Revue de presse – 21/12/2020

Du client roi à la planète reine / Patrick Artus, économiste, Natixis, Le Monde, 21/12/2020

Depuis les années 1980-1990, la stratégie économique de l’Europe a été centrée sur l’intérêt du consommateur. Cette stratégie s’articule autour de plusieurs composantes. D’abord, des règles strictes de la concurrence, visant à empêcher l’apparition de positions dominantes permettant aux entreprises qui en bénéficient d’augmenter leurs prix ; ceci a conduit, par exemple, au blocage de la fusion Alstom-Siemens… lire

Le charbon a encore de beaux jours devant lui, les Echos, 21/12/2020

Malgré une chute de la consommation en 2019 et 2020, la demande mondiale va rebondir l’an prochain et devrait rester stable jusqu’en 2025, prévoit l’Agence internationale de l’énergie. La Chine met en service une nouvelle centrale à charbon tous les quinze jours. La pandémie de Covid-19 a fait chuter la consommation mondiale de charbon, mais ce déclin ne durera pas, a révélé vendredi l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans son rapport annuel sur cette source d’énergie, la plus nocive parmi tous les moyens de production d’électricité. C’est une mauvaise nouvelle pour la lutte contre le réchauffement climatique. Porté par la demande d’électricité dans les pays émergents, le « king coal » génère près de la moitié des émissions de CO2 de la planète, et son déclin n’est toujours pas en vue… lire

La demande de charbon, tirée par l’Asie, reste forte, Le Figaro, 19/12/2020

La Chine, qui utilise beaucoup cette énergie très polluante, s’en sert aussi pour alimenter les tensions grandissantes avec l’Australie. En novembre, 66 navires chargés de charbon australien, et plus de mille marins, sont restés longtemps bloqués devant des ports chinois, empêchés d’accoster et de livrer leur marchandise. Un moyen pour Pékin de faire pression sur l’Australie et d’entretenir ce qui ressemble désormais à une vraie guerre commerciale et diplomatique… lire

Quand les économies d’énergie deviennent fictives / Matthieu Glachant, Victor Kahn et François Lévêque, économistes à Mines ParisTech, université PSL, Les Echos, 19/12/2020

Tout le monde a entendu parler des offres à 1 euro pour l’isolation des combles ou l’installation d’une chaudière à condensation. Mais quel dispositif rend possible un tel taux de subvention ? Les certificats d’économie d’énergie (CEE) et, plus spécifiquement, les opérations dites « coup de pouce » qu’il finance. Or, paradoxalement, au lieu d’augmenter les économies d’énergie, ces coups de pouce les diminuent… lire

« Biden sera focalisé sur la protection des classes moyennes » / Pascal Lamy, ex-directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, Laurence Nardon, chef du programme Amérique du Nord de l’Institut français des relations internationales, Renaud Lassus, conseiller économique de l’ambassade de France à Washington, et Thomas Philippon, professeur de finances à l’université de New York, Le Monde, 19/12/2020

Les regards croisés de quatre spécialistes sur l’évolution de la société et de la politique américaine. A un mois de l’intronisation de Joe Biden à la présidence des Etat-Unis, retour sur un pays qui change en profondeur et trouve des consensus sur le social, le climat et la technologie, au-delà des profondes divisions qui le traversent… lire

5G : une empreinte carbone pas neutre, Le Monde, 21/12/2020

Le déploiement de la 5G risque d’augmenter les émissions de gaz à effet de serre du numérique et la consommation d’électricité, alerte le Haut Conseil pour le climat. C’est le cadeau high-tech à glisser sous le sapin de Noël version 2020 : un smartphone 5G (et le forfait qui va avec). Les promesses des opérateurs sont alléchantes : un « débit ultrarapide », une «fluidité incroyable», et tout cela avec une consommation d’énergie « plus responsable . Un cadeau empoisonné pour la planète, si l’on en croit le Haut Conseil pour le climat (HCC). Dans un rapport publié samedi 19 décembre, le HCC sonne l’alarme. L’autorité indépendante estime que le déploiement de la 5G en France, qui a commencé cet automne, risque non seulement d’augmenter la consommation d’électricité, mais aussi d’accentuer significativement l’empreinte carbone du numérique. Et que, faute de mesures correctives, la 5G est donc susceptible de faire dérailler un peu plus la France de sa trajectoire de réduction des gaz à effet de serre (GES) pour atteindre l’objectif de la neutralité en 2050. Des conclusions qui pourraient fournir de nouveaux arguments aux organisations environnementales et aux maires (de Lyon, Lille ou Grenoble) qui réclament un moratoire… lire

Electrifier les autoroutes : et si c’était la solution ?, La Tribune, 19/12/2020

Imaginez des convois de poids lourds électriques alimentés par des caténaires ou des rails au sol à la manière des tramways. C’est ce que l’on verra peut-être demain sur l’A13 entre Paris et Le Havre grâce au projet e-way corridor. Son objectif : démontrer les vertus de cette technologie sur la décarbonation du transport de marchandises. Utopique? Pas si sûr… lire

« La France est l’un des pays qui avance le plus vite sur la prise en compte de l’empreinte environnementale du numérique », Gauthier Roussilhe, designer et chercheur, spécialiste des impacts environnementaux du numérique, La Tribune, 19/12/2020

Des changements très concrets vont être imposés dès le 1er janvier 2021 et au-delà à certaines entreprises et administrations publiques pour réduire l’impact environnemental du numérique et du secteur des nouvelles technologies, dans le cadre de la loi anti-gaspillage… lire

Comment réduire son empreinte numérique ?, La Tribune, 19/12/2020

Chaque heure, 8 à 10 milliards de mails (hors spam) sont envoyés dans le monde. De même, une donnée numérique (mail, téléchargement, vidéo, requête web…) parcourt, en moyenne, 15.000 kilomètres. Alors que la crise sanitaire a intensifié les échanges numériques, voici dix conseils à mettre en place afin de viser, au quotidien, une certaine sobriété… lire

Mondialisation dans l’Europe / Isabelle Méjean, lauréate du Prix du meilleur jeune économiste 2020, Le Monde, 21/12/2020

La pandémie a de nouveau mis en lumière les excès de la mondialisation. En cause : la déforestation, qui bouleverse les niches écologiques des animaux hôtes et favorise l’émergence de nouveaux virus, et la mobilité internationale des individus, qui aide à diffuser l’épidémie. Les tensions protectionnistes resurgissent, comme en témoignent les appels au souverainisme économique, qui serait la solution aux problèmes d’approvisionnement en matériel sanitaire, mais aussi en produits de toute sorte, du printemps Ces tensions interviennent dans un climat international globalement sceptique à l’égard du libre-échange, qui a atteint son apogée avec le vote au Royaume-Uni sur le Brexit, en 2016, et la guerre commerciale sino-américaine de 2018… lire


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search