Revue de presse – 6/11/2020

Les déchets nucléaires, un problème qu’aucun pays n’a encore résolu, La Tribune, 6/11/2020

Aucune solution définitive de stockage n’a encore été trouvée pour le stockage de ces déchets, pointe le premier rapport international sur le sujet. Et le coût du traitement est sous-estimé. 70 ans après les premières utilisations de l’énergie nucléaire en Europe, la gestion des déchets qui en découlent reste, malgré leurs volumes et leur danger, un défi ouvert. C’est le constat affligeant qui ressort du premier rapport international sur le sujet (lien : https://fr.boell.org/fr/2020/11/02/rapport-mondial-sur-les-dechets-nucleaires) publié mardi 4 novembre. Rédigé par dix experts internationaux, il compare les données disponibles sur les types et les quantités de ces déchets, leurs risques, leurs coûts et leurs solutions de traitement dans 16 pays européens ainsi qu’aux Etats-Unis… lire

Suez refuse de se plier à la pression de Veolia, La Tribune, 6/11/2020

Dans un courrier envoyé au PDG de Veolia, le président de Suez, Philippe Varin, réaffirme l’insuffisance des éléments d’information transmis par le leader mondial du traitement de l’eau et des déchets à Suez. Alors que les échanges continuent de se tendre entre les deux groupes, il répète aussi son refus de désactiver la fondation de droit néerlandais qui fait obstacle au projet de fusion de Veolia… lire

Quand écologie rime avec économie, Libération, 6/11/2020

Fondée sur le concept d’«écolonomie», la société de papeterie Pocheco vise à «entreprendre sans détruire». Il est obstiné et veut, à sa manière faire changer le cours des choses. A 54 ans, Emmanuel Druon est le directeur de Pocheco, entreprise qu’il a fondée. Sa société se développe autour d’un concept original, dénommé «écolonomie » qui, comme son nom le sous-entend, veut en alliant écologie et économie, «entreprendre sans détruire»… lire

« Une transformation en douceur » / Amélie Artis, chercheuse au laboratoire Pacte et professeure à Sciences-Po Grenoble, Libération, 6/11/2020

L’économiste Amélie Artis étudie un secteur qui existe désormais depuis des décennies. Vous diagnostiquez un regain d’intérêt pour la finance solidaire. Comment cela se manifeste-t-il ? La croissance de la collecte d’épargne solidaire, mesurée par le baromètre Finansol depuis une dizaine d’années, est un premier indice. Mais cela ne suffit pas à attester d’une tendance, car cette augmentation porte sur un volume d’épargne très faible. D’autres critères confirment ce regain d’intérêt: les produits de la finance solidaire, tels que les fonds communs de placement ou les livrets d’épargne, sont de plus en plus nombreux: en 1987, on en comptait 7, aujourd’hui, 160. De plus, ils sont proposés par un nombre croissant d’acteurs, bien au-delà des guichets spécialisés, ce qui les rend très accessibles. Aujourd’hui, les produits de la finance solidaire font quasiment partie du catalogue Amazon… lire



Citer ce billet
Céline Rival (2020, 6 novembre). Revue de presse – 6/11/2020. Veille énergie climat. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/odha

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search