Revue de presse – 20/11/2020

Février, mois de tous les risques pour le réseau électrique français, Le Monde, 20/11/2020

Les dirigeants du gestionnaire RTE craignent les conséquences de la crise sanitaire sur l’approvisionnement, en cas de vague de grand froid. Une situation moins compliquée que prévu, mais une « extrême vigilance . C’est le message que délivre le gestionnaire du Réseau de transport d’électricité (RTE), dans son analyse sur le passage de l’hiver 2020-2021, rendue publique jeudi 19 novembre. « Il y a en particulier un risque accru au mois de février par rapport aux années précédentes », explique au Monde le président du directoire, Xavier Piechaczyk, qui a pris ses fonctions en juillet. A l’origine de ce diagnostic inquiet, les conséquences de la crise sanitaire sur le système électrique… lire

L’Europe veut changer d’échelle dans l’éolien en mer, Les Echos, 20/11/2020

Alors que la Chine monte en puissance, la Commission européenne veut maintenir le leadership européen dans l’éolien en mer. L’essor de l’éolien en mer pourrait nettement s’accélérer. Jeudi, la Commission européenne a tracé sa feuille de route pour les prochaines décennies et fixé l’objectif de passer d’une capacité actuelle de production de 12 gigawatts (GW) à 60 GW en 2030, puis 300 GW à l’horizon 2050. L’équivalent de cinq fois le parc nucléaire français. Un tel effort impliquerait de multiplier par 25 les capacités en trente ans. A l’horizon 2030, cela impliquerait d’utiliser 3 % de l’espace maritime disponible… lire

Électricité : une fin d’hiver à haut risque pour le réseau à cause du Covid-19, La Tribune, 20/11/2020

En février, toute la puissance nucléaire ne pourra pas être mobilisée, en raison d’opérations de maintenance qui n’ont pas pu avoir lieu sur certains réacteurs à cause du Covid-19. La situation sera donc tendue sur le réseau électrique à une période de forte consommation. Pour éviter des difficultés, RTE, le gestionnaire du réseau, appelle aux écogestes. En dernier recours, il n’exclut pas des petites coupures d’électricités organisées… lire

Engie acte la sortie de la Belgique du nucléaire, Le Monde, 20/11/2020

L’énergéticien a décidé d’arrêter d’investir, le gouvernement du royaume entendant abandonner l’atome en 2025. Engie, actionnaire à 100 % d’Electrabel, l’exploitant des sept réacteurs nucléaires belges, a surpris, mardi 17 novembre, en annonçant à ses employés, dans une vidéo diffusée au sein de l’entreprise, sa décision d’arrêter tous ses projets liés à une éventuelle prolongation de certaines unités. Une décision qui pourrait signer la fin de la longue saga du nucléaire en Belgique… lire

L’État sommé de ne plus faire de promesses en l’air, L’Humanité, 20/11/2020

Le Conseil d’État a rendu jeudi une décision inédite, demandant au gouvernement de prouver que son inaction climatique présente est compatible avec les engagements qu’il a pris pour l’avenir… lire

Climat : le Conseil d’État rend une décision historique pour la France, La Tribune, 20/11/2020

La plus haute juridiction administrative a demandé au gouvernement français de justifier de la compatibilité de son action climatique avec ses propres objectifs. Elle lui a laissé trois mois… lire

Transition écologique : l’Ademe renforce l’accompagnement des élus locaux, La Tribune, 20/11/2020

L’agence de la transition écologique dit constater un intérêt quasi général pour le sujet parmi les élus issus des dernières élections municipales. Elle leurs propose plus de 150 formations pour « monter en compétence environnementale »… lire

Climat : la justice enjoint l’Etat de s’expliquer sur ses reculades, Les Echos, 20/11/2020

Le Conseil d’Etat demande des comptes au gouvernement sur les gaz à effet de serre. L’Etat est pris au mot. Lui qui s’est engagé à baisser de 40 % les émissions de CO2 de la France en 2030 par rapport à leur niveau de 1990 est sommé par la justice administrative d’expliquer comment il compte s’y prendre et via quelles mesures, sachant qu’il s’est fortement éloigné de cet objectif fixé dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat. Le Conseil d’Etat, dans un arrêt rendu public jeudi, lui enjoint de fournir sa réponse sous trois mois. Une mise en demeure dont le sens est totalement inédit et qui pourrait s’avérer lourde de conséquences. Avec cette décision, estiment certains juristes, toute loi ou document programmatique faisant référence à des objectifs à atteindre aura désormais une valeur juridiquement contraignante. En France, où ils sont toujours prompts à afficher leurs ambitions dans les lois, surtout dans les domaines environnemental et climatique, les gouvernements pourraient être amenés à se montrer plus prudents à l’avenir. Un passage du « droit mou » au « droit dur » dont se réjouissent en tout cas les défenseurs de l’environnement, qui ont qualifié d’ « historique » la décision du Conseil d’Etat… lire

Pollution de l’air : les diesels pourront rouler dans les futures zones à faibles émissions, Le Monde, 20/11/2020

Les collectivités resteront libres de fixer des règles plus strictes que celles envisagées par l’Etat. Le gouvernement multiplie les annonces pour convaincre qu’il entreprend tout ce qui est en son pouvoir contre la pollution excessive de l’air, qui perdure depuis plus de dix ans et met en danger la santé de millions de Français. Il est, en effet, menacé d’une lourde astreinte (10 millions d’euros par semestre de retard) du Conseil d’Etat et d’une condamnation de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) pour des dépassements répétés des normes dans une dizaine d’agglomérations françaises… lire


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search