures. Ceux-là ont pensé et répété comme un mantra qu’après un tel moment de répit on allait s’atteler à bâtir un « monde d’après » moins dévastateur. Ceux-là ont déchanté à l’automne venu… lire

Climat : la difficile élaboration de la loi « convention citoyenne », Le Monde, 23/10/2020

L’imposant projet de loi devrait être présenté en conseil des ministres en décembre. Un calendrier difficile à tenir. Un an après la création de la convention citoyenne pour le climat, les associations de défense de l’environnement s’inquiètent.
Les mesures vont-elles être adoptées et mises en œuvre, comme l’affirme le gouvernement, ou seront-elles rabotées, voire écartées, ainsi que le redoutent les écologistes et certains des conventionnels ?… lire


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search